ROJAVA. Résumé d’une semaine de tricheries de Trump et de la Turquie contre les Kurdes*

0
581
(*dans le langage courant des médias américains, bien que leurs forces et leur région soient multiethniques)
 
L’armée américaine a persuadé les « Kurdes » des YPG/J de détruire les tunnels défensifs à la frontière avec la Turquie en promettant de ne pas permettre à l’armée turque d’envahir Rojava et le nord de la Syrie.
 
Une partie de l’accord impliquait que les Kurdes laissent les Etats-Unis et la Turquie passer à travers et survoler les régions kurdes pour observer les progrès, ce qui a permis à la Turquie de voir tous les obstacles à une attaque.
 
Trump a eu un appel téléphonique avec Erdogan et lui a donné le feu vert pour l’envahir, trahissant les alliés kurdes des USA qui ont perdu 11.000 combattants en battant DAECH / ISIS au cours des 5 dernières années – comparé aux Etats-Unis qui en ont perdu 6.
 
Le gouvernement américain, le département d’État, le département de la Défense, etc. n’étaient pas d’accord avec la décision de retrait de Trump, 90% du Congrès américain la condamne, et probablement 95% du public américain était en désaccord avec elle, mais il le fait quand même.
 
Trump s’est inquiété qu’il a commis une erreur et que son propre peuple se retournerait contre lui, qu’il a besoin de lutter contre la destitution, alors il a écrit à Erdogan une lettre juvénile en disant « Nous allons trouver un accord… ne soyez pas idiot, je vous appelle plus tard » – que Erdogan a ignorés et jetés à la poubelle.
 
La Turquie a décidé d’envahir le Rojava / nord de la Syrie pour nettoyer ethniquement une « zone de sécurité » génocidaire de 30 km exempte de Kurdes, qu’elle a l’intention de repeupler avec 2-3 millions de réfugiés syriens non kurdes d’autres régions de Syrie résidant actuellement en Turquie, qui sont fidèles à Erdogan.
 
La Turquie a commencé à bombarder aveuglément des villes kurdes, provoquant la fuite de 300 000 civils.
 
La Turquie a envoyé sa coalition djihadiste « ANS » (armée nationale syrienne) en tant que troupes de choc, et ils ont commencé à piller et à exécuter des personnes sur la route, dont une femme politique kurde qui a été brutalement tuée dans une vidéo (Hevrin Khalaf). Les médias turcs ont ensuite célébré sa mort atroce.
 
Désireuse de sauver leur force de substitution anti-kurde, DAECH, plus efficace que l’ASN mais prisonnière des Kurdes, la Turquie a alors commencé à bombarder les murs des prisons de DAECH et à bombarder les clôtures des camps des familles de DAECH, ce qui a eu pour conséquence que 900 d’entre eux ont fui et se sont échappés. Cependant, il reste encore environ 80 000 militants de DAECH et leurs familles [pas encore sauvés par la Turquie].
 
La Turquie s’est fâchée que les troupes américaines ne partent pas de Kobanê, alors l’armée turque a tiré sur un avant-poste américain pour les faire fuir.
 
Leur plan a fonctionné, car le lendemain, Trump a dit qu’il retirait toutes les troupes américaines du nord de la Syrie. En sortant, l’armée de l’air américaine a bombardé ses propres bases anti-EI. La Russie a pris le relais de ceux qu’ils n’ont pas fait sauter.
 
Alors que la Turquie commence à bombarder lourdement les villes kurdes, les Kurdes demandent aux Etats-Unis une zone d’exclusion aérien (« no-fly zone »), pour au moins rendre le combat équitable car ils n’ont jamais reçu de canons anti-aériens, mais les Etats-Unis l’ont refusé.
 
Les forces kurdes ont donc demandé à la Russie et à Assad de protéger le ciel de la Turquie et de leur donner une zone d’exclusion aérienne contre les jets turcs.
 
Les Etats-Unis décident que bien qu’ils ne protégeront pas leurs alliés kurdes des bombes turques des 5 dernières années, ils ne veulent pas non plus que la Russie et Assad le fassent, alors les Etats-Unis ont essayé d’empêcher les troupes d’Assad d’entrer à Manbij.
 
Les forces d’Assad finissent par entrer et mettent en place des défenses aériennes à Manbij.
 
Les généraux de Trump qui craignent que sa décision de retrait total n’offre un énorme cadeau géostratégique à l’Iran (l’allié d’Assad), essaient de tergiverser et de dire que les Etats-Unis peuvent rester, ou au moins protéger Kobanê, et qu’ils ne veulent pas quitter les champs pétroliers de Deir ez-Zor, ou quitter Al-Tanf [base militaire des États-Unis, située dans le gouvernorat de Homs] et [permettre] un « pont chiite » de Beyrouth à Téhéran, afin que les Kurdes ne puissent conclure un marché avec Assad et la Russie.
 
Pendant ce temps, des centaines de manifestations dans le monde entier condamnent la tentative de génocide de la Turquie, et la Turquie commence à perdre la guerre des relations publiques, et le Congrès américain impose des sanctions économiques à la Turquie jusqu’à ce qu’il arrête l’invasion.
 
Trump commence à dérailler en disant que les Kurdes ne sont pas de véritables alliés puisqu’ils ne les ont pas aidé à Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale, et que les Kurdes ne sont « pas des anges », et les qualifie essentiellement de mercenaires uniquement intéressés par l’argent ou leur propre terre, et dit ensuite honteusement que les guérillas kurdes qui ont sauvé 40.000 Yézidis du génocide de Sinjar, sont réellement « pire » que DAECH dans bien des domaines (…) ».
 
Les forces kurdes se regroupent et organisent une vaste contre-offensive et commencent à repousser les troupes turques de l’ASL et à reprendre la ville de Serê Kaniyê (Ras al-Ayn). La situation devient si grave que la Turquie commence à fermer son mur frontalier derrière elle, empêchant les jihadistes en fuite de s’échapper.
 
Voyant qu’ils commencent à perdre, la Turquie commence à utiliser des armes chimiques pour obtenir un avantage sur le champ de bataille, mais leur utilisation est révélée dans la presse et ce n’est toujours pas efficace pour arrêter la contre-attaque kurde.
 
Les forces kurdes commencent à pousser les forces turques hors de la Syrie, qui sont maintenant confrontées à la possibilité embarrassante d’une défaite, et en réponse, Trump envoie le vice-président Pence en Turquie pour rencontrer Erdogan et négocier un soi-disant « cessez-le-feu ».
 
Cependant, les Kurdes, les Syriens et les Russes ne sont pas invités à ce « cessez-le-feu », et les Etats-Unis (qui disent qu’ils partent) et la Turquie (qui envahit illégalement) acceptent avec arrogance un plan de reddition de 5 jours pour donner une victoire à l’armée turque sans la gagner, où les forces kurdes ont 120 heures pour battre en retraite et permettre le plan de nettoyage ethnique de toute leur région sans résistance.
 
Leur « cessez-le-feu » donne également 5 jours à la Turquie pour apporter davantage d’armes lourdes et de chars sans être attaquée, et crée une situation où si les Kurdes continuent sur leur lancée et chassent la Turquie de Syrie – ce qu’ils seraient justifiés de faire – ils seront considérés comme les « méchants » agresseurs qui ont rompu ce que l’on appelle le « cessez-le-feu », dont ils n’ont pas accepté et pour lesquels, ironiquement, on ne les a jamais invités à discuter.
 
Le soi-disant « cessez-le-feu » donne également 5 jours aux protestations mondiales pour se calmer, met fin aux sanctions économiques du Congrès américain contre la Turquie, et donnera l’impression que ce sont les Kurdes qui ne suivent pas le plan dans 5 jours, quand ils refusent manifestement de battre en retraite et acceptent leur propre déplacement ethnique.
 
Pour conclure, il y avait déjà une « zone de sécurité » dans le nord de la Syrie, elle s’appelait le Rojava, et la Turquie l’a envahie et a apporté la mort et la destruction avec la bénédiction de Trump. La Turquie doit quitter chaque centimètre de la Syrie qu’elle occupe illégalement (y compris Afrin, etc.) et les Etats-Unis – à qui on ne peut pas faire confiance à cause de Trump à ce point – peuvent suivre derrière eux.
 
Quant aux Kurdes (en abrégé ici pour la coalition multiethnique des Arabes, Assyriens, Syriens, Syriens, Turkmènes, Arméniens, Arméniens, Circassiens etc. qui résident dans le nord de la Syrie et les volontaires occidentaux et même turcs qui combattent à leurs côtés) ils devraient se tenir à la frontière avec la Syrie, l’armée d’Assad et la couverture aérienne russe si elle leur est assurée. La Turquie sont les envahisseurs qui commettent des crimes de guerre et ce sont eux qui doivent battre en retraite. De plus, le criminel attaquant ne devrait pas avoir à décider quand les tirs défensifs cesseront.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici