Appel urgent : Une crise humanitaire menace le camp de réfugiés de Maxmur

0
190
KURDISTAN DU SUD – ERBIL – Le Conseil populaire du camp de réfugiés de Maxmur tire la sonnette d’alarme devant la crise humanitaire qui menace le camp de réfugiés kurdes de Maxmur et appelle la communauté internationale à agir d’urgence.
 
Voici l’appel des responsables du camp de Maxmur :
 
« Le camp de réfugiés de Maxmur, qui abrite plus de 13 000 réfugiés kurdes, a enduré de nombreuses épreuves, y compris des agressions militaires. Les frappes aériennes militaires turques du 6 décembre 2017 et du 13 décembre 2018 ont tué 8 résidents du camp et blessé d’autres personnes, et une nouvelle vague d’attaques et de pressions sur le camp de Maxmur a commencé le 19 juillet.
 
Après l’attaque du 17 juillet dans le restaurant Huqqabaz, à Erbil, contre des employés du MIT (Agence nationale de renseignement) turc qui a fait trois morts, les forces de sécurité du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) ont fermé toutes les entrées et sorties du camp Maxmur, qui est maintenant encerclé et sous un embargo strict.
 
– Les attaques récentes ont commencé le 19 juillet 2019, date à laquelle au moins 3 bombes ont été larguées à proximité du camp.
– Deux civils ont été ensevelis sous la terre à cause des explosions. Les blessés ont été secourus et emmenés à l’hôpital par des résidents du camp et tous deux vont bien maintenant.
– Les bombardements ont également endommagé les vignobles et les vergers des habitants du camp.
– Le même jour, les forces de sécurité du PDK ont arrêté des résidents civils du camp. Les familles des personnes arrêtées n’ont pas encore pu voir leurs proches et aucune information à leur sujet n’est disponible.
– Depuis le 19 juillet, l’entrée et la sortie du camp sont interdites. Personne n’est autorisé à quitter le camp, même en cas d’urgence médicale ou autre. Cela a déjà conduit à plusieurs cas de fausses couches.
– Les résidents du camp qui travaillent à l’extérieur du camp ne sont pas autorisés à quitter le camp, et de nombreux résidents du camp qui travaillent dans des villes comme Erbil (Hewler) ont perdu leur emploi.
– La discrimination, le harcèlement et la pression psychologique sont exercés sur les résidents du camp.
– Les menaces de violence incessantes obligent les habitants du camp à quitter la région du Kurdistan et l’Irak.
– Les « Mères de la Paix » du camp ont protesté contre ces mesures. En conséquence, ils ont été violemment attaqués par les responsables du PDK.
 
Alors que le Conseil populaire du camp de réfugiés de Maxmur a clairement indiqué que les résidents du camp n’ont rien à voir avec l’attaque du restaurant Huqqabaz, l’agression et les autres formes de pression contre le camp augmentent. Le camp de Maxmur est aujourd’hui gravement menacé et les résidents du camp ont peu accès à la nourriture, aux soins médicaux et au travail. Les habitants sont de plus en plus isolés, leurs besoins fondamentaux sont ignorés et ils vivent dans un état d’urgence de facto. Outre les abus susmentionnés, ces mesures constituent explicitement de la violence à l’égard des femmes. Les Mères de la paix, qui ont été à l’avant-garde des manifestations ces dernières semaines, ont été confrontées à la violence des responsables du PDK, qui ont traîné les femmes au sol par les cheveux. En outre, des femmes enceintes ont fait des fausses couches en raison d’un accès inadéquat aux soins de santé en raison de l’embargo. Le camp, qui abrite des structures féminines autonomes, dont une assemblée des femmes et une académie des femmes, condamne ces attaques contre les femmes.
 
Nous, les résidents du camp Maxmur, pensons que les attaques et agressions perpétrées par l’Etat turc contre nous s’intensifieront tant que le gouvernement irakien et les Nations Unies (ONU) garderont le silence. Nous avons écrit de nombreuses lettres et fait de nombreuses déclarations publiques aux représentants des institutions concernées au sujet de l’embargo en vigueur et de la détérioration de la situation, mais le silence collectif concernant cette menace pour la vie humaine persiste. Jusqu’à présent, ni le gouvernement irakien ni l’ONU n’ont réagi à l’agression illégale perpétrée par l’État turc. Selon le droit international, les frappes aériennes de l’armée turque constituent une violation flagrante de la souveraineté de l’Irak et contreviennent aux accords internationaux de l’ONU et du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui est chargé de protéger les réfugiés, les personnes déplacées et les apatrides.
 
Nous appelons urgemment les Nations unies (ONU), et en particulier la HCR (L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés), à remplir leurs obligations et à prendre des mesures pour faire respecter le droit et les conventions internationales en demandant des comptes à la Turquie pour ses attaques contre le camp de Maxmur, qui accueille plus de 13 000 réfugiés. La Turquie est elle-même signataire de la Charte des Nations unies et des accords internationaux relatifs aux droits de l’homme.
 
Nous demandons à l’ONU de veiller immédiatement à ce que l’embargo sur le camp Maxmur soit levé et à ce que le camp Maxmur ait accès aux vivres et aux soins médicaux.
 
Nous appelons à mettre fin à l’agression militaire turque contre le camp de Maxmur. Si la Turquie est autorisée à agir en toute impunité, elle continuera de prendre pour cible les résidents du camp de Maxmur, ce qui entraînera davantage de morts et de destruction.
 
Le gouvernement irakien doit assumer la responsabilité des crimes commis contre les civils qui vivent à l’intérieur des frontières de l’Irak et qui sont maintenant la cible de frappes aériennes militaires dans l’espace aérien irakien. Nous appelons donc le gouvernement irakien à agir contre cette violation de sa souveraineté.
 
Nous appelons la communauté internationale, les défenseurs des droits humains et la société civile à réagir contre les actes illégaux et meurtriers de l’agression militaire turque contre le camp Maxmur. »
 
Conseil populaire démocratique du camp de réfugiés de Maxmur
Septembre 2019
 
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Mme Ayşe Mihemed, E-Mail : dalyanmavi@hotmail.com ; Téléphone : 00964 750 69 72 72 264
 
Bref aperçu du camp de réfugiés de Maxmur
 
Maxmur (Makhmour) est une ville située à 60 kilomètres au sud-ouest d’Erbil, la capitale de la région du Kurdistan irakien. Le camp de réfugiés de Maxmur, situé à Maxmur, est un camp de réfugiés reconnu par les Nations Unies qui, depuis 1998, accueille des milliers de réfugiés du Nord Kurdistan (Turquie). De nombreux habitants du camp ont été contraints de fuir leurs foyers dans le nord du Kurdistan en 1993-1994, l’État turc ayant mené une campagne brutale d’agression contre le peuple kurde, niant l’existence de ce dernier, interdisant l’expression de son identité kurde et réprimant la culture kurde, tout en utilisant ses militaires pour détruire des milliers de villages et déplacer des centaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, la population du camp de Maxmur a plus de 13 000 résidents, dont de nombreux enfants du camp sont nés apatrides.

Le camp de Maxmur est situé à un endroit stratégique, servant de porte d’entrée vers le sud du Kurdistan (Irak) depuis le sud. En août 2014, alors que DAESH / ISIS envahissait une grande partie de l’Irak et de la Syrie, l’organisation terroriste a pris Maxmur pour cible afin d’avancer sur Erbil, la capitale et la plus grande ville de la région du Kurdistan en Irak. DAESH a envahi et occupé le camp, bien que les habitants de Maxmur se soient joints à d’autres combattants pour résister à l’avancée de DAESH, et les milices populaires, les forces d’autodéfense, les femmes et les jeunes ont finalement expulsé DAESH (l’Etat islamique) après des jours de combat, empêchant une invasion catastrophique du Sud-Kurdistan en organisant une résistance pour l’humanité entière, sans laisser passer DAECH. Après cette victoire, M. Massoud Barzani, alors Président de la région du Kurdistan irakien, a visité le camp Maxmur et a exprimé ses remerciements aux forces d’autodéfense pour leur rôle dans cette victoire.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici