L’une des combattantes de Kobanê : Se battre avec d’autres êtres est une triste histoire

0
152
Dès que le soleil fait son apparition dans le ciel, elles sont éveillées, et s’il est derrière les montagnes de Kobanê, elles sont encore plus éveillées. Le temps s’arrête pour elles lorsqu’elles doivent nettoyer le ciel de leur pays du drapeau noir de DAECH, tout comme enlever la saleté de la vaisselle dans la cuisine, comme enlever les fientes d’oiseaux des vitres. Ces femmes n’ont pas de nom, leur nombre est inconnu, et il n’y a pas eu de micro pour leur donner l’occasion de parler d’elles-mêmes, mais Kobanê respire grâce à leur présence.
 
Evindar Botan s’abstient de dire son âge, mais une femme d’environ 25 ans sourit à la mort et à la vie simultanément sous la poussière de fatigue des 50 jours de résistance de Kobanê 24 heures sur 24. L’interview est courte et la déconnexion de l’ordre des mots est inévitable en raison du bruit des bombes et des balles. Botan, comme d’autres membres de la guérilla (Parti des Femmes Libres du Kurdistan – PAJK), branche féminine du PKK, ne peut pas dire son nom de naissance. Si vous les appelez « Peshmerga », elles s’énervent et se demandent pourquoi les médias ne font toujours pas la différence entre ceux qui combattent à Kobanê et les Peshmerga kurdes. Ses réponses sont accompagnées de pauses et de réflexions pour ne révéler aucune information militaire. Botan est originaire d’Adana, en Turquie, et maintenant elle se bat loin de la famille, avec les combattantes à Kobanê. Le soleil de Kobanê n’est toujours pas couché et le temps est arrêté à la victoire de la guérilla.
 
Pourquoi avez-vous décidé d’aller à Kobanê, pourquoi les femmes de Kobanê ont-elles décidé de se défendre au lieu de s’enfuir ?
 
Je voulais contribuer à la défense de Kobanê, la résistance de Kobanê et la force de son peuple m’ont vraiment touché, DAESH est une force inhumaine qui a attaqué la ville avec toutes ses forces. L’effondrement de Kobanê a coïncidé avec celui de l’humanité et de nos valeurs nationales. J’aurais dû venir, seule cette présence aurait pu me satisfaire.
 
Avez-vous été entraîné à utiliser les armes et à participer à des activités militaires l’ou avez-vous appris pendant la guerre ?
 
J’avais auparavant rejoint la lutte du peuple kurde en Turquie. J’ai suivi un cours dans les montagnes de Qandil pendant quatre mois, mais comme les conditions à Kobanê sont différentes et que ce n’est pas une région montagneuse. Je me suis de nouveau entraînée un mois avant de venir ici, cette formation comprenait l’introduction des armes et l’utilisation des différentes armes. Nous avions aussi des classes idéologiques qui visaient à renforcer le moral et la reconnaissance des réflexions des commandants mais l’entraînement militaire et la préparation de la ligne de front sont deux choses complètement différentes. C’est ici que nous avons vraiment vu l’ennemi.
 
N’avez-vous pas subi de fortes pressions en tant que femme pour mener des activités militaires ?
 
Oui, c’est difficile mais il y a quelque chose qu’on appelle le but et la foi en lui qui facilite toutes ces difficultés, aucun obstacle, même les blessures graves (Evindar Botan a été blessé lors d’un combat armé) ne vous empêche d’avancer sur cette route.
 
Y a-t-il une différence entre les hommes et les femmes sur le champ de bataille, d’après les expériences que vous avez acquises pendant les mois de la guerre ?
 
Tout est basé sur la confiance en soi et le renforcement de la volonté. Il n’y a pas de différence entre les femmes et les hommes. Nous, les femmes, nous nous sommes battues contre DAESH comme des hommes. Vous pouvez le constater dans les régions les plus sensibles et en première ligne de la guerre. Ces perceptions traditionnelles au sujet des femmes ici sur les fronts, en première ligne, sont volées en éclat.
 
Avez-vous déjà imaginé qu’un jour, vous aurez une arme et défendrez la ville ?
 
(Rires) Dans mon enfance, je disais à ma mère que je rejoindrais un jour la guérilla, ma mère disait que ce n’était pas « un travail de fille ». Nous vivions dans une société où les filles étaient enfermées dans la cuisine et le rêve d’épouser un homme qui leur fournit de la nourriture était leur ambition ultime. Nous devons changer cette mentalité, notre présence effective en première ligne le prouve.
 
Cette guerre est-elle le sort du peuple de Kobanê ou celui que d’autres ont fait pour vous ?
 
Non, pas du tout. Ce n’est pas le destin de notre peuple. Les superpuissances craignent la présence de forces populaires en quête d’égalité au Moyen-Orient. DAESH n’était pas une force ; des pays puissants l’ont soutenue.
 
Pourquoi y a-t-il plus de nouvelles et d’informations sur les femmes combattantes à Kobanê de nos jours ? Les hommes de cette ville ne vous accompagnent-ils pas en défense ?
 
Certainement, c’est le cas. La participation généralisée et effective des femmes à des rôles que la société n’a pas définis pour elles est attrayante, en particulier au Moyen-Orient, où la présence des femmes dans les problèmes graves est très rare. Même dans le monde entier, ce nombre de présence consciente des femmes est sans précédent. Ces femmes ont arrêté les progrès de DAESH. DAESH a facilement capturé un tiers du territoire de l’Irak et de la Syrie mais n’a pas pu vaincre les femmes. Notre révolution, c’est aussi la révolution des femmes. Pas un pas en arrière, pas un pas en avant des hommes. Epaule contre épaule.
 
Quel est le groupe d’âge des femmes de la guérilla à Kobanê ? Comment vivent-elles ?
 
De tous les âges, de plus de dix-huit à trente ans. La chose la plus importante pour laquelle nous luttons est la défense de la pensée humaine et les efforts pour améliorer les droits des femmes. Cette situation n’est pas souhaitable pour les humains, et en particulier pour les femmes, et changer cette situation est la voie que nous avons choisie avec tous les dangers qu’elle comporte.
 
Quand l’une des femmes de la guérilla a commis un attentat-suicide à Kobanê, comment cela a-t-il affecté votre humeur et celle des autres femmes qui combattent dans cette ville ?
 
(Elle est attristée d’entendre le mot d’attentat suicide et insiste sur le fait qu’il s’agit d’un sacrifice personnel) Les loups sont venus dans la religion et ils détruisent leurs semblables de la manière la plus brutale qui soit. Nous devons nous battre de toutes nos forces. Celles comme la martyre Arian Mirkan. Mirkan s’est consacrée à la liberté avec tout son courage. Elle a eu un grand impact sur le processus de combat et nous a tous touchés. Il y a beaucoup de gens comme elle.
 
Que pensez-vous de l’attentat-suicide ? Pourriez-vous être dans une situation où il n’y a pas d’autre solution que de faire cela ? Qu’allez-vous faire alors ?
 
Nous voulons vivre. Mais s’il n’y a pas d’autre solution ? Il a empêché l’effondrement des villes et de nombreux autres massacres. Oui, je vais certainement le faire.
 
Jusqu’à Kobanê, le thème principal de la guerre a toujours été celui des hommes et des femmes qui n’étaient sous pression que du côté de la guerre. Aujourd’hui, la tendance s’inverse à Kobanê. Dans une telle situation, comment communiquez-vous avec votre famille et comment jouez-vous le rôle d’une mère, d’une conjointe et d’une fille ?
 
Celles qui rejoignent les Unités de Protection de la Femme (YPJ), avec ce choix, n’ont pas le droit de se marier et de vivre sous l’autorité des décisions des hommes. Tant que ces inégalités existeront et que ces rôles (sœur, mère, fille, épouse) auront les mêmes responsabilités qu’auparavant, ce sera pratiquement impossible. Je suis aussi un être humain et je pense à ma famille, mais les conditions de la guerre exigent que j’aie une interaction très limitée avec eux. Notre objectif est de restaurer la dignité humaine et de promouvoir le rôle et les droits des femmes.
 
Avez-vous déjà été en contact étroit avec un membre de DAESH ? Comment les voyez-vous ? Pourquoi pensez-vous que la bataille avec eux à Kobanê est devenue si globale ?
 
Oui, j’ai vu. Comment expliquer ! Eh bien, ils sont humains aussi. Ils veulent vous intimider en répandant des images telles que couper des têtes humaines, ils se montrent de telle manière qu’ils créent des peurs dans le cœur des gens afin de les faire taire. Kobanê est un point qui leur dit qu’ils sont en fait très faibles, et avec ce truc, ils ne peuvent rien faire. Kobanê l’a prouvé au monde, son importance doit être considérée dans cette perspective.
 
Avant cela, que signifiait la guerre dans votre esprit, et quelle est votre vision de la guerre aujourd’hui ?
 
Ce concept m’a toujours accompagné. Dès l’enfance, j’ai voulu faire de la terre un endroit plus juste avec mon fusil. Mais avec la participation à la guerre, beaucoup d’autres réalités sont devenues évidentes pour moi. Se battre avec d’autres êtres est une triste histoire, mais il n’y a pas d’autre moyen. Je me connaissais à la guerre. L’homme se connaît vraiment dans la guerre et évalue ses forces et ses pouvoirs.
 
*Cette interview a été réalisée en novembre 2014, pendant la guerre intense contre DAESH à Kobanê, en Syrie. Evindar Botan a été tuée le 04 juillet 2015, 8 mois après l’interview, près de Kobanê. Sur son site, les YPJ ont déclaré que, d’après les informations formelles des YPJ, son nom de naissance était Zeynep TEKÎN.
 
Interview réalisée par Zanyar Omrani

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici