Rassemblement d’Istanbul pour la paix : nous défendrons la démocratie et la paix ensemble

0
660
TURQUIE – ISTANBUL – Des milliers de personnes ont participé au rassemblement de la Journée mondiale de la paix organisé par les forces travaillistes, pacifiques et démocrates à Istanbul.
 
« Nous mènerons une lutte plus acharnée pour la démocratie contre le règne d’un seul homme. Nous récupérerons nos voix, notre volonté, notre coexistence et notre fraternité. Nous sommes à Amed, à Van, à Mardin et à Çanakkale. »
 
Le rassemblement sur la place Kartal est organisé sous le slogan «La paix contre la guerre»«La volonté du peuple contre les administrateurs», en signe de protestation contre la prise par le régime de l’AKP trois municipalités kurdes gérées par le HDP à Diyarbakır, Mardin et Van.
 
Des députés du Parti démocratique des peuples (HDP) et du Parti républicain du peuple (CHP) ainsi que des représentants de nombreux partis et organisations de la société civile, ainsi que des mères du samedi et des mères kurdes pour la paix ont assisté au rassemblement. Le rassemblement a pris place sous le blocus de la police dès les premières heures de la matinée.
 
Les slogans scandés par la foule étaient les suivants: «Nous défendrons la démocratie et la paix ensemble», «La paix contre la guerre, solidarité populaire contre les administrateurs», «Épaule contre épaule contre les administrateurs entre Istanbul et Mardin», «Le peuple d’Amed n’est pas seul». Les femmes ont également protesté contre les féminicides et la maltraitance d’enfants.
 
Certains des politiciens qui ont rejoint le rassemblement sont : Les députés HDP Saruhan Ulaç, Fatma Kurtulan, Hüda Kaya, Züleyha Gülüm, Zeynel Özel, députés CHP Mahmut Oral, Sezgin Tanrıkulu, Ali Şeker, Halk Evleri (Maisons du peuple), coprésident Nuri Günay, Canan Kaftancıoğlu, responsable du CHP à Istanbul, Ali İhsan Dinçer, président de la Fédération des syndicats d’Amed, Ekrem Baran, président du Congrès islamique démocratique, ainsi que de nombreux artistes et représentants de plusieurs institutions et établissements.
 
Le discours d’ouverture prononcé par le comité organisateur de la Journée mondiale de la paix, le 1er septembre, indiquait que le gouvernement de l’AKP-MHP touchait à sa fin et tentait de prolonger sa vie par le biais de la répression, de l’interdiction et de la politique de guerre.
 
Le comité a déclaré : «Nous mènerons une lutte plus forte pour la démocratie contre la règle d’un seul homme. Nous réclamerons nos votes, notre volonté, notre coexistence et notre fraternité. Nous sommes à Amed, à Van, à Mardin et à Çanakkale. Une paix non construite par les peuples n’est pas la paix. Nous méritons et réaliserons la paix. »
 
Un message envoyé par le co-maire de Mardin, Ahmet Türk, a été lu après le discours d’ouverture. Le message de l’homme politique kurde a déclaré : « Nous savons tous que la paix, la justice et l’égalité viendront un jour. Nous organiserons la paix contre la guerre dans notre pays et dans la région. »
 
La déclaration commune de toutes les institutions a été lue par la présidente de la TİHV (Fondation turque pour les droits de l’Homme) Sebnem Korur Fincancı et l’artiste Orhan Alkaya :
 
« La paix est une nécessité pour défendre notre travail et notre démocratie. Les politiques bellicistes et expansionnistes mises en œuvre par le gouvernement AKP d’Erdoğan dans un souci de «sécurité nationale» ont transformé notre pays en une partie de la guerre de partage entre les impérialistes en Syrie, en Méditerranée orientale et dans l’ensemble du Moyen-Orient. Prétendant que la sécurité nationale est une question de survie, le gouvernement de l’AKP-Erdoğan voit les réalisations du peuple kurde en Syrie et dans la région comme une menace, poursuit des politiques nationalistes, pro-guerre (…). Confronté à une impasse économique et politique, le gouvernement met en œuvre la politique de guerre et de conflit comme un moyen indispensable de maintenir le régime d’un seul homme. »
 
La déclaration a également souligné les taux croissants de chômage, de licenciements, de féminicides, de destruction de la nature et de répression contre la société et l’opposition alors que le régime à un seul homme de l’AKP est axé sur la guerre.
 
Se référant à la saisie des municipalités du HDP à Amed, Van et Mardin, la déclaration commune a souligné que l’attaque contre la volonté du peuple et la politique démocratique faisait partie de la politique du régime de l’AKP qui ne reconnaît pas les lois et la justice.
 
La déclaration soulignait que l’AKP se vengeait des Kurdes qui n’avaient pas voté pour le régime d’un seul homme, et tentait maintenant de récupérer les municipalités qu’il a perdues lors des élections.
 
« Nous savons que ce qui a été fait à Diyarbakır, Mardin et Van est une attaque contre la volonté et les droits de chacun d’entre nous. La politique consistant à saisir la volonté du peuple sert à légitimer le régime actuel. »
 
Soulignant l’importance d’une lutte multiforme de toutes les couches de la société contre le régime d’un seul homme, la déclaration a promis de renforcer encore le combat pour la démocratie contre le régime d’un seul homme.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici