SYRIE. Sans les Kurdes, la zone de sécurité turco-américaine risque de faire renaître DAECH

0
362
La zone de sécurité américano-turque prévue pour la région du nord-est de la Syrie contrôlée par les forces arabo-kurdes ne répond pas aux préoccupations locales et risque de nuire à la lutte menée par les États-Unis contre l’Etat islamique, selon un article publié lundi par le site National Interest.
 
« Pour que tout accord conclu dans le nord-est de la Syrie fonctionne, il doit fournir une solution durable aux intérêts de la sécurité américaine et turque et répondre aux préoccupations des Kurdes. L’accord actuel échoue à tous points de vue », ont écrit lundi pour le National Interest Gönül Tol, directrice du Centre d’études turques du Middle East Institute, et le général Joseph Votel, patron du Commandement Central américain, le CENTCOM, de mars 2016 à mars 2019.
 
La Turquie a longtemps réclamé une zone de plus de 30 km de profondeur qu’elle veut contrôler et qui serait interdite aux forces démocratiques syriennes (FDS). Si tels sont les paramètres de la zone, elle déplacerait probablement plus de 90% de la population kurde syrienne, exacerbant une situation humanitaire extrêmement difficile et créant un environnement propice à un conflit accru, ont déclaré Tol et Votel.
 
Suite à la victoire contre DAECH / ISIS en mars dernier, les FDS contrôlent un tiers de la Syrie, qui compte environ cinq millions de personnes, notamment des Arabes, des Kurdes, des chrétiens syriaques, assyriens et chaldéens, des Yazidis et des Turkmènes.
 
« Stabiliser et reconstruire cette région diversifiée et complexe peut s’avérer encore plus difficile que de vaincre DAESH », ont écrit Amy Austin Holmes, chargée de programme pour le Moyen-Orient au Wilson Center, et Wladimir van Wilgenburg, analyste de la politique kurde.
 
Le président syrien Bashar Assad continue de refuser de faire des concessions à la région, tandis qu’Erdoğan menace d’envahir et que les cellules dormantes de l’Etat islamique mènent des attaques régulières. « Compte tenu de l’énormité des défis et de la précarité de la situation, il est de la plus haute importance de bien calibrer et mettre en œuvre la politique américaine en ce moment décisif », ont déclaré Holmes et van Wilgenburg.
 
Selon Tol et Votel, la zone de sécurité proposée entravera les efforts des États-Unis pour empêcher la résurgence de DAESH, les FDS étant la force la plus efficace contre le groupe extrémiste djihadiste, promouvant la stabilité et la gouvernance locale et arrêtant le mouvement et les ressources dont DAECH a besoin.
 
« Ankara affirme que la présence des forces kurdes dans cette région constitue une menace pour la sécurité de la Turquie. Bien que certains incidents continuent de se produire le long de la frontière, rien ne permet de penser que la région est utilisée comme une plate-forme pour attaquer la Turquie », ont déclaré Tol et Votel.
 
Déplacer la population kurde priverait la population du nord-est de la Syrie de toute attaque et lui donnerait la possibilité de vivre en paix et de se remettre du conflit, ont déclaré Tol et Votel.
 
Les Kurdes se sont montrés disposés à partager le pouvoir avec leurs homologues arabes, tandis que les FDS a montré sa capacité à négocier la politique tribale, y compris avec des groupes djihadistes tels que Hayat Tahrir al-Sham (HTS, ancien al-Nosra), qui est liée à Al-Qaïda. par des professionnels expérimentés, notamment des économistes, des médecins et des éducateurs, selon Holmes et van Wilgenburg.
 
« Sans les FDS, les factions djihadistes telles que HTS et DAESH risquent de revenir », ont déclaré Holmes et van Wilgenberg, soulignant que les rebelles à Idlib étaient incapables de combattre HTS.
 
Dans le même temps, la Turquie n’a souvent pas été en mesure d’empêcher les affrontements entre rebelles dans les zones sous son contrôle, comme à al-Bab l’année dernière, où un groupe menaçait des soldats américains. Compte tenu du nombre de factions rivales, une structure de commandement centralisée comme celle des FDS est absolument nécessaire, selon Holmes et van Wilgenberg.
 
Plutôt qu’une zone de sécurité, Tol et Votel demandent un mécanisme de sécurité durable qui réponde aux préoccupations de toutes les parties, surveille et contrôle les opérations de sécurité et facilite la communication.
 
Les forces kurdes doivent autoriser les patrouilles communes dans les zones vulnérables, les armes lourdes doivent être éloignées de la frontière et les postes de sécurité frontaliers doivent être démantelés, tandis que la Turquie devrait coopérer étroitement avec la coalition dirigée par les États-Unis sur les patrouilles combinées, la surveillance et les points de contrôle frontaliers contrôlés conjointement, selon Tol et Votel.
 
Holmes et van Wilgenberg soutiennent que si les États-Unis veulent assurer la défaite durable de l’Etat islamique, les membres de la coalition devraient renforcer leur soutien financier et politique en faveur de la stabilisation et de la reconstruction et faire pression sur la Turquie et l’Irak pour qu’ils ouvrent les frontières pour la livraison de biens humanitaires.
 
« L’objectif ultime devrait être de rendre les communautés du nord-est de la Syrie résilientes contre toute réémergence possible de l’EI. Cela nécessitera des forces de sécurité professionnelles, inclusives et efficaces. Les États-Unis ont une rare occasion d’avoir un impact positif sur le développement humain de la région. C’est maintenant qu’il faut agir », ont déclaré Holmes et van Wilgenberg.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici