Forum international sur l’IE : Les partenaires de l’IE devraient rendre des comptes

0
564
SYRIE / ROJAVA – La conférence internationale sur le sort des membres de DAECH / ISIS emprisonnés par les forces démocratiques syriennes (FDS) a débuté ce matin dans la ville d’Amûdê, dans le nord de la Syrie.
 
Le forum se tient sous le titre « DAECH : Dimensions, défis et stratégies de confrontation » et accueille quelque 200 participants, dont des avocats français et des analystes américains, des journalistes, des politiciens et des défenseurs des droits humains… de différents pays.
 
Ce Forum est le deuxième Forum international organisé par le Centre du Rojava pour les études stratégiques (NRLS), après le Forum international sur le nettoyage ethnique et le changement démographique commis dans le canton kurde d’Afrin, qui s’est tenu dans le nord-est de la Syrie en décembre 2018. Ce forum de trois jours est le premier du genre à se tenir dans le nord-est de la Syrie, en présence de David L. Phillips, Bernard Kouchner, Michael Rubin, Thomas Schmidinger et d’autres experts régionaux et internationaux.
 
Après les discours d’ouverture, les victimes des massacres de Daech venues de France, Syrie, Irak et Turquie, ont pris la parole. La conférence se poursuit avec les prises de parole des responsables de la Syrie du Nord et d’Est ainsi que des intervenants étrangers.
 
Berîvan Xalid : Notre première exigence est la tenue du procès de l’EI ici
 
S’exprimant lors du forum, Berîvan Xalid, coprésidente du Conseil exécutif de l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, a rappelé que la présence de DAECH avait pris fin grâce aux prix élevés payés dans le Nord et l’Est du pays. Xalid a souligné que la menace de DAECH persistait et a appelé la communauté internationale à continuer d’apporter son soutien à la région. « Notre première revendication est la tenue du procès de DAECH ici », a déclaré Xalil, ajoutant que toutes les forces devaient continuer la lutte anti-EI avec une nouvelle stratégie.
 
MUSLIM : L’EI ne doit pas rester impuni
 
Enwer Müslim, coprésident du Conseil exécutif de l’administration autonome de la région de l’Euphrate, a fait remarquer que la lutte qu’ils mènent n’est pas seulement pour les peuples de Syrie, mais pour le monde entier. Soulignant que les membres arrêtés de l’EI devaient être jugés en Syrie, Muslim a demandé que l’IE et les structures similaires ne restent pas impunis pour qu’ils ne menacent plus les peuples du monde.
 
Hecî : DAECH ne devrait pas être une devrait pas être une question de négociations internationales
 
Après le discours de Müslim, la lettre du coprésident de l’Assemblée de Shengal, Hisen Hecî, a été lue. Hecî a déclaré que personne d’autre que l’administration du nord et de l’est de la Syrie n’avait prêté main forte aux Yézidis lorsqu’ils ont été soumis au génocide à Shengal. Il a déclaré : « DAECH ne devrait pas être une question de négociations internationales. Ceux qui ont vaincu DAECH au prix d’un lourd tribut devraient également avoir un rôle déterminant dans la phase judiciaire. »
 
Garrett : Les FDS ont joué un rôle important dans la défaite de DAECH
 
L’ancien membre du Congrès américain, Thomas Garrett a déclaré que les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont été créées pour défendre les droits humains et ont joué un rôle majeur dans l’achèvement de DAECH. Garrett a noté que de grands efforts avaient été faits dans la lutte contre DAECH dans le nord et l’est de la Syrie, ajoutant qu’il écrirait une lettre pour transmettre ces questions à l’administration américaine.
 
Franceschi : La menace de DAECH demeure
 
S’exprimant ensuite, l’écrivain français, Patrice Franceschi a fait remarquer que la défaite territoriale de DAECH ne signifiait pas la fin de l’organisation. « Les FDS ont joué un rôle important dans la défaite de DAECH, mais la menace de DAECH demeure. Dans mon opinion, la lutte contre DAECH devrait continuer à l’avenir sous de nouvelles formes. »
 
Rubin : Le gouvernement turc doit rendre des comptes
 
L’ancien responsable du Pentagone, Michael Rubin a déclaré que : « Sous Erdoğan, la Turquie a construit un vaste réseau informel d’organisations, étatiques et non gouvernementales, qui sont prêtes à s’engager avec, soutenir et fournir les groupes terroristes et les extrémistes islamistes les plus radicaux ».
Rubin a attiré l’attention sur les « liens constants de la Turquie avec DAECH » et a ajouté : « A cet égard, DAECH ne devrait pas être traitée comme une organisation unique. Le gouvernement turc devrait également être appelé à rendre des comptes, car DAECH constitue également une grande menace pour le peuple turc. »
 
D’Alema : L’EI devrait être jugé par un tribunal international
 
L’ancien Premier ministre italien, Massimo D’Alema, qui a assisté au forum via Skype, a déclaré : « J’exprime ma loyauté sincère envers les victimes de l’IE, aux combattants des FDS, YPG et YPJ. La lutte contre DAECH n’est pas terminée. DAECH devrait être jugé et la communauté internationale devrait faire sa part en la matière. J’exprime mon soutien à la création d’un tribunal international pour le jugement des mercenaires. Nous voulons la paix pour la Syrie. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici