Une victime de l’EI : La création d’un tribunal international est le devoir de toute l’humanité

0
426
SYRIE / ROJAVA – QAMISHLO – Les victimes des massacres de DAECH, venus de nombreux pays, ont pris la parole lors du forum international sur DAECH et ont déclaré que les membres de l’Etat Islamique devaient être traduits devant les tribunaux internationaux afin que des structures similaires ne se créent pas à nouveau.
 
Les femmes yézidies en pris la parole en premier
 
Un femme yézidie sauvée de l’EI, Makbula Ezidiya a expliqué comment elle avait été enlevée par l’EI à Shengal le 3 août 2014, comment sa famille avait été assassinée et comment elle avait été vendue sur les marchés d’esclaves.
 
Makbula a déclaré que la plus grande atrocité de l’Etat islamique s’était produite à Shengal et a ajouté que ses membres devaient être jugés devant un tribunal international.
 
(image via Amy Austin Holmes)
Suad Mirad Xelef, une autre yézidie, a déclaré qu’elle avait été vendue sur les marchés d’esclaves à Raqqa après son enlèvement lors de l’attaque de Shengal en août 2014. « DAECH m’a mise dans une prison à Tel Afar. Les enfants ont été séparés de leur mère et forcés de se convertir à l’islam. J’ai essayé de me suicider 3 fois… Après ma libération, j’ai rejoint les YJS. » Elle a ajouté qu’elle était retournée à Shengal après la libération de la ville par les combattantes des YPG / YPJ, puis avait rejoint les forces féminines yézidies YJS pour se venger des gangs de l’EI.
 
Suad a déclaré : « La mienne n’était pas une vengeance individuelle. J’ai pris les armes pour venger toutes les femmes yézidies. Ensuite, j’ai combattu les esclavagistes à Raqqa, où j’étais retenue comme esclave. Notre peuple était la victime des pires atrocités de l’Etat islamique. Nous voulons que ces personnes soient jugées conformément aux lois internationales. Cela arrêtera les nouveaux [gangs] DAECH, avant qu’ils ne se forment. »
 
Une rescapée de l’attentat de Nice : L’EI est une menace pour le monde entier
 
Alice Daif, blessée lors du massacre de l’Etat islamique à Nice, en France, a déclaré que l’Etat islamique constituait une menace pour le monde entier et a ajouté que les personnes responsables ne devraient pas s’en sortir impunément.
 
Les victimes de DAECH veulent participer au procès des gangs de l’EI
 
Jewad Kesasba, le frère du pilote jordanien Muaz Kesasba, brûlé vif à Deir ez-Zor, en 2013, par l’EI, s’est joint au forum par vidéoconférence et a déclaré que sa famille souhaitait comparaître en tant que victime devant le tribunal international chargé de juger les gangs de DAECH.
 
Les gangs de DAECH doivent être jugés en Syrie
 
Alcin Ibrahim, qui a perdu un frère et une sœur à la suite d’attaques de l’EI à Kobanê le 25 juin 2015, a déclaré que les gangs de l’EI avaient perpétré de grandes atrocités à Kobanê et qu’ils continueraient s’ils n’étaient pas jugés pour leurs crimes.
 
Alcin Ibrahim a déclaré: « Nous nous opposons au procès de ces personnes ailleurs. Les membres de l’Etat islamique doivent absolument être jugés ici en Syrie, même à Kobane.”
 
Création d’un tribunal international : le devoir de toute l’humanité
 
Sibel Isik, une survivante du massacre de Suruc, a déclaré que des centaines de jeunes de Turquie et du Kurdistan du Nord s’étaient rendus à Suruc pour aller à Kobané après que la ville a été libérée de DAECH. Elle a déclaré : « Nous étions là pour la reconstruction de Kobane. Nous voulions aider à guérir les enfants de Kobane. Mais nous nous sommes retrouvés couverts du sang de nos amis qui dansaient et riaient avec nous il y a 5 minutes. Nous disons que ces personnes doivent être punies (…). Et pour cela, il faut qu’un tribunal international soit créé pour un procès équitable. C’est le devoir de toute l’humanité. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici