La torture en Turquie : « La violence est légitimée par l’Etat »

0
236
TURQUIE – ISTANBUL – Eren Keskin, avocate kurde et défenseur des droits humains, commente la recrudescence d’actes de torture en Turquie. Selon elle, il est clair que l’Etat légitime cette violence.
 
La violence exercée par les forces de sécurité de l’État en Turquie est en hausse. Les violences et les actes de torture perpétrés par l’État sont à la hausse lorsqu’il s’agit d’intervenir contre des manifestants dans les rues et derrière les murs des postes de police et des prisons.
 
Eren Keskin, coprésidente de l’Association des droits de l’Homme (IHD), y voit un retour en Turquie dans les années 1990, alors que la violence et la torture par l’État faisaient partie de la vie quotidienne du pays dans le cadre de la sale guerre contre les Kurdes. Elle raconte que le gouvernement actuel de l’AKP était d’accord avec les acteurs politiques du soi-disant « État profond », responsables de cette sombre époque, et qu’ils ont formé une alliance. La violence est revenue, pense Keskin.
 
Keskin estime qu’il est avant tout nécessaire de parler de la légitimation de cette force scandaleuse par l’Etat, ajoutant : « Nous voyons maintenant, comme de la torture, les images de torture sur des combattants capturés de la guérilla prises par les médias sociaux Au-dessous de ces images, on peut lire dans les commentaires comment certaines parties de la société célèbrent réellement la torture. »
 
«La torture affecte toute la société»
 
La défenseure des droits humains, Keskin considère cette tendance dangereuse comme une polarisation sociale croissante en Turquie. Elle déclaré que cela augmente la violence en particulier à l’égard des femmes, des enfants, des personnes de la communauté LGBTI et en général de tous les milieux sociaux discriminés.
 
Par exemple, il n’existait depuis longtemps aucune preuve de torture électrique commis par des policiers. Cependant, lors des incidents survenus à Halfeti, dans la province d’Urfa, nous avons de nouveau été confrontés à cette méthode de torture. Nous sommes au courant de cas dans lesquels la torture électrique a été appliquée aux organes génitaux et aux mamelons des femmes. Ce sont des méthodes de torture courantes des années 90, qui réapparaissent soudainement. Mais ce n’est pas une surprise, car il est naturel d’observer des similitudes avec les années 90 et aujourd’hui, lorsque Süleyman Soylu, que Mehmet Ağar appelle «mon fils», est ministre de l’Intérieur.
 
L’impunité pour les auteurs
 
Eren Keskin voit une autre cause de la montée de la violence de l’État dans le degré croissant d’impunité dont jouissent les auteurs. Selon Keskin, les tortionnaires jouissent pratiquement d’une immunité, ce qui les encourage finalement à recourir à la force. La Convention d’Istanbul (droit à un examen médical des personnes accusées d’avoir été torturées ou maltraitées) ne s’applique plus en Turquie car les personnes touchées par la torture ne sont pas examinées par des médecins, ou le sont en présence de la police.
 
« Nous devons vaincre la peur »
 
Cependant, malgré les circonstances difficiles, Keskin est convaincue que le recours à la force et à la torture par l’État fera face à une opposition sociale. Aujourd’hui, il n’est plus possible de passer sous le tapis de tels incidents comme dans les années 90. Selon Keskin, ce sont précisément les médias sociaux qui pourraient rapidement faire connaître la torture pratiquée par l’État dans le monde.
 
La défenseure des droits humains puise également son espoir dans les résultats des élections à Istanbul. Elle est d’avis que les résultats des élections sont aussi, en fin de compte, l’expression d’un réflexe social contre le bloc de pouvoir raciste et chauvin du pays. « J’espère que désormais, les milieux sociaux du CHP exprimeront leur opposition à la violence de l’État. Malheureusement, il ne suffit pas de tout attendre des Kurdes. Ce n’est qu’en élevant la voix que nous pourrons briser cette spirale de la violence. La Turquie doit aussi faire face à son passé, car sans elle, la démocratie ne pourrait pas venir dans ce pays. (…)nous devons être globalement courageux, car lorsque la peur prévaut, elle met en évidence l’existence de gros problèmes. La peur est normale, mais nous avons besoin d’apprendre à surmonter cette peur », a conclu Keskin.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici