ROYAUME-UNI. CAMPACC s’oppose aux nouvelles mesures de criminalisation des revenants du Rojava

0
92
LONDRES – À la suite de la panique causée par les citoyens britanniques se rendant en Syrie pour rejoindre DAECH et la menace terroriste qu’ils pourraient représenter à leur retour, le gouvernement britannique s’est empressé d’adopter une loi antiterroriste et de sécurité.
 
Cette loi a créé une nouvelle infraction d’entrée ou de séjour dans une « zone désignée » à l’étranger. L’infraction s’appliquerait aux ressortissants et résidents britanniques, avec une peine maximale de dix ans d’emprisonnement, une amende, ou les deux. Un moyen de défense fondé sur une « excuse raisonnable » est possible ; des exceptions limitées sont permises. Mais il incombe à l’accusé de fournir l’excuse raisonnable. En d’autres termes, cette loi a supprimé la présomption d’innocence et l’a remplacée par une présomption de culpabilité.
 
Selon le gouvernement britannique, cette nouvelle mesure est nécessaire pour faire face au retour des combattants étrangers et pour dissuader les gens de se rendre dans les zones de combat à l’étranger. Il déclare qu’il y a :
 
« 400 personnes dans ce pays qui sont revenues d’activités dans des points chauds, dont beaucoup, selon nous, ont été actives, mais que nous n’avons pas été en mesure de poursuivre. »
 
Il s’agit là d’une situation remarquable : les combattants présumés n’ont pas fait l’objet de poursuites judiciaires, prétendument en raison de l’insuffisance des preuves, malgré des infractions pénales de grande ampleur (telles que l’incitation au terrorisme, l’entraînement au terrorisme et l’appartenance à une organisation interdite), toutes relevant de la compétence extraterritoriale.
 
N’ayant pas poursuivi les rapatriés pour de véritables actes terroristes, le gouvernement propose d’ériger en infraction pénale le simple fait de se rendre dans la région – un recours disproportionné qui présume de la culpabilité. Dans la pratique, ces voyages ont eu diverses raisons, par exemple pour rendre visite à la famille, mener des recherches, documenter les violations des droits de l’homme, entreprendre une aide humanitaire et participer à la lutte contre DAECH/ISIS.
 
Les personnes voyageant pour de telles raisons pourraient être criminalisées par cette nouvelle infraction, étant donné leur présomption de culpabilité et d’activités terroristes. Confrontées à une peine de prison pouvant aller jusqu’à dix ans si leur excuse n’est pas acceptée. Certaines choisissent tout simplement de ne pas voyager, ce qui aurait un effet dissuasif sur les relations familiales, les enquêtes universitaires, le journalisme d’investigation et les actes de solidarité.
 
L’infraction risque également de criminaliser les personnes vulnérables qui sont préparées ou autrement convaincues de voyager sous de faux prétextes, ainsi que les personnes qui ne sont pas en mesure de quitter une zone une fois qu’elle a été désignée comme zone à risque. Dans certaines circonstances, les gens ignorent qu’une zone a été désignée telle et peuvent craindre de rentrer chez eux une fois qu’ils ont appris qu’ils ont commis une infraction en ne quittant pas la zone dans le délai prescrit.
 
Les pouvoirs de la police en vertu des nombreuses lois antiterroristes depuis 2000 n’ont pas apporté la sécurité au peuple britannique. Le droit pénal ordinaire dispose de pouvoirs suffisants pour poursuivre quiconque planifie des actes terroristes au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire des actes violents visant à causer un préjudice grave ou à terroriser des groupes entiers. Malgré des pouvoirs plus étendus en vertu des lois antiterroristes, l’État n’a souvent pas réussi à identifier les terroristes potentiels et à les empêcher de commettre des actes terroristes. Entre-temps, les activités et associations politiques non violentes sont de plus en plus criminalisées par l’État.
 
L’infraction risque également de criminaliser les personnes vulnérables qui sont préparées ou autrement convaincues de voyager sous de faux prétextes, ainsi que les personnes qui ne sont pas en mesure de quitter une zone une fois qu’elle a été désignée. Dans certaines circonstances, les gens ignorent qu’une zone a été désignée et peuvent craindre de rentrer chez eux une fois qu’ils ont appris qu’ils ont commis une infraction en ne quittant pas la zone dans le délai prescrit.
 
Les pouvoirs de la police en vertu des nombreuses lois antiterroristes depuis 2000 n’ont pas apporté la sécurité au peuple britannique. Le droit pénal ordinaire dispose de pouvoirs suffisants pour poursuivre quiconque planifie des actes terroristes au sens traditionnel du terme, c’est-à-dire des actes violents visant à causer un préjudice grave ou à terroriser des groupes entiers. Malgré des pouvoirs plus étendus en vertu des lois antiterroristes, l’État n’a souvent pas réussi à identifier les terroristes potentiels et à les empêcher de commettre des actes terroristes. Entre-temps, les activités et associations politiques non violentes sont de plus en plus criminalisées par l’État.
 
Comme alibi récurrent, les gouvernements successifs ont toujours cité l’« insuffisance des pouvoirs » pour justifier de nouvelles infractions et l’augmentation des pouvoirs. Ils ont brouillé toute distinction entre les actes de violence et les activités politiques, de même qu’entre les combattants de la liberté et les terroristes. Ces pouvoirs ont donné au Royaume-Uni et à ses alliés de plus grandes possibilités de supprimer les combattants de la liberté en les qualifiant de terroristes.
 
En particulier, le régime antiterroriste britannique a contribué à légitimer la campagne de terreur menée de longue date par la Turquie contre sa population kurde au nom du « contre-terrorisme ». Parallèlement, le Royaume-Uni a continué à vendre des armes à la Turquie pour cette offensive, qui a envahi le nord-est de la Syrie (…). Les forces « antiterroristes » britanniques ont renforcé cette couverture pour la campagne de terreur de la Turquie, jouant ainsi dans les deux camps dans le conflit du nord-est de la Syrie.
 
Comme toutes les lois antiterroristes depuis la loi de 2000 sur le terrorisme, les pouvoirs les plus récents sont des mesures fourre-tout sans discrimination. A titre d’exemple, de nombreux volontaires britanniques ont rejoint les Unités de protection des populations pour défendre Kobanê contre l’attaque de DAESH ou se sont joints aux Forces de défense syriennes pour vaincre DAECH ailleurs dans le nord-est de la Syrie ; leurs efforts de défense ont également été soutenus par la coalition occidentale.
 
Pourtant, la Grande-Bretagne a déjà poursuivi certains rapatriés qui avaient rejoint les YPG kurdes pour combattre DAECH. Aujourd’hui, ces combattants pourraient être plus facilement criminalisés en vertu de ces nouveaux pouvoirs. De tels pouvoirs sont injustes, analogues à la criminalisation des résistants antifascistes de la Seconde Guerre mondiale. Ces nouvelles mesures anti-terroristes et « les zones désignées » brouillent toute distinction entre les terroristes et ceux qui luttent contre les terroristes pour protéger leurs communautés.
 
Le site de « Campagne contre la criminalisation des communautés »CAMPACC (Campaign Against Criminalising Communities) a appelé « les partis politiques, les organisations communautaires, les organisations de défense des droits humains, les associations professionnelles, les syndicats, les universitaires, les juristes, les étudiants universitaires et les militants de la justice sociale à :
 
1. S’opposer à ces pouvoirs injustes qui visent à jeter des gens en prison pendant 10 ans simplement parce qu’ils se trouvent dans un endroit physique particulier, car ils constituent un grave abus des libertés civiles, peu importe qui est visé.
 
2. Défendre quiconque est poursuivi en vertu de ces pouvoirs illégitimes et injustes.
 
3. Sensibiliser l’opinion publique par le biais de rencontres, d’écrits et de médias sociaux à l’injustice de ces pouvoirs qui criminalisent les individus pour leur simple présence dans un domaine particulier.
 
4. Offrir la solidarité et le soutien aux familles de ceux qui ont perdu la vie dans la lutte contre DAESH pour rapatrier leur dépouille et se souvenir de leur sacrifice.
 
5. Encourager et soutenir les individus et les groupes à se rendre dans le nord-est de la Syrie (le Rojava) pour s’informer sur le mouvement de liberté dans ce pays et rendre compte de ce qu’ils ont appris. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici