Lettre d’un prisonnier politique à l’humanité : « Où est votre voix ? »

0
762
TURQUIE – Murat Türk, un ancien combattant kurde, a été arrêté en 1995 et condamné à la prison à vie par un tribunal turc. Depuis deux mois, il est en grève de la faim pour protester contre l’isolement carcéral du leader kurde Abdullah Ocalan.
 
Murat Türk, né en 1976 à Amed (Diyarbakır), est un ancien combattant kurde. Il y a 24 ans, il a été emprisonné par l’État turc. Depuis, il a consacré sa vie à la littérature. Murat Türk a passé son enfance et sa jeunesse dans le quartier Bağlar, un bastion de la résistance kurde contre l’Etat turc. En 1992, il a rejoint la lutte armée de libération kurde et s’est rendu dans les montagnes. Il a été arrêté en 1995 et condamné à la prison à vie par un tribunal turc. Son frère Cemal Türk (nom-de-guerre Xebat) a rejoint la guérilla après son emprisonnement et est tombé martyr dans les montagnes de Qandil en 2000.
 
Le premier roman de Murat Türk « Le temps des mûres » a été écrit dans la prison de haute sécurité de Bolu et publié d’abord en turc en 2012, puis dans les dialectes kurdes Kurmancî et Soranî, et plus tard aussi en allemand. En 2015, la deuxième partie de cette trilogie a été publiée en turc. Ses nouvelles et ses articles ont été publiés dans de nombreux journaux et magazines. Trois de ses nouvelles ont été primées.
 
Aujourd’hui, Murat Türk est incarcéré dans la prison d’Ödemiş (province d’Izmir). Depuis deux mois, il fait la grève de la faim pour protester contre l’isolement carcéral du leader kurde. La grève de la faim, initiée par la députée Leyla Güven en novembre 2018, est suivie par plus de 7 000 personnes à l’intérieur et à l’extérieur des prisons turques.
 
Dans les sociétés où la démocratie permet à diverses formes d’exprimer ses revendications, les grèves de la faim sont souvent stigmatisées. La grève de la faim de masse qui dénonce l’isolement montre cependant qu’il n’y a plus de place pour la libre activité politique en Turquie. En particulier dans les prisons turques, la grève de la faim doit être comprise comme un dernier acte de protestation après que les prisonniers aient épuisé tous les autres moyens de se faire entendre.
 
La lettre suivante de Murat Türk, intitulée « Où est votre voix ? », décrit le contexte de la grève de la faim en cours et critique l’ignorance dominante envers cette action.
 
Où est votre voix ?
 
Nos paroles s’adressent à vos âmes, qui se sont transformées en cavernes sombres.
 
La vie elle-même n’est-elle pas une question de sens ?
 
Artistes, écrivains, intellectuels, universitaires, journalistes, démocrates, tous ceux qui ont une conscience…
 
Nos mots s’adressent à vous !
 
Pourquoi votre conscience est-elle si détendue ?
 
Où est votre voix ?
 
Ceux d’entre vous qui vivez dans des espaces ouverts grâce à des sacrifices révolutionnaires, qui vivez avec les opportunités créées par les sacrifices de la marche pour la liberté, pourquoi êtes-vous si aveugles, sourds et muets ?
 
Nos paroles ne s’adressent pas au silence des attitudes qui se fondent sur de simples pulsions. Ils ne s’adressent pas à ceux qui n’ont rien de mieux à faire que de transformer leur temps en convoitise et en plaisir avec leur sinistre conscience transformée.
 
Notre appel s’adresse à ceux qui ont une âme où le feu de la liberté brûle, à ceux qui sont pleins de joie de vivre et d’ambitions significatives pour l’humanité.
 
Depuis que Leyla Güven a entamé sa grève de la faim, vous vous êtes assis au moins 500 fois pour vos repas. La grève de la faim a depuis longtemps dépassé sa phase critique. J’écris maintenant ces lignes en présence de Serhat Güzel, Mehmet Kaplan et Uğur Çiçek. Ces trois amis à nous, dont le cœur est plein d’amour pour l’humanité, se battent pour la liberté depuis leur enfance. Ils n’ont jamais rien fait pour eux-mêmes. Ils n’ont rien exigé pour eux-mêmes. Chaque fois qu’ils mangeaient, ils le faisaient pour se battre plus fort. Aujourd’hui, ils sont en grève de la faim depuis quatre mois, depuis 120 jours. Ils meurent de faim pour nous permettre d’avoir une vie meilleure. Pour votre dignité, pour votre repos. Pour que la société vive dans la paix et la fraternité.
 
Non seulement Uğur, Serhat et Mehmet, mais les enfants les plus beaux, désintéressés, humanistes et modestes de cette société sont dédiés à votre bonheur avec amour. Pouvez-vous le sentir ?
 
Sans aucun souci, sans cligner des yeux, leur corps se dissout maintenant.
 
Écoutez ce cri qui transperce la conscience !
 
Ecoutez, élevez la voix, laissez l’écho grandir ! Que la liberté devienne réalité pour nous tous !
 
Les oreilles de votre cœur sont-elles sourdes ?
 
Si la grève de la faim devait prendre fin maintenant, vous n’auriez fait qu’éviter des décès. Mais parce que vous êtes arrivé en retard, vous ne pourrez pas empêcher qu’une génération révolutionnaire entière soit confrontée à la maladie et au handicap pour la vie.
 
Il ne suffit plus de se tenir debout seulement dans l’esprit. N’étouffez pas votre voix, votre avenir.
 
Comment votre conscience peut-elle être si propre ?
 
Le sens de l’humanité est-il mort dans vos âmes ?
 
Où est votre voix ?
 
Pourquoi avez-vous perdu votre voix ?
 
Des centaines de révolutionnaires sont en grève de la faim depuis des mois. Ce n’est que par le biais d’un traitement spécial quotidien qu’ils parviennent, quoique par la lutte, à se relever. Combien de tables de repas avez-vous dressées au cours des derniers mois ? Combien de piqûres avez-vous prises dans votre corps ?
 
Aucun de nos amis n’a entamé la grève de la faim pour se livrer à la mort. Au contraire, ils ont commencé cette action pour briser la nullité absolue, le silence sombre et froid qui s’impose à notre société, et pour ressusciter les âmes au bord de la mort, qui luttent pour survivre. Ces prisonniers sont les êtres humains avec l’univers idéaliste le plus large. Leur profondeur spirituelle a les plus grandes dimensions. D’autre part, ils se fondent pour la liberté et la pureté, afin que les gens puissent vivre dans la dignité et le bonheur.
 
Où est votre voix ?
 
Quand quelqu’un perd son objectif de liberté et plus généralement ses valeurs idéalistes, il se tait.
 
Combattre et prêter sa voix à ceux qui résistent, c’est le plus merveilleux des actes qui donnent de la beauté à une personne.
 
La résistance est une position qui dépasse même le culte. Résister signifie allumer le flambeau de la liberté dans l’âme de ceux pour qui la grotte s’est transformée en tombe.
 
Même si vous restez silencieux maintenant, votre silence et cette phase actuelle ont créé une génération révolutionnaire extrêmement résistante. Cette génération est prête à ressentir chacune de vos douleurs – même l’épine qui vous touche du bout des doigts – comme une balle dans le cœur.
 
Cela devrait tous vous rendre heureux !
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici