Enfants yézidis nés d’un viol : Les droits des femmes yézidies

0
920

L’ONG yézidie, Free Yezidi Foundation (FYF) critique la société yézidie concernant son refus d’accepter les enfants de mères yézidies nés des viols commis par les membres de DAECH / ISIS.

(N’oublions pas que ces femmes yézidies sont malmenées également par la législation irakienne : Selon la loi irakienne, un enfant doit adopter la religion du père et la mère doit adopter la religion de l’enfant. Cela signifierait que tous ces enfants conçus en captivité sont considérés comme des musulmans en vertu de la loi irakienne…)

 
Voici l’article publié par la présidente de FYF, Pari Ibrahim :
 
Le Conseil spirituel yézidi, l’organe suprême chargé de prendre des décisions religieuses contraignantes pour les Yézidis, s’est penché ces derniers jours sur la question très difficile des enfants nés de mères yézidies suite au viol commis par les membres de l’Etat islamique (EI, ISIS, Daesh). C’est une question incroyablement difficile pour les civils et les autorités yézidis.
 
En général, la mère et le père doivent être yézidis pour qu’un enfant soit considéré comme Yézidi. Il semble que le Conseil spirituel yézidi ait initialement décidé que ces enfants, bien que nés de pères membres de Daesh, pouvaient être acceptés dans la communauté yézidie avec leur mère. C’est l’interprétation que bon nombre d’entre nous ont faite en lisant la décision initiale. Cependant, en grande partie à cause des protestations de la population yézidie, une clarification a été publiée quelques jours plus tard. Il était précisé que ces enfants ne seraient pas les bienvenus au sein de la communauté yézidie.
 
Les atrocités commises par Daech font qu’il est extrêmement difficile pour les civils ou les dirigeants yézidis d’accepter leurs enfants dans la communauté. Les Yézidis penseront que le « sang de Daesh » ne devrait jamais être accepté. Cependant, les femmes yézidies qui ont été capturées, violées et qui ont donné naissance à de tels enfants sont maintenant confrontées à d’immenses difficultés et à de nouveaux traumatismes. FYF a traité un certain nombre de femmes avec des enfants nés de violeurs Daesh. Dans certains cas, les mères yézidies ont choisi de laisser les enfants derrière elles et de retourner dans la communauté yézidie. Dans d’autres cas, les mères yézidies souhaitent rester avec leurs enfants et les protéger. Ces mères sont confrontées à de sérieux défis. Souvent, leurs familles n’acceptent pas les enfants nés d’un viol. La mère elle-même porte le fardeau du traumatisme de l’esclavage et du viol, ainsi que la stigmatisation et la honte de vouloir prendre soin de son enfant de « Daesh ».
 
La Fondation Free Yezidi n’approuve ni ne rejette la décision du Conseil spirituel de yézidi (1) Il s’agit de questions culturelles et religieuses difficiles. Mais la principale préoccupation est la manière dont ces décisions sont prises.
 
Comme beaucoup d’autres sociétés du Moyen-Orient, la société yézidie est dominée par les hommes qui prennent les décisions. Dans ce cas, les hommes yézidis ont décidé si oui ou non les mères yézidies devraient être autorisées à rester avec leurs enfants. La communauté yézidie souffre d’un traumatisme intense et prolongé, et la présence des enfants des membres de Daesh dans la communauté serait certainement troublante. Cependant, le traumatisme auquel sont confrontées les mères yézidies elles-mêmes est bien plus grave. L’impact de ces décisions sur les mères yézidies n’est pas vraiment pris en compte, et c’est à cause de la discrimination et du sexisme endémiques à l’égard des femmes dans la société yézidies. En tant que minorité ethno-religieuse traditionnelle et isolée, les Yézidis ont développé leurs propres moyens de survie. Malheureusement, un aspect négatif de notre structure sociale est l’assujettissement des droits des femmes.
 
Le Conseil spirituel yézidie semble prêt à tester les normes sociales à travers des pratiques tournées vers l’avenir. Il s’agissait notamment de la tentative, aujourd’hui infructueuse, d’accepter les enfants des mères yézidies conçus de viol commis par des combattants de Daesh. Cela inclut également la décision d' »accepter » les femmes yézidies dans la société même après qu’elles ont été violées par des membres de Daesh. Mais en tant que Yézidis, nous devons aussi réfléchir soigneusement à cette décision. Une telle décision devrait-elle même être nécessaire ? Sans une telle décision, aurait-il été acceptable pour les familles yézidies de rejeter leurs propres filles, épouses ou mères à cause des horreurs que leur a infligées Daesh ? Cela ne pourrait être possible que dans une société où la valeur des femmes est extrêmement faible par rapport aux normes internationales. En tant que Yézidis, nous devons améliorer de toute urgence et avec force le traitement [réservé aux] femmes dans notre société.
 
Il existe d’autres exemples instructifs d’oppression religieuse et culturelle des femmes yézidies. Dans de nombreux cas, les femmes yézidies se marient sur décision de leurs parents. Dans certains cas, la femme ou la fille participera à la prise de décision. Dans bien d’autres cas, la femme ou la fille n’aura pas le choix. C’était un problème avant le génocide de Daesh perpétré contre les Yézidis. Actuellement, les mariages précoces et les mariages forcés sont très préoccupants dans la communauté yézidie, y compris dans les camps de personnes déplacées. Il y a des cas malheureux où de jeunes femmes yézidies se sont donné la mort par immolation plutôt que de vivre une vie qui leur est imposée par leurs parents. Ce traumatisme ne vient pas de Daesh, il vient de l’intérieur de notre propre société. Par conséquent, c’est quelque chose que nous, les Yézidis, pouvons et devons corriger.
 
Nous, les Yézidis, avons lancé à juste titre un appel à la communauté internationale pour qu’elle apporte son aide et son assistance lors de la tentative d’éradication de notre peuple et des horribles crimes de violence sexuelle commis contre les femmes yézidies. Quand les jeunes femmes yézidies sont forcées d’épouser des hommes yézidis beaucoup plus âgés dans le camp, nous, les Yézidis, devons réfléchir soigneusement à l’image et à la réalité de nos propres traditions et travailler très dur pour moderniser notre culture. Sinon, ceux qui se sont mobilisés pour soutenir les Yézidis en tant que communauté en voie de disparition et survivante remarqueront les mauvais traitements infligés aux femmes qui existent dans notre propre société.
 
De même, dans de nombreux cas, les femmes yézidies sont privées d’éducation à un âge précoce. Dans la communauté yézidie, il y avait et il reste un grand défi pour les filles yézidies d’obtenir une éducation au-delà de l’école primaire. Certaines familles ne le souhaitent pas pour leurs jeunes filles. Cette pratique archaïque devrait prendre fin. Nous, les Yézidis, devons commencer à traiter les filles et les garçons sur un pied d’égalité et aider à fournir des compétences et des droits fondamentaux à tous nos enfants.
 
Un autre sujet de préoccupation pour les Yézidis vivant dans la diaspora, en particulier en Europe, concerne les relations avec les membres d’autres communautés. En Europe, il y a un certain nombre d’hommes yézidis qui ont des relations, des femmes et même des enfants avec des non-Yézidis. Ce fait est généralement gardé secret, car il est considéré comme une « honte » doit être caché. Cependant, si une femme yézidie avait une relation avec un non-Yézidi, elle serait exécutée. Il s’agit d’un crime dit d’honneur. Cela s’est produit récemment en Europe, où une femme yézidie a reçu une balle dans le visage à la suite de sa relation. Dans d’autres cas, les femmes yézidies sont attirées à Sinjar, où elles sont exécutées loin de toute règle de droit. La politique de deux poids, deux mesures et l’assujettissement des droits des femmes et de la valeur de la vie des femmes par rapport à celle des hommes est flagrante. En tant que Yézidis, en particulier ceux d’entre nous qui vivent dans le monde occidental et qui comprennent le droit international et les droits de l’Homme, nous devons réfléchir très attentivement à ces vieilles traditions et à la manière de les modifier pour les adapter aux temps, aux lois et aux normes actuels. Les membres de la famille yézidie qui exilent ou exécutent des femmes dans la communauté ne sont jamais, jamais acceptables.
 
Bien sûr, de nombreuses autres communautés en Irak sont confrontées à des problèmes similaires en termes d’oppression des femmes et de droits des femmes. Mais nous sommes particulièrement préoccupés par la communauté yézidie, et le fait que des abus et des mauvais traitements se produisent dans d’autres communautés irakiennes ne normalise ni ne justifie ces problèmes chez les Yézidis.
 
En même temps, nous devons reconnaître qu’il y a beaucoup de bons et héroïques hommes yézidis qui croient aux droits des femmes. Dans ces familles, les femmes ont la chance d’être traitées plus équitablement et peuvent vivre une vie meilleure et plus libre. Mais cela en soi expose le problème – seule la présence d’hommes plus modernes et plus gentils dans la famille peut « accorder » des droits aux femmes. Les droits des femmes dans notre société ne sont pas automatiques et inaliénables. C’est une erreur. La société yézidie doit aller de l’avant au 21ème siècle et nous devons améliorer considérablement notre comportement envers les femmes.
 
Free Yezidi Foundation s’occupe de nombreuses femmes qui luttent contre les mariages forcés ou précoces, les mauvais traitements et les abus, et d’autres problèmes sociaux graves. Nous nous occupons également des mères yézidies qui ont des enfants nés de viols (…). La décision du Conseil spirituel yézidi doit donc être considérée dans une perspective plus large et sexo-spécifique. Cette décision, ou plutôt l’annulation de la décision initiale, a été prise sur la base des souhaits de la communauté yézidie dans son ensemble. Et par là, nous entendons les hommes yézidis, qu’ils soient leaders politiques ou tribaux, à l’exclusion des femmes yézidies. Encore une fois, la décision de la communauté se fait au détriment des souhaits et des besoins des femmes yézidies ; dans ce cas, les mères yézidies qui doivent choisir entre la société yézidie d’une part et leurs enfants d’autre part.
 
FYF abhorre le comportement honteux et inhumain des membres de Daesh, y compris les femmes de Daesh, qui ont planifié et commis les crimes les plus indicibles contre les civils innocents yézidis. Cependant, il est inacceptable d’abandonner les mères yézidies en raison de leur volonté de rester avec leurs enfants. Ces mères yézidies ont le droit exclusif de décider d’élever leurs enfants. Ni la société yézidie ni les familles de ces mères n’ont le droit de prendre de telles décisions. Quel que soit le choix de la mère yézidie, nous, Free Yezidi Foundation, lui apporterons tout le soutien possible. Notre centre des femmes a été et restera un lieu sûr pour les femmes yézidies, y compris les mères yézidies, quelles que soient les décisions des personnalités communautaires ou des autorités religieuses.
 
Free Yezidi Foundation demande la réinstallation à l’étranger des mères yézidies qui ont des enfants nés de violeurs Daesh. Ces mères et ces enfants ne trouveront pas un refuge sûr en Irak. Selon la loi irakienne, un enfant né d’un père musulman sera considéré comme musulman quelle que soit l’identité de la mère. (Ce n’est qu’une des nombreuses réglementations discriminatoires qui affectent les femmes et les minorités religieuses en Irak.) Pour soulager ces mères et leurs enfants et leur offrir toute perspective de vie, il faudrait leur offrir des options à l’étranger le plus tôt possible.
 
Pari Ibrahim
 
Directrice exécutive
Free Yezidi Foundation
 
Pour les demandes de renseignements des médias, contactez info@freeyezidi.org
 
1 La Free Yezidi Foundation est une organisation apolitique de la société civile yézidie basée aux Pays-Bas qui se consacre à fournir une assistance humanitaire et des droits humains aux Yézidis dans le besoin. FYF est dirigée par des femmes yézidies.
 
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici