Le journalisme kurde au Rojhilat

0
72

Après avoir marché avec le peuple kurde dans sa lutte pour la liberté dans les quatre parties du Kurdistan, le journalisme kurde a soufflé ses 121 bougies hier, le 22 avril.

Le journalisme kurde, dont les premières graines ont été semées en exil, a connu un processus qui reflète les luttes du peuple kurde dans chaque partie du Kurdistan avec la chute de l’Empire ottoman et la division du Kurdistan en quatre.

Le 22 avril 1898 au Caire, en Egypte, le journal « Kurdistan » a été publié par Mikdad Midhad Bedirxan, et cette date est considérée comme le jour de naissance du journalisme kurde. Malgré les exilés, les assassinats, les pressions, les interdictions, les obstacles et les fermetures, les journalistes kurdes continuent de publier dans les quatre régions du Kurdistan et en exil depuis 121 ans et célèbrent le 22 avril comme La Journée de la presse kurde.

La plus grande avancée de la presse kurde a sans aucun doute été la tradition de la presse libre qui s’est développée en parallèle avec le mouvement kurde de la liberté. Des journalistes des quatre régions du Kurdistan se sont adressés à ANF à l’occasion de la Journée de la presse kurde et ont déclaré qu’ils croyaient que le journalisme kurde reflète la lutte du peuple kurde pour la liberté.

LE JOURNALISME KURDE AU ROJHELAT

Le Rojhilat a été séparé des 3 autres parties du Kurdistan beaucoup plus tôt, en 1639 avec le traité de Qasr-e Shirin. Les premiers cas de journalisme y ont été observés dans les années 1920. Lorsque la dynastie Pehlewi est arrivée au pouvoir en Iran en 1920, l’histoire de la presse kurde a commencé avec le journal Roji Kurd. Parallèlement aux développements politiques au Rojhilat, le journal Nishtiman a été publié en 1943, dirigé par Jiyaneweyi Kurd. Dans la République kurde de Mahabad en 1946, plusieurs journaux et revues, dont Hawari Kurd, Kurdistan, Helale, Hawari Nishtiman et Girugali Mindalani, furent publiés. Au cours des mois qui ont précédé la révolution islamique et pendant quelques mois après, plusieurs journaux et revues ont eu une courte durée de vie, mais le régime islamique a fait voler en éclats la tradition de la presse kurde et les activités journalistiques ont dû quitter Rojhilat.

MELSA KELHOR : UNE RÉSISTANCE À LA TYRANNIE

Melsa Kelhor, qui travaille clandestinement comme rédactrice en chef pour ANF au Rojhelat, a déclaré que le journalisme kurde était « avant tout une résistance contre la tyrannie. Parce que la tyrannie se construit sur le mensonge, et combattre le mensonge avec le pouvoir de la vérité est un devoir pour le journalisme. »

Kelhor a ajouté : « Des dizaines de revues et de journaux ont été publiés au siècle dernier au Rojhelat, et ils ont tous été interdits. Pourquoi ? Parce que le régime voulait créer une fausse identité et que ces publications étaient perçues comme un obstacle sur le chemin. Le régime est synonyme de peur, de pression, de torture et d’exécutions. Le régime iranien est actuellement le plus grand geôlier de journalistes au monde. Si vous voulez travailler comme journaliste ici, deux voies s’offrent à vous : Pour servir le régime, ou pour se préparer à la prison et à la torture. Une autre voie est la mienne, travailler en secret ou partir en exil. »

LE JOURNALISME PROMETTEUR

Melsa Kelhor a déclaré que malgré toutes les pressions exercées par le régime, il y a une grande activité au Rojhelat et dans la société iranienne et que cela se reflète également sur l’activité journalistique : « Mais malgré toutes les lacunes, le journalisme a aussi fait de grands bonds dans ce domaine. Ces dernières années, le journalisme sur Internet a engendré de grands développements. Une autre chose est qu’avec l’augmentation de l’activité sociétale au Rojhilat, l’activité journalistique a pris de l’ampleur. Il y a également des développements en Iran. C’est aussi prometteur, bien qu’il y ait aussi des risques. »

TERZE EBASI : L’IRAN EST UNE PRISON POUR LES JOURNALISTES

Terze Ebasi, qui a quitté le Rojhelat sous la pression et travaille aujourd’hui comme journaliste dans le sud du Kurdistan, a déclaré que les médias kurdes ont toujours subi des pressions. Le journaliste de Jin TV Terze Ebasi a déclaré que Rojhilat et l’Iran sont « une prison pour journalistes » et a ajouté : « Les journalistes sont en prison au Rojhelat. C’est une prison pour journalistes. Il y a eu quelques manifestations en Iran et au Rojhilat l’année dernière, de nombreux journalistes ont été arrêtés en Iran à l’époque et ils sont toujours portés disparus. La situation au Rojhelat n’est pas différente. »

ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici