La Turquie érige un mur à Afrin en vue de l’annexion du canton kurde

0
325
AFRIN – L’armée turque érige un mur pour annexer le canton kurde d’Afrin à la Turquie. L’armée d’invasion augmente également ses bases militaires et ses avant-postes autour de la ville.
 
L’Etat turc a commencé à construire un mur le long de la frontière turque depuis le district Syia d’Afrin jusqu’au district de Rajo pour « la sécurité frontalière » suite aux déclarations d’Erdogan en 2015. Les envahisseurs ont prolongé le mur d’Afrin à Derik sur une bande de 760 km de long.
 
L’armée turque d’invasion vise à diviser les terres syriennes et à annexer Afrin à Hatay avec les murs qu’ils érigent autour du canton d’Afrin.
 
Les personnes chassées d’Afrin protestent contre la Russie
 
Les habitants chassés d’Afrin ont organisé une manifestation devant la base militaire de la Russie et ont exigé que les envahisseurs soient chassés d’Afrin. Ils ont également également appelé le régime syrien à clarifier la situation et à ne pas autoriser un remake du scénario d’Iskenderun [Alexandrette], ville syrienne annexée par la Turquie en 1939.
 
Démolitions des écoles et des maisons
 
L’armée turque a commencé à construire un mur de 3 mètres de haut depuis le village de Kimar jusqu’aux villages de Cilbira et Meryemin sur une bande de 900 mètres.
Avant que l’armée turque ne commence à ériger le mur d’occupation, elle a démoli 15 maisons à Cilbira, l’école du village et le réservoir d’eau. Puis ils ont creusé des fossés autour du village et ont commencé à construire le mur. Ils ont également installé des postes de contrôle militaires et des avant-postes dans les environs.
 
Enlèvement, confiscations et extorsions
 
L’Etat turc d’occupation a essayé de cacher ce qu’il fait aux habitants des villages et du centre de la province d’Afrin. Ils ont interdit aux médias et aux organisations d’entrer dans la ville.
 
Dans le village de Celeme, dans le district de Jindirese, des mercenaires de Faylaq al Sham ont enlevé Shiyar Ekrem Kelxelo, Delil Mihemed Elus, Mihemed Mori, Ibrahim Nehle Kelxelo et Heyser Ebdulrehman Sefo. Le sort des personnes enlevées reste inconnu.
 
Dans le village de Telif, dans le district de Jindirese, les envahisseurs confisquent 100 à 300 kilos de chaque camion transportant du bois.
 
Pendant ce temps, les mercenaires de Firqal al Hamzat et d’autres groupes de mercenaires extorquent aux agriculteurs qui travaillent dans les oliveraies des villages d’Etmana, Shadiya, Qude, Koliya, Barbina et Hesen 100 lires syriennes pour chaque olivier.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici