Turquie : 502 personnes tuées dans des conflits armés en 2018

0
80

TURQUIE – L’Association des droits de l’Homme (İHD) a publié son rapport sur les violations des droits humains commises en Turquie en 2018.

Le rapport a montré que le droit à la vie de 673 personnes, dont 32 enfants, a été violé pendant cette période. Alors que 4513 cas de torture, de mauvais traitements et de traitements dégradants ont été documentés par le site İHD, près de 10 000 personnes ont été arrêtées et 1 107 personnes ont été emprisonnées tout au long de 2018.

Le rapport comprend les chapitres suivants : Droit à la vie, torture et mauvais traitements, prisons, question kurde, liberté de pensée, d’expression et de croyance, liberté d’association et les pressions sur les organisations et défenseurs des droits humains, liberté de réunion et de manifestation, violation du droit de vote et d’éligibilité, problème de la violence contre les femmes, réfugiés / demandeurs d’asile / migrants, les violations des droits économiques et sociaux.

Voici quelques points saillants du Rapport sur les violations des droits humains commises en Turquie en 2018, publié sur le site İHD

502 personnes sont mortes dans des conflits armés

* Au cours des 11 premiers mois de 2018, 20 personnes ont perdu la vie et 15 ont été blessées à la suite d’exécutions extrajudiciaires commises par des agents des forces de l’ordre, pour avoir soi-disant désobéi à leurs avertissements d’arrêt ou par des coups de feu tirés au hasard par eux.

* Au total, 502 personnes ont perdu la vie dans des conflits armés (principalement dans les régions kurdes) ; 107 d’entre elles étaient des membres des forces de sécurité (soldats, policiers, gardes de village), 391 étaient des militants et 4 des civils.

23 décès suspects en prison

* Sept personnes sont mortes et 26 ont été blessées après avoir été frappées par des véhicules armés des forces de sécurité.

* Au moins 23 personnes sont mortes de façon suspecte en prison. Au moins cinq personnes, dont une femme trans, ont perdu la vie en détention.

Mort de 10 jeunes en service militaire obligatoire

* 10 jeunes qui faisaient leur service militaire obligatoire sont morts de manière suspecte.

* Selon les données partagées par l’Assemblée sur la santé et la sécurité au travail des travailleurs (İSİG), 1 923 personnes ont perdu la vie dans des accidents du travail/homicides en 2018.

2 719 personnes soumises à la torture et aux mauvais traitements

* 2 mille 719 personnes au total ont été soumises à la torture et aux mauvais traitements tout au long de l’année 2018. Alors que 356 de ces personnes ont été battues ou soumises à des méthodes similaires en détention, 246 d’entre elles ont subi un traitement similaire en dehors des centres de détention. 2598 de ces personnes ont été torturées ou maltraitées lors de réunions de manifestations où la police est intervenue.

* Dans les plaintes déposées par les prisonniers, 1 149 personnes ont déclaré avoir été soumises à la torture et aux mauvais traitements. 160 autres personnes ont indiqué qu’elles avaient été torturées ou maltraitées pour les forcer à devenir informateurs des forces de l’Etat.

458 détenus gravement malades dans les prisons

* Selon les dernières données partagées par le İHD le 7 avril 2019, il y a 458 détenus gravement malades dans les prisons de Turquie.

* Dans 86 prisons, il y a plus de 3 000 détenus en grève de la faim qui demandent la fin à l’isolement imposé au dirigeant Abdullah Öcalan, chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Pas de droit d’asile pour 4 millions de réfugiés

* En décembre 2018, il y a 3,5 millions de réfugiés en Turquie, selon les chiffres officiels. Toutefois, on estime que le chiffre réel est, en fait, supérieur à 4 millions. Bien que ces personnes vivent en Turquie depuis plus de sept ans maintenant, elles ont toujours « le statut de protection temporaire » et ne peuvent pas avoir le droit d’asile.

* En plus des millions de réfugiés syriens ; il y a environ 365 000 réfugiés afghans, iraniens et de pays africains sont ignorés en Turquie.

Bianet

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici