Les YPJ Internationalistes : Nous sommes venues pour faire notre devoir de construire une vie libre

0
1239
ROJAVA / SYRIE – « Ces femmes [de DAECH / ISIS] sont l’expression de l’oppression, tandis que nous, en tant que membres des YPJ, sommes l’expression de la résistance. Tandis que ces femmes venaient se soumettre à la mentalité patriarcale des hommes dans ses formes les plus perverses, nous venions lutter contre cette mentalité et faire notre devoir de construire une vie libre. Une vie vraiment libre signifie des différences. Cela signifie qu’il y aura beaucoup de solutions pour un grand nombre de personnes différentes. Cela signifie que le droit de s’exprimer librement sera protégé pour chaque identité. Cela signifie que l’humanité redevient une, aussi bien entre elle qu’envers la nature. »
 
Le bureau d’information des combattantes internationalistes des YPJ (Unités de protection de la femme) a publié un communiqué sur les motivations et les expériences de ses combattantes étrangères.
 
Voici le communiqué des YPJ :
 
« Beaucoup de nos combattantes de YPJ-International ont participé à l’offensive Cizîre de différentes manières. Nous avons participé à la libération et à l’évacuation de dizaines de milliers de civils et à la reddition contrôlée des combattants de Daech et de leurs familles ainsi qu’aux dernières batailles pour mettre fin au califat fasciste de [DAECH / ISIS]. En tant que femmes, en particulier en tant que femmes faisant partie de l’unité d’autodéfense des YPJ, tout cela a renforcé notre conscience des raisons et des motifs pour lesquels nous sommes venues et avons quitté nos foyers [pour venir] jusqu’ici.
 
Face à la laideur de l’idéologie patriarcale et anti-liberté de DAECH , face à la laideur de leurs âmes et de leurs esprits, écrite dans leurs visages, nous voyons encore plus la beauté des valeurs, la beauté de la lutte pour un monde libre et une vie libre pour tous, écrite sur les visages des YPJ, YPG et FDS [Forces démocratiques syriennes].
 
D’être confrontées à des femmes, qui sont aussi venues de loin, mais qui sont venues vivre dans un système d’oppression et de haine et y soutenir un tel système. Des femmes qui courent pour une vie d’esclaves et d’objets sexuels des hommes. D’être confrontée à ces femmes et de sentir que nous n’avons rien en commun, si ce n’est de ne pas avoir grandi ici. Nous luttons pour nous libérer, nous et tous les opprimés. Cela signifie combattre l’ennemi autour de nous ainsi que l’ennemi à l’intérieur de nous-mêmes. Nous en sommes venues à surmonter le fait d’être des femmes pleines d’approches patriarcales envers nous-mêmes et entre nous, ce qui nous retient, nous rend petites et nous enlève la foi et l’amour dans notre genre. Nous voulons devenir des femmes libres. Pour cela, nous sommes ici et c’est donc une question importante pour nous. Comment est-il possible, qu’il y ait des femmes, qui veulent exactement devenir le contraire ? Comment une femme peut-elle sentir sa propre oppression et l’oppression et la violence à l’égard des autres femmes aussi attirantes ?
 
Nous leur avons posé cette question et d’autres, en essayant d’avoir une idée de leurs motivations. Pas un petit nombre d’entre eux ont dit qu’elles n’étaient pas heureuses dans leur vie d’avant. Elles n’ont pas pu vivre leur religion comme elles le voulaient. Elles sont donc allées dans une communauté qui n’accepte qu’une seule façon de croire.
 
Elles ont dit qu’elles ne voulaient plus être vues d’une manière sexiste par les hommes, qu’elles avaient eu de très mauvaises expériences avec cela. Elles ont donc couru vers une vie où elles ne sont que des objets invisibles et des servantes pour les hommes.
 
Elles ont dit qu’elles étaient attristées par l’approche matérialiste de la vie, que les gens des pays occidentaux suivent. C’est pourquoi elles ont rejoint une culture, ce qui est célébrer la mort plus que la vie.
 
Elles ont dit qu’elles se sentaient seules et déprimées en étant individualisées dans la vie du système capitaliste et ont décidé de faire partie d’un groupe qui est totalement fermé aux autres. Elles sont venus pour elles-mêmes et pour personne d’autre.
 
Toutes ces contradictions sont évidemment grandes. Et à la fin, pas un petit nombre a dit qu’elles n’ont pas vraiment trouvé ce qu’elles cherchaient. Elles sont animées par la haine. Elles ont choisi une vie construite en tuant, torturant et réduisant en esclavage des femmes et des enfants, faisant des femmes rien d’autre qu’un objet, dépersonnalisant tout le monde. A l’intérieur, nous ne voyons pas de contraste ou d’opposé à la vie dans le patriarcat capitaliste, mais même un pas plus profond et plus loin dans sa voie venimeuse. Cette voie n’est pas une alternative radicale, car elle ne résout aucun problème d’humanité. Ce n’est pas du tout une alternative, mais juste un autre coin de la même cage. Le fascisme, le patriarcat et la mentalité d’État.
 
Ce qui nous a amenées ici, c’est la vision de la situation de l’humanité, pas seulement de notre propre vie. Réaliser l’histoire vieille de 5 000 ans du patriarcat et de ses conséquences pour chacun d’entre nous. Percevoir que tous les gens doivent partir de cette façon et se libérer ou nous continuerons à détruire les fondements de la vie jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour changer quoi que ce soit. Une foi profonde en la capacité de l’humanité à vivre en paix et dans la diversité les uns avec les autres. Cette croyance se nourrit de la conscience des 99% de l’histoire de l’humanité, ce qui était avant le patriarcat. Nous sommes émues par l’amour. Nous luttons pour une communauté qui permet à toutes les identités de se développer et de grandir librement, tout en vivant dans une véritable solidarité. Nous offrons nos mains secourables, car là aussi les hommes commencent à se transformer pour construire une société égalitaire. Nous suivons la voie de la création d’un état d’esprit en fonction de la valeur de la vie et non de la mort. Aucune d’entre nous n’est venue pour elle, mais pour tous les autres.
 
Nous avons vu le génocide et le féminicide à Shengal contre les femmes et les filles yézidies et nous n’avons pas fermé les yeux et les cœurs vers leur asservissement par Daesh. Chaque souffle de DAECH contre les femmes et l’humanité devenait une tempête dans notre dos, nous poussant à suivre notre réflexe humain d’autodéfense.
 
Nous connaissons ces femmes de Daesh, qui ont torturé et asservi d’autres femmes. Nous connaissons celles-là, qui sont devenues des tueuses, pour éliminer tous ceux qui ne veulent pas faire partie de leur machine inhumaine. Nous connaissons ces femmes qui ont fermé les yeux sur tout ce qui les entourait, qui logeaient dans les maisons où on a volé d’autres. Nous connaissons ces femmes membres de Daesh, qui ont envoyé leurs jeunes fils pour apprendre à couper des têtes en s’exerçant sur des poulets. Nous connaissons celles-là, qui ont marié leurs si jeunes filles à des hommes âgés. Nous les connaissons, qui voulaient juste devenir riches par l’intermédiaire d’un homme, acceptant tout, y compris d’être son objet sexuel.
 
Nous savons tout cela et nous savons que nous n’avons rien en commun avec elles si ce n’est de ne pas avoir grandi ici. Nous le répétons, parce qu’en venant de sociétés similaires et en utilisant des mots similaires, le sens de ces mots est aussi différent qu’il peut l’être. Quand nous disons que nous ne sommes pas satisfaites du patriarcat capitaliste, nous voulons dire la nécessité de surmonter ce système et de rétablir le lien entre l’individu et la communauté. Quand ces femmes se disent tristes dans ce système, c’est pour créer un seul et unique mode de vie, marqué par l’oppression. Elles veulent effacer les racines de la liberté en massacrant les plus petites traces d’un esprit libre.
 
Dans le patriarcat capitaliste, ces femmes ont appris à se haïr en tant que femmes, à haïr leur propre sexe et elles ont suivi cette idée. Nous essayons exactement de ne pas agir comme cet outil fort du patriarcat. La plus grande preuve de cela est peut-être montrée dans notre pratique : Quand ces femmes, après tout ce qu’elles ont fait, sont sorties d’Al-Baghouz, nous les avons bien traitées et nous n’avons pas pensé à nous venger. Notre succès ne dépend pas du nombre de morts, mais du nombre de vies sauvées.
 
Ces femmes sont l’expression de l’oppression, tandis que nous, en tant que membres des YPJ, sommes l’expression de la résistance. Tandis que ces femmes venaient se soumettre à la mentalité patriarcale des hommes dans ses formes les plus perverses, nous venions lutter contre cette mentalité et faire notre devoir de construire une vie libre. Une vie vraiment libre signifie des différences. Cela signifie qu’il y aura beaucoup de solutions pour un grand nombre de personnes différentes. Cela signifie que le droit de s’exprimer librement sera protégé pour chaque identité. Cela signifie que l’humanité redevient une, aussi bien entre elle qu’envers la nature.
 
C’est la diversité des couleurs, et non l’uniformité du noir, qui nous a amenées ici.
 

Et à la fin, on a trouvé ce qu’on cherchait. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici