Demirtaş: « Personne ne devrait tomber dans une politique d’inimitié »

0
548
TURQUIE – S’exprimant sur la politique, la littérature et les arts, le politicien kurde Selahattin Demirtaş a déclaré : « Nous trouverons le moyen de vivre en paix. »
 
L’ancien coprésident emprisonné du Parti démocratique des peuples (HDP), Selahattin Demirtaş, a accordé une interview à Bianet dans laquelle il a partagé ses réflexions sur un large éventail de sujets, notamment les élections locales du 31 mars, l’art et la littérature.
 
Demirtaş compose, écrit et dessine en prison. Il publiera un nouveau livre de nouvelles en avril et un roman en automne.
 

Il a également partagé ces deux dessins qu’il a réalisés en prison.

L’image contient peut-être : 1 personne, dessin

« Nous allons trouver un moyen de vivre en paix »

Au sujet des élections, il déclaré : « Le bloc AKP-MHP (Parti de la justice et du développement – Parti du mouvement nationaliste) sera lourdement puni par les électeurs lors du scrutin ».

 
Les discours manipulateurs et la propagande noire provoquent une polarisation horrible. Ils insinuent qu’ils rouvrent de vieilles blessures déjà difficiles à guérir.
 
Mais nous voyons que la majorité de la société en a marre de ces mensonges et de la politique de division. Personne ne devrait tomber dans la politique de l’inimitié. Ce pays nous appartient à tous et nous trouverons le moyen de vivre en paix et en paix. » la tranquillité, personne ne devrait en douter.
 
Il y a la réalité que l’économie a touché le fond, avec l’environnement socio-psychologique que je viens de mentionner. La mauvaise performance de l’économie et de la démocratie déterminera clairement les résultats de l’élection. Je pense que le bloc AKP-MHP sera lourdement punis par les électeurs ».
 
« Les gens devraient revendiquer leur volonté »
 
Demirtaş déclare sur les menaces de l’AKP de nommer des administrateurs aux municipalités si celles-ci sont remportées par le HDP : « Les citoyens doivent revendiquer leur volonté lors du scrutin, le reste est facile. L’important est de donner une bonne réponse à la politique des administrateurs. »
 
Depuis les élections locales de 2014, le ministère de l’Intérieur a démis de ses fonctions 94 maires des provinces kurdes et nommé des administrateurs aux municipalités.
 
« Même leurs enfants auront honte d’eux »
 
En ce qui concerne les médias grand public, Demirtaş a déclaré : « Cela n’existe plus. Je pense que vous ne devriez ni les regarder ni les lire. (…). Je suis sûr que le clown des médias de cette région sera attribué par l’Association des journalistes turcs avec le titre de « tulipes de l’année ». [Tulip a une signification péjorative en argot turc]
 
Même leurs enfants auront honte d’eux. Qu’Allah ne leur pardonne pas, leurs péchés sont très, très grands. »
 
« L’art et la littérature m’intéressent plus que la politique »
 
Après son entrée en prison en 2016, Demirtaş s’est également distingué par son art et ses écrits.
 
« L’art et la littérature m’intéressent plus que la politique. Vous ne pouvez que limiter la grossièreté et la laideur de la politique avec l’arts et la littérature. Je m’efforce d’être une personne complète, pas un bon politicien.
 
Jusqu’ici, j’ai composé 16 chansons et écrit des paroles pour elles. (…)
 
Un jour, je veux tous les jouer et les chanter moi-même. Parce que je n’ai pas connaissance de notes de musique, je ne peux pas écrire ni envoyer à l’extérieur. Et il n’y a aucune possibilité d’enregistrer ici.
 
Mais je marmonne lors de réunions de famille ou lors d’appels téléphoniques avec ma femme. 🙂
 
En dehors de cela, mon seul auditeur est mon compagnon de cellule, Abdullah Zeydan. Qu’Allah lui accorde de la patience et de la constance. 🙂 »
 
« Je ne me suis pas découvert en prison »
 
Quand on lui a demandé comment son emprisonnement avait influencé son caractère et sa vision de la vie, Demirtaş a déclaré : « Je ne me suis pas découvert ni ne me suis retrouvé dans la prison. Je suis la personne que j’étais à l’extérieur. Bien sûr, j’ai plus d’opportunités de lire et c’est une bonne chose à coup sûr. J’avais bon espoir à l’extérieur, je suis la même ici.
 
Il n’y a qu’une différence de 12 kg entre le Selahattin avant la prison et maintenant. 🙂 Je me suis débarrassé de mon ventre ici. »
 
Les grèves de la faim en prison
 
Il y a actuellement des centaines de détenus qui font une grève de la faim dans les prisons pour protester contre l’isolement du chef emprisonné du parti des travailleurs du Kurdistan [PKK], Abdullah Öcalan. La députée HDP Leyla Güven est en grève de la faim depuis 139 jours.
 
Demirtaş déclare qu’en raison des élections et de la polarisation de la société, les grèves de la faim et les revendications ne peuvent influer sur le programme du pays.
 
Cependant, il a déclaré que le gouvernement luttait pour faire face aux grèves de la faim et qu’il était encore plus exposé.
 
« J’espère que cette période se terminera positivement avant qu’une autre personne ne perde la vie », a-t-il déclaré.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici