« Les Kurdes sont les Noirs de ce pays [Turquie] »

0
925
TURQUIE – ISTANBUL – Le rappeur kurde XEM vient de sortir son album Biyan. Entretien avec XEM sur la musique kurde et le rap.
 
« Xwezî baranek bibare jana dil paqij bike. Xwezî piştî son bahozan roj derbikeve. Li vê jiyanê tu bi tenê yî. Ti kesên te tune ye ! Rastî ev e birako xwe nexapîne. »
 
[« J’aimerais qu’il pleuve et qu’il emporte les douleurs du cœur. J’aimerais que le soleil se lève après chaque tempête. Mais, tu es seul. Tu n’as personne ! Frère, c’est ta réalité, ne te leurre pas. »] A écouter ici
 
Je suis dans l’avenue İstiklal à Taksim ; dos au mur, je regarde les questions que je me prépare à poser à l’artiste XEM. La voix rythmique de XEM ne fait qu’apporter les paroles ci-dessus à mon oreille. Je tiens dans ma main mon petit carnet que je pose sur mon appareil photo en regardant mes notes. A ce moment là, XEM s’approche de moi dans la façon dont les rappeurs marchent et mon appareil photo ne fait que capturer l’instantané de lui.
 
Il est maintenant temps d’aller au café le plus proche et de poser des questions. (Une conversation sur le rap sans thé serait impensable, bien sûr.)
 
Pensez-vous que le rap et le kurde vont bien ensemble ?
 
(Agitant sa main droite vers moi d’une manière qui me semble familière d’après les clips vidéo des rappeurs) Miraaad ! My dude (en anglais), le rap et le kurde sont des voix rebelles ! Les Kurdes sont les Noirs de ce pays… Le rap et le kurde vont bien ensemble. Le rythme du rap et du kurde s’accorde assez bien. Ce n’est pas seulement moi qui le dit. Mes amis d’autres pays sont du même avis.
 
Il y a plusieurs jeunes Kurdes qui font de la musique rap à Istanbul. Pensez-vous que vous leur avez donné une piste, une inspiration en publiant un album ?
 
Je peux le dire sans hésiter : je suis celui qui a assumé le fardeau du rap kurde dans le nord et en Turquie. Je peux donner le nom d’au moins 8 rappeurs vivant à Istanbul. Nous sommes actuellement ici, mais pas dans les plateformes de musique. Je fais pression sur mes amis pour qu’ils publient des albums. Je voudrais vraiment que mes amis comme Ronî Artîn et Reqso sortent des albums.
 
OK, j’avoue qu’il n’y a pas d’industrie du rap kurde. Mais je ne pense pas non plus que les rappeurs aient assumé leurs responsabilités. Il doit y avoir y avoir 10-15 rappeurs sur les plateformes musicales pour pouvoir créer un environnement de compétition. Une industrie du rap kurde peut également être formée avec cet environnement. Les rappeurs devraient cesser de se plaindre du manque d’audience. Ils devraient faire leur part. Il n’y a pas de nouveaux noms et ceux que nous connaissons en tant que rappeurs n’ont publié aucune nouvelle œuvre au cours des quatre ou cinq dernières années.
 
Mais vous avez organisé la « Nuit du rap kurde » l’année dernière, n’est-ce pas ?
 
Oui, c’est moi qui l’ai organisé. Ensuite, mes amis ont aussi aidé. Je souhaite également organiser des concerts à Silêmanî, Hewlêr, Wan, Amed, Dêrsim et Istanbul. En fait, nous en avons fini avec les préparatifs, mais les amis ne peuvent pas se préparer pour diverses raisons et le plan est resté tel quel, sans aucun progrès.
 
Ce qui va va se passer maintenant ?
 
Nous n’avons pas le luxe d’attendre que les organisateurs préparent un événement. Nous devons faire quelque chose, alors les autres suivront. C’était également le cas aux États-Unis, en Allemagne et en Turquie.
 
Vous vous entraidez avec des rappeurs turcs ?
 
Bien sûr que oui. Ezhel [rappeur d’origine kurde], Patron, Dj Suppa et Aga B. sont mes amis… Il y a quelques années, Ezhel m’a envoyé un message sur Facebook. Il m’a dit qu’il s’était rendu à l’Association pour la recherche et le développement de la langue kurde (Kurdi-Der) à Ankara, apprenait le kurde et faisait des recherches sur le rap kurde. Rêzan et moi avons attiré son intérêt. Il nous a suggéré de sortir un album. Ensuite, nous sommes allés à Ankara pour faire de la musique pour une pièce de théâtre et nous nous sommes rencontrés et sommes devenus amis avec lui. Des amis nous ont soutenus et aidés.
 
Quelle est la relation entre le rap kurde et le populisme ?
 
Être populaire est l’un des moyens d’atteindre une communauté. Nous avons des artistes qui ont beaucoup de succès, mais comme leurs œuvres et leurs efforts ne sont pas au premier plan, ils restent cachés. Etre caché et « Underground » se dressent sur notre chemin. Mais nous essayons d’atteindre l’ensemble de la société.
 
Il y a, en fait, quelques signes qui montrent que j’y suis parvenu dans une certaine mesure. De jeunes filles, jeunes enfants, hommes âgés et beaucoup d’autres personnes de différents milieux se filment et m’envoient des auto-vidéos. Il y a beaucoup de messages sur les réseaux sociaux comme ça. En fait, ma musique est adaptée pour atteindre la société. C’est un type de musique que vous pouvez rencontrer partout, que ce soit dans votre voiture, à la maison, dans une salle de mariage, dans un café ou dans un « club »…
 
Y a-t-il quelque chose qui différencie le rap que vous faites en kurde de la musique rap en général ?
 
On ne peut plus parler de l’existence de murs entre les styles de musique. Le mélange des styles nous donne de nouvelles opportunités. Cela mène à des œuvres plus originales. Pour vous donner quelques exemples de ma musique : Newroz est un mélange de Rap, House et Pop ; quant à Biyan, nous l’avons fait en mélangeant le rap, Afro-trap et R&B ; et Payîz est un mélange de rap, R&B et reggae.
 
Il y a trois chansons dans votre album. Ne pensez-vous pas que c’est peu en nombre ?
 
Non. Tout comme nous suivons les nouvelles tendances musicales, nous suivons également les tendances de la production et de la distribution de musique. La tendance est aux albums d’EP [extended play] maintenant. Et trois chansons suffisent pour cela. Nous avons préparé 10 chansons, mais quand nous avons vu la tendance, nous avons fait un album EP.
 
Et les autres chansons ?
 
Nous les mettrons dans les deux autres albums EP que nous sortirons cette année. Il y aura trois chansons dans un album et quatre chansons dans l’autre.
 
Parlez-nous un peu de votre clip vidéo…
 
(Rires…) D’abord, nous avons tourné une vidéo pour la chanson Biyan avec un de mes amis. Ensuite, nous avons pensé que ce n’était pas vraiment ce que je voulais. Ensuite, Özgür Kurt a tourné un clip vidéo professionnel pour la chanson Newroz. Nous n’avions pas prévu qu’il sortirait à Newroz [le 21 mars], mais c’était une belle coïncidence. HDP [Parti démocratique des peuples] l’a partagé sur ses comptes de réseaux sociaux et, dans le Sud [Kurdistan du Sud], Vin TV (chaîne musicale) a commencé à le montrer.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici