Cinq morts en protestation de l’isolement : Le HDP exhorte la communauté internationale à agir

0
939
TURQUIE – ANKARA – Le HDP a invité la communauté internationale à rompre son silence et à réagir face à l’aggravation de la situation en ce qui concerne les actions de grève de la faim.
 
La grève de la faim initiée par la députée du HDP, Leyla Güven, pour protester contre l’isolement d’Abdullah Öcalan dans la prison de l’île d’Imrali dure depuis 139 jours. Les députés du HDP, Dersim Dağ, Tayip Temel et Murat Sarisac, 7 000 prisonniers politiques en Turquie, ainsi que des militants et des politiciens au Kurdistan du Sud, au pays de Galles, à Strasbourg, à Toronto et ailleurs, se sont joints à la grève.
 
Bien que de nombreux grévistes de la faim soient dans une phase critique et que leur santé se détériore rapidement, les autorités turques restent silencieuses et indifférentes à leur demande, qui exigent la fin de l’isolement illégal d’Öcalan. Malheureusement, cette position du gouvernement a entraîné des dommages irréparables. Au cours des dix derniers jours, cinq personnes ont perdu la vie, une en Allemagne et quatre dans des prisons turques. Nous craignons qu’il y ait plus de morts dans un proche avenir.
 
Le 16 mars, Zülküf Gezen (32 ans) s’est suicidé à la prison de type F de Tekirdağ pour protester contre l’isolement de Öcalan. Son corps a été transféré à Diyarbakır à minuit, à l’insu de sa famille. La police a non seulement empêché par la force tout le monde, à l’exception de quatre membres de la famille de Gezen, d’assister aux funérailles, mais a également agressé les députés du HDP, le reste des membres de la famille et d’autres citoyens qui souhaitaient assister aux funérailles.
 
Le 22 mars, Uğur Şakar, qui s’était immolé par le feu le 20 février à Krefeld en Allemagne pour protester contre la politique de l’isolement, a perdu la vie.
 
Le lendemain, le 23 mars, Ayten Beçet (24 ans) s’est suicidée à la prison pour femmes de Gebze. Les autorités turques ont également enlevé son corps et l’ont transférée dans sa ville natale, Gaziantep, pour y enterrer secrètement. La police a emmené son père au cimetière. Les députés du HDP, d’autres membres de la famille de Beçet et leurs proches ont voulu assister à l’enterrement, mais la police a bloqué la maison de la famille et interdit à quiconque de quitter le quartier.
 
Le 24 mars, Zehra Sağlam (23 ans) s’est suicidé à la prison fermée d’Oltu pour la même raison. Sağlam n’avait pas non plus de véritable sépulture, le gouverneur de Muş, sa ville natale, déclarant que la région où se trouve son village était une zone de sécurité pendant quinze jours. Deux membres de la famille pouvaient participer à la cérémonie des funérailles. Personne d’autre, y compris les membres du parlement, n’a été autorisé à entrer dans le village pour se joindre aux funérailles.
 
Et le 25 mars, Medya Çınar (24 ans) s’est suicidé à la prison de type E de Mardin pour protester contre la politique de l’isolement. Son corps n’est pas livré à sa famille et très probablement elle aussi n’aura pas une sépulture adéquate, contrairement à d’autres.
 
Hişyar Özsoy, vice-coprésident du HDP chargé des affaires étrangères et député de Diyarbakır, a déclaré dans un communiqué : « Malheureusement, rien n’indique que le gouvernement mettra fin à la politique illégale d’isolement à Öcalan. En outre, les autorités turques étendent la politique d’isolement aux défunts et à leurs familles: les défunts sont enlevés par la police, séparés de la société et enterrés dans le secret. Même la majorité des membres de la famille ne sont pas autorisés à assister aux funérailles et à remplir leurs dernières obligations envers le défunt. Les autorités turques violent à la fois le droit universel à un enterrement approprié et d’autres droits et libertés religieux. »
 
Özsoy a rappelé que la députée du HDP, Leyla Guven, qui avait entamé la grève de la faim depuis sa prison, avait demandé aux prisonniers politiques de mettre fin aux suicides en guise de protestation.
 
Özsoy a ajouté : « Une fois encore, nous invitons la communauté internationale à ne pas rester silencieuse et insensible à cette situation aggravante. Des efforts puissants et concertés de la communauté internationale peuvent aider à rétablir la loi, à mettre fin aux politiques d’isolement et aux grèves de la faim et à prévenir d’autres décès éventuels. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici