Turquie, ce que les femmes kurdes ont vécu pendant les couvre-feux

0
566

L’Association de surveillance des migrations a publié un rapport pour révéler ce que les femmes kurdes ont vécu lors des couvre-feux pendant la période de conflit dans les régions kurdes de la Turquie en 2015 et 2016.

Le rapport, intitulé « Violations des droits et expériences vécues par les femmes pendant la période des couvre-feux et des migrations forcées », donne les informations suivantes :

  • Environ 500 000 personnes ont été déplacées, 1,8 million de personnes ont été indirectement touchées.
  • Au moins 299 couvre-feux ont été déclarés dans 11 provinces et 49 districts entre le 16 août 2015 et le 1er mars 2018. Le premier couvre-feu a été imposé à Varto, Muş, le 16 août 2015.
  • Selon les estimations, au moins 3 638 personnes sont mortes à cause du conflit. Bien que les couvre-feux aient continué d’être décrétés en 2018, ils l’ont été pour la plupart en 2015 et 2016.

16 chercheuses ont interrogé 480 femmes

En août 2018, 16 chercheuses de terrain ont interviewé des femmes qui ont été contraintes d’émigrer des provinces du sud-es de Diyarbakır Mardin, Şırnak et Hakkari vers Mersin et İstanbul.

L’Association de surveillance des migrations a rédigé le rapport en partenariat avec d’autres composantes de la société civile et avec le soutien de la délégation de l’Union européenne en Turquie. Le rapport a été rédigé dans le cadre du projet « Soutenir l’accession des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays à leurs droits sociaux », soutenu par l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH).

Les 480 femmes interrogées dans le cadre de l’étude étaient toutes âgées de plus de 18 ans. 78 % des participantes avaient entre 18 et 50 ans. Parmi les 480 femmes, 51 % ont déclaré être analphabètes.

« Les droits les plus élémentaires ont été violés »

Le rapport a compilé les éléments suivants à partir des entrevues :

  • 50% des participantes ont déclaré que leurs droits les plus fondamentaux avaient été violés. Les violations des droits à la vie, au logement, à l’accès à l’éducation et aux services de santé sont fréquentes, ont dit les femmes.
  • Plus de 80% de la population a eu des difficultés d’accès à l’eau, à l’électricité et aux produits alimentaires de base. Beaucoup de femmes ont dit qu’elles avaient subi toutes les violations mentionnées dans l’enquête et ont dit qu’elles n’avaient accès à rien.
  • Les femmes ont déclaré que les violations le plus souvent subies ont été un comportement inhumain ou insultant portant atteinte à leur intégrité physique ou à celle d’un parent.
  • Les participantes ont déclaré que parmi les types de violence subies ou dont elles ont été témoins en période de couvre-feu, les plus fréquents étaient la violence physique et verbale exercée par les forces de sécurité (63%) et la violence domestique (31%).
  • 32%  des femmes ont déclaré avoir perdu un parent, 41% ont déclaré qu’elles étaient victimes d’oppression et de menaces, 15% ont déclaré avoir été arrêtées, 12% ont déclaré avoir été torturées et 2% ont déclaré être témoins de disparitions forcées.
  • 75% des femmes ont déclaré qu’elles étaient touchées sur le plan psychosocial et 31% ont déclaré que la violence familiale avait augmenté.
  • Parmi celles à déclarer avoir été victimes d’indignité et que leur vie privée avait été violée, 21 % ont déclaré que cela s’était produit par des agressions verbales, 3 % par des fouilles corporelles d’hommes, 2 % par contact physique et 1 % par exposition de leur corps.

Les femmes « ont perdu la foi en la justice »

Zelal Coşkun et Yeter Tan de l’équipe de recherche ont parlé du rapport à Bianet.

« Les femmes nous ont dit que le sens de la justice n’existe plus, elles ne croient en aucune façon en la justice. Elles ont dit avoir besoin d’un soutien psychologique et qu’elles n’arrivaient pas à se ressaisir. Elles ont dit qu’elles ne quitteraient pas l’endroit où elles vivent, quoi qu’il arrive », a déclaré Coşkun

« Après le climat relativement doux du processus de résolution, les femmes ne s’attendaient pas à une période aussi difficile. C’est pourquoi leur foi en la justice a été ébranlée. »

Soutenant que les décès, les détentions et la torture étaient très fréquents pendant la période des couvre-feux, Coskun a déclaré qu’ils voulaient que les violations des droits des femmes soient plus visibles.

« Tu le méritais »

Les femmes qui ont été forcées d’émigrer vers les provinces de l’Ouest ont également été victimes de violations de leurs droits, ont fait remarquer les chercheurs.

« Dans les endroits où ils sont allés, les enfants ont connu de nombreux problèmes à l’école. On disait aux enfants qui disaient venir de Cizre : « Tu le méritais ». Cela a provoqué des agressions chez les enfants. En fait, ils imaginent tous qu’ils vont revenir et qu’ils ne s’installeront pas là où ils migrent. »

Bianet

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici