Que deviennent les membres allemands de Daesh détenus par les YPG ?

0
457

Suite à l’appel lancé par le président américain Donald Trump, la discussion sur l’avenir des citoyens allemands membres de Daesh sous la garde des YPG s’est intensifiée. Certains politiciens exigent que les membres de Daesh soient dépouillés de leur citoyenneté.

BERLIN – Malgré les appels lancés par l’administration du Rojava, l’Allemagne n’a pas été gênée par ses citoyens qui ont rejoint Daesh et ont été capturés dans les opérations des YPG dans le nord de la Syrie. Selon les chiffres officiels des autorités allemandes, 1050 personnes ont rejoint Daesh en provenance d’Allemagne. La plupart d’entre eux ont été tués dans des conflits, certains sont retournés en Allemagne et d’autres ont été capturés par les forces des YPG et l’armée irakienne.

Il y aurait 200 citoyens allemands dans les mains des YPG, la plupart d’entre eux étant des femmes et des enfants avec 40 membres allemands adultes de Daesh ayant commis des crimes. Le désintérêt du gouvernement fédéral allemand s’est poursuivi jusqu’à ce que le président américain Donald Trump, sur Twitter le week-end dernier, déclare :  » Les États-Unis demandent à la Grande-Bretagne, à la France, à l’Allemagne et à d’autres alliés européens de reprendre plus de 800 combattants daeshiens que nous avons capturés en Syrie et de les juger. »

Jusqu’à présent, l’administration berlinoise avait présenté des excuses comme : « Nous n’avons pas de représentation officielle en Syrie, donc nous n’avons pas d’informations complètes sur les citoyens allemands dans la région. » À la suite des pressions exercées par  Trump, la question est devenue une priorité pour le gouvernement fédéral dirigé par Angela Merkel.

AVOCATS ALLEMANDS : « PAS DE GUANTANAMO ET PAS DE LA HAYE »

Certains commentateurs des grands médias allemands affirment que des politiciens et des experts réclament la construction d’une prison pour les membres de Daesh comme l’ont fait les États-Unis à Guantanamo pour Al-Qaïda, ou que les membres de Daesh soient traduits devant un tribunal international pour crimes de guerre à la Haye.

Mais les avocats disent que les deux versions vont à l’encontre de la constitution allemande. L’ancien ministre de la Défense et juge de la justice pénale, le professeur Rupert Scholz, a déclaré : « Nos lois ne permettront jamais quelque chose comme Guantanamo. On ne peut pas émettre un mandat d’arrestation contre un criminel sans qu’il soit confronté à un juge. L’Allemagne est confrontée à une mission très difficile, et le pays doit reprendre ses citoyens. »

Expert sur la constitution, le professeur Ulrich Battis a déclaré que les lois allemandes empêchent les citoyens du pays d’être jugés par le tribunal pénal international de La Haye. Battis a dit qu’un tribunal de guerre peut être établi à La Haye s’il n’y a aucun moyen d’établir un tribunal dans un pays, et il a ajouté : « Un tel tribunal devrait être établi en Allemagne, pas à La Haye. »

DÉCHÉANCE DE LA CITOYENNETÉ

Le ministre de l’Intérieur du Bade-Wurtemberg, Thomas Strobl, s’est joint à la discussion et a demandé que la citoyenneté allemande soit retirée aux membres de Daesh. Le politicien démocrate-chrétien Strobl s’est entretenu avec Bild et a déclaré : « Selon nos lois, toute personne qui rejoint une armée étrangère devrait être dépouillée de sa citoyenneté. Cette loi devrait être utilisée pour les individus qui ont rejoint l’organisation terroriste Daesh. »

Mais les experts affirment qu’il n’est pas facile de priver les individus de leur droit à la citoyenneté. Rupert Scholz, juge de la justice pénale, a déclaré que la loi ne s’applique qu’aux personnes ayant la double nationalité et a souligné que bien que Daesh prétendait déclarer un État, elle n’a pas le statut d’État dans l’arène internationale.

Le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, a déclaré que le rapatriement des membres de Daesh devrait être conditionnel. M. Seehofer s’est entretenu avec le Suddeutschen Zeitung : « Avant de monter dans un avion, il faut inspecter tous les casiers judiciaires où ils se trouvent et ensuite les accepter. » Le ministre a proposé un effort strict pour que ceux qui ont des crimes graves ne disparaissent pas en Allemagne, et a ajouté : « Je ne veux pas accepter des individus dangereux qui pourraient mettre en danger notre sécurité ».

Des discussions similaires se poursuivent dans d’autres pays européens. Les fonctionnaires du Danemark et du Royaume-Uni ont annoncé ouvertement qu’ils ne rapatrieront pas leurs citoyens qui ont rejoint Daesh. La France, l’Indonésie, la Russie, le Maroc et le Soudan ont appelé l’administration du Rojava pour reprendre leurs citoyens capturés par les YPG.

Les unités spéciales des YPGont capturé à ce jour plus de 2 800 membres de Daesh dans le cadre d’opérations dans le nord de la Syrie. Ces personnes sont détenues dans des prisons du Rojava et plus de 800 d’entre elles sont des combattants étrangers qui ont la nationalité de 46 pays au total, dont la plupart sont des États occidentaux.

https://anfenglishmobile.com/news/german-isis-members-in-ypg-custody-in-limbo-33069

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici