L’occupation turque frappe l’économie et les lieux vitaux d’Afrin

0
82
AFRIN – Ces dernières années, le canton d’Afrin avait connu d’importants succès en matière de production, d’autosuffisance de nombreux matériaux et d’exportation des excédents vers l’ensemble de la Syrie. Après les attaques de l’occupation turque et de ses mercenaires, la structure économique du canton s’est effondrée où les pertes financières de la population d’Afrin depuis le début des attaques ont été estimées à 80 à 100 millions d’euros.
 
Les habitants d’Afrin tiraient leurs ressources de l’agriculture et de l’élevage, où l’agriculture occupait la première place tandis que l’élevage occupait la deuxième place. De plus le canton avait obtenu le caractère économique unique dû à plusieurs facteurs, dont sa préservation de la guerre syrienne sanglante.
 
Pendant la crise syrienne, qui s’est étendue à la ville d’Alep et à ses campagnes, des milliers de Syriens sont partis de toutes les régions de Syrie, en particulier de la ville d’Alep vers Afrin à la recherche de sécurité et de stabilité, y compris des commerçants qui ont apporté avec eux leur expérience pratique, qui ont soutenu la production et le travail industriel.
 
Avec le mouvement des commerçants, Afrin a prospéré en termes agricoles, industriels et commerciaux, et a commencé l’exportation de produits de savon, d’olives et de vêtements vers les pays voisins de la Syrie, comme la Jordanie, l’Irak et les Etats du Golfe.
 
Ces dernières années, le canton d’Afrin a connu un grand succès et a mis en œuvre de nombreux projets économiques et vitaux avec une production excédentaire des revenus du canton, notamment :
 
La création de 18 laboratoires pour le charbon extrait de l’huile d’olive, chacun d’eux estimé à un milliard et 200 millions de livres syriennes (PS), 24 usines pour la fabrication de savon de laurier et produit entre 12 et 15 tonnes de savon, et la production de vêtements, 800 petits et grands ateliers de couture, dont trois laboratoires travaillent dans toutes les étapes de la fabrication des vêtements de fil et couture et même l’exportation, le coût de chaque usine, étant estimé à un milliard et 500 millions PS.
 
En outre, il y avait 250 millions d’olives dans le canton kurde d’Afrin, dont chacun valait environ 60 millions de PS et 137 sociétés et magasins travaillant autour des produits à base d’olives. La préparation de chaque pressoir à olive s’élevait à un milliard et 800 millions de PS, en plus de trois laboratoires pour divers aliments en conserve dans le canton.
 
En termes d’agriculture, le canton d’Afrin comptait 18 millions d’oliviers produisant 270 000 tonnes d’huile, un million d’arbres fruitiers et une production de blé d’environ 40 000 tonnes par an.
 
Les attaques de l’occupant turc ont frappé l’économie d’Afrin
 
Le 20 janvier, l’armée d’occupation turque et ses mercenaires ont lancé des attaques à l’aide des derniers types d’armes terrestres, aériennes et internationales interdites. Des centaines de personnes du canton ont été déplacées de force et leurs familles forcées de fuir vers Al-Shahba.
 
En outre, la structure économique du canton d’Afrin a été l’un des aspects les plus importants qui ont été affectés, en termes d’arrêt des usines, leur bombardement et pillage après l’occupation.
 
D’autre part, un membre de la Commission économique Afrin Haitham Mulla, a décrit l’ampleur des dommages subis par la structure économique d’Afrin suite aux attaques de l’occupant turc et de ses mercenaires, à l’agence ANHA.
 
Mulla a souligné dans son discours qu’Afrin a obtenu de grands succès économiques en mettant en place de nombreux projets vitaux, surtout ces dernières années, parce qu’Afrin est l’une des rares régions syriennes où les combats n’ont pas eu lieu.
 
Il a ajouté : « A Afrin, le chômage avait récemment chuté jusqu’à 10% grâce au progrès économique et à la construction de projets vitaux. »
 
Haitham Mulla a estimé que les pertes financières des habitants de la ville d’Afrin dans l’ensemble de ses travaux se situe entre 80 et 100 millions d’euros.
 
Haitham Mulla a déclaré à la fin de son discours : « L’armée d’occupation turque a délibérément pris pour cible les lieux vitaux d’abord pour détruire l’économie du canton – ce qui était important au niveau de la Syrie – et ensuite pour briser la résistance du peuple en visant ces lieux, mais elle a été incapable de briser la résistance du peuple. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici