255 femmes tuées par des hommes en Turquie en 2018

0
1532

TURQUIE / FÉMINICIDE – Selon les données compilées par Bianet à partir des médias locaux, nationaux et Internet entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, les hommes ont tué au moins 255 femmes, 20 enfants dont trois bébés et 39 hommes qui étaient avec les femmes au moment des féminicides.

Des hommes ont violé 61 femmes, harcelé 188 femmes, forcé 516 femmes, dont des filles, à se prostituer. Les hommes ont abusé sexuellement de 347 filles et blessé au moins 380 femmes.

Au cours des cinq dernières années, les hommes ont tué 1 371 femmes et en ont blessé 2 075.

En plus de ces meurtres, les auteurs de 10 féminicides des années précédentes ont été identifiés.

pastedGraphic.png

Les auteurs de 10 féminicides n’ont pas été identifiés ou n’ont pas été rapportés par la presse.

Au moins 40 femmes sont mortes ou se sont suicidées de façon suspecte. L’une d’elles était une transgenre : Adana (3), Ağrı (1), Ankara (2), Antalya (1), Bursa (3), Diyarbakır (1), Hatay (2), İstanbul (5), İzmir (5), Karaman (1), Manisa (1), Mersin (2), Muğla (2), Samsun (1), Tekirdağ (4), Urfa (3), Van (2), Zonguldak (1).

Des hommes ont tenté de tuer 18 femmes. Des hommes ont tenté d’enlever 16 femmes, dont certaines avec leurs enfants. Des hommes auraient enlevé les enfants pour se venger de leur mère.

FEMINICIDE

En 2018, les hommes ont tué au moins 255 femmes, 20 enfants dont trois bébés et 39 hommes qui étaient avec les femmes au moment des homicides.

Où les hommes ont-ils tué les femmes ?

pastedGraphic_1.png

147 des 255 femmes ont été tuées chez elles ou chez leurs parents.

60 femmes ont été tuées dans des lieux publics tels que des parcs, devant des maisons, devant des palais de justice, des centres commerciaux. Dix femmes ont été tuées dans des voitures.

23 des femmes tuées étaient des réfugiées. Dix d’entre elles venaient de Syrie, deux d’Afghanistan, un du Kirghizistan, un d’Allemagne, un d’Azerbaïdjan, un du Turkménistan, un du Maroc, un d’Ouzbékistan, un du Kazakhstan. Les pays d’origine de quatre de ces femmes n’ont pu être identifiés.

Comment les hommes ont-ils tué des femmes ?

 

Plus de la moitié des femmes ont été tuées par balle. L’un des auteurs était en fait un prisonnier qui a commis le meurtre en mars à Ankara lorsqu’il a quitté temporairement la prison sur autorisation.

Des hommes ont tué 153 femmes avec des armes à feu comme des pistolets et des fusils, 76 femmes avec des objets tranchants comme des couteaux, etc. Les hommes ont étranglé 10 femmes avec leurs mains ou leur foulard.

Des hommes ont également torturé cinq femmes et battu à mort huit d’entre elles.

Quelles étaient les « excuses » des hommes pour tuer des femmes ?

Les hommes ont tué 76 femmes parce qu’elles « voulaient divorcer ou rompre » ou « rejetaient de les rencontrer ou de devenir leur amante » et en ont tué 25 par jalousie (« Elle ne répondait pas au téléphone » / « Je gagne plus que toi » / réseaux sociaux).

Des hommes ont tué au moins 7 femmes après des disputes dont les raisons étaient incertaines et 15 femmes pour d’autres excuses (viol, envie de sortir, désir de divorcer, résistance au viol, refus de préparer un repas, refus de donner de l’argent). Les excuses des hommes pour avoir tué 111 femmes n’ont pas été rapportées. Cinq des femmes tuées étaient mariées alors qu’elles étaient mineures.

MEURTRE D’ENFANTS

Des hommes ont tué 20 enfants pour blesser ou venger les femmes contre lesquelles ils ont recours à la violence. Au moins 3 des enfants tués étaient des tout-petits. Deux d’entre eux étaient syriens.

Les parents des huit enfants qui ont été tués étaient en instance de divorce. Sept pères en instance de divorce ont tué les enfants pour se « venger ».

Parmi les assassins des enfants, 13 étaient leur père, 2 étaient leur beau-père, 3 étaient les ex-petits amis de leur mère ou de leur sœur, un était leur voisin et un était le cousin du père de l’enfant.

Des hommes ont tué trois enfants avec des armes à feu comme des pistolets ou des fusils, quatre par étranglement et deux avec des couteaux.

Deux des mères des enfants tués ont porté plainte mais la police ne les a pas prises en considération.

L’ordonnance de protection de la mère de l’un des enfants tués a expiré. La mère demanda une nouvelle ordonnance de protection. L’ordonnance n’a été rendue que deux jours après le meurtre de l’enfant (février – province de Denizli).

VIOL

Au moins 61 cas de viol ont été couverts par les médias en 2018.

Dans quatre incidents, les auteurs ont également extorqué les femmes. 11 femmes ont été battues après le viol. Deux femmes ont été menacées de ne parler à personne du viol.

Une des femmes était handicapée mentale. Il a été établi qu’elle a été violée après qu’on a découvert qu’elle était enceinte de cinq mois et demi.

10 de ces femmes étaient des réfugiées : Syrie (2), Géorgie (1), Kazakhstan (1), Azerbaïdjan (1), Ghana (1), Royaume-Uni (1), Kirghizistan (2). Une femme a été signalée comme « ressortissante étrangère ».

10 femmes qui ont été agressées sexuellement par des hommes avaient des incapacités.

Parmi les auteurs, cinq étaient agents de sécurité et un était gynécologue.

Les femmes ne connaissaient pas 10 des hommes qui les ont violées. Il s’agissait des hommes qui se présentaient comme des agents de police ou des hommes qui entraient par effraction dans des maisons pour vol.

46 agresseurs connaissaient les femmes qu’ils violaient. Dans cinq des 61 cas, des femmes ont été violées par leur mari ou leur ex-petit ami. Dans cinq autres cas, l’auteur était soit le père, soit l’oncle des femmes qu’il a violées.

Dans trois cas, des femmes ont été violées par leurs voisins. Dans au moins huit cas, l’auteur était une personne à qui les femmes avaient demandé ses services, comme un gynécologue, un policier et un chauffeur de taxi.

18 femmes ont été violées dans des lieux publics tels que des hôtels, des zones montagneuses, des forêts, des cafés ou des lieux de travail. 36 ont été violées à la maison.

HARCÈLEMENT

En 2018, 188 femmes ont été harcelées par des hommes.

Les femmes ne connaissaient pas les 256 hommes qui les harcelaient. L’un d’eux était un responsable de l’immigration (février – province de Konya), deux étaient chauffeurs de bus (octobre – province de Manisa, mai – province de Zonguldak), un était serveur (septembre – İstanbul), un était un homme qui se présente comme livreur (août, province de Kocaeli).

Les femmes étaient harcelées par 12 hommes qu’elles connaissaient (ami, ex-petit ami, ex-mari). Une femme a été harcelée par un homme qu’elle a rencontré sur les réseaux sociaux (février). Un acteur figurait également parmi les auteurs de harcèlement (juin). Une femme a été harcelée par un parent (septembre) et une autre par son père (novembre).

Parmi ceux qui ont harcelé cinq femmes, deux étaient professeurs d’université, une était employée d’université et deux étaient enseignantes.

Huit femmes ont été harcelées par leurs aînés en milieu de travail, leurs employeurs, leurs collègues et leurs employeurs à domicile. Deux harceleurs étaient chefs de village.

Plus de la moitié des harcèlements étaient verbaux et physiques. 145 femmes ont été victimes de ce type de harcèlement.

13 femmes ont été harcelées par des exhibitionnistes et des voyeuristes. Les hommes harcelaient six femmes en s’immisçant dans leurs vêtements. Un harceleur a volé les sous-vêtements d’une femme (février).

MALTRAITANCE DES ENFANTS

Les hommes ont abusé sexuellement de 347 filles et 4 garçons en 2018. Le nombre d’auteurs signalés dans les médias était de 249.

Cinq filles sont tombées enceintes à la suite d’un viol.

Sept des filles avaient un handicap. Deux d’entre elles étaient syriennes. Un enfant a été forcé de se marier en mai. On a tenté de forcer une fille à se marier lors d’une cérémonie religieuse non officielle. En août, des familles de quatre filles ont essayé de les épouser.

Quatre filles ont été contraintes à la prostitution.

Qui sont les agresseurs des enfants ?

37 filles ont été agressées par des ex-petits amis, des employeurs et des gestionnaires. 23 filles ont été maltraitées par des employés de l’école (employée de cantine, femme de ménage). 18 filles ont été agressées par des directeurs d’école. 24 ont été agressées par des enseignants.

Six des enseignants harceleurs étaient des professeurs de religion. Les filles ont été agressées par 13 agresseurs qu’elles connaissaient dans un village ou un quartier. 17 pour cent des abus ont été perpétrés par des pères et des frères, 4 pour cent par des beaux-pères et des grands-pères. 12 auteurs étaient des parents de filles.

Trois filles ont été agressées par des personnes qu’elles ont rencontrées sur les médias sociaux. Deux ont été agressées par des médecins. Neuf auteurs étaient des connaissances de filles, 67 étaient des personnes qu’ils ne connaissaient pas.

Où les hommes maltraitaient-ils les enfants ?

12 cas d’agression d’enfants se sont produits à la maison, 22 dans ou autour des écoles et des autobus scolaires, 15 dans des lieux publics comme les parcs, les hôpitaux, les rues.

16 incidents ont été révélés par des familles, 17 par des enseignants. Un incident a été révélé par des caméras qu’une famille a installées dans une maison. Un autre incident a été révélé après qu’on eut appris que l’enfant était enceinte.

VIOLENCE- BLESSURES 

En 2018, 380 femmes ont été exposées à la violence des hommes. Au moins 23 d’entre eux ont été grièvement blessés.

120 femmes ont été victimes de violences de la part de leur mari ou des hommes qu’elles ont épousés lors d’une cérémonie religieuse non officielle, 35 par leur fiancé ou petit ami, 18 par leur famille (père, fils, frère) 14 par leurs proches. 29 femmes ont été victimes de violence de la part de leur ex-mari ou ex-petit ami.

42 femmes ont été victimes de violence de la part de diverses personnes, notamment des gouverneurs, des policiers, des entraîneurs sportifs, des artisans, des voisins, des étudiants voleurs, des coiffeurs et des patients.

PROSTITUTION FORCÉE

Les hommes ont forcé 516 femmes et filles à se prostituer.

Au moins 243 de ces femmes venaient de différents pays comme la Russie, la Moldavie, l’Ouganda, l’Ouzbékistan. L’une des femmes de Turquie qui a été forcée de se prostituer souffrait d’un handicap.

Les noms des femmes et des filles tuées :

Janvier 2018 : Ceyda Aycan, Elham Atıfı, Fatma B., Fatma Khillo, Gülhan Güler, Halime Sadad, Hüsnü Sarıkaya, Neslihan Kaya, Selva Hidir, Semiye Beyoğlu, Serpil K., Zeynep Fedakar, Media Akdağ.

Février 2018 : Asiye Kılıçer, Ayşe Başaran, Ayşe Başaran, Ayşe Şahin, Bedia B., Behria Aljalmound, Cansu Özdağ, Ebru Çetinkaya, Fadime Korkmaz, Gamze Kuru, Ganime Varsak, Gizem Eşit, Hatice Koç, Hatice Y., Hürü Temiz, Leyla Karal, Melek Ketman, Melike Çetinkaya, Nisrin Kirdi, Sefika Sever, Serpil Halat, Zuhal Kırlangıç

Mars 2018 : Aynur K., Cennet Esen, Filiz Bolkan, Gül Gülizar Ayalp, İlknur Ç., Kristina, Kübra Fırat, Lale Yanık, Muradiye Bektaş, Müzeyyen Laçin, Yryskul Zheenbek Kyzy.

Avril 2018 : Betül Altıntaş, Deniz Arinç, Derya Çolak, Elif Tul, Esen Dülger, Hanife Bicil, Kübra Nur Yılmaz, Öznur D., Rezzan Gündoğan, Rona Güllü, Serpil Ertekin, Sevil Bektaş, Sevil Şenur, Sevinç A., Şenur Topdemir, Türkay İsayova, Vicdan Özetçi, Zübeyda Kamay.

Mai 2018 : Ayşe Karahan, Aytekin Muzmun, Çiğdem Alpaslan, Derya Kuru, Gonca Aksakal, Gülhizar Ersöz, Hanife Akdişli, Havva Sakin, Hülya Büyükkkaplan, İmran Kandemir, İpek Yılmazcan, Kıymet Özkan, Mühibe E.., Nazihe Temel, Nezihe Uçar, Nilay Güngör, Nurhan Doğan, Pınar Çelik, Rümeysa Sakin, Satı Fındık, Seher Çetindaş, Selver Kaya, Sezen Alkan, Suna Doğru, Şule Çet.

Juin 2018 : Ayşe Aruk, Dima Ashalem, Döne Aksu, Elif Kaya Yavuz, Emine Selim, Esra K., Fadime Y.., Fatma Fağırci, Fatma Gülistan, Gülsüm Köse, Gülşen Yakar, Heyran Hüseyinova, Melek Sarkarbalkanıgeçen, Meryem Aydoğdu, Müge Çoban, Neşe Üçücü, Nur Ş., Nurşen E., Oya Öztürk, Özgül Uçelik, Rafiye Ata, Sevgi Aslan, Sevilay Aka.

Juillet 2018 : Aysel Kurt, Ayşegül Çelik, Emine Karakılıç, Fehime Küçük, Filiz Yahya, Gülşen Narşap, Güneş Karaçuban, Hatice Uzun, Kader Key, Karin Ellen Hitzel, N.Ö., Saibe Yükselir, Simge Süreyya Can, Şükran A., Ümmü Akbaş, Z.İ, Zemzemzem Selver, Zübeyde Demirbozan, Zümrethen Kutluay

Août 2018 : Ayşegül Güneştaş, Bahar Saluğu, Belma Yavuz, Cahide İnan, Elif E., Esra Ateş, Gülşen Eken Bulut, Hasret Soylu, Huluud Hemdos, Işıl Kaya, Kübra Oğur, Melak Akta, Mine İ., Nazıra Bajanova, Nuriye Yasak, Sarıgül Hamarat, Sevgi Arslan, Sevim Taşdemir, Türkan Güneştaş, Veslie Kaya.

Septembre 2018 : Aynur Gedik, Bedriye Kargı, Birsen Ş., Elif Parlakyıldız, Emine Orki, Esma Aksakal, Fulya Arpat, Gönül Demir, Güneş Çağraş, Hanım İzollu, İmane Marras, Jale Çağlar, Makbule Kocaman, Nuray Çil, Nurten Avat, Pakize Kurt, Sezen Aslanbaba, Suna Özbey, Şengül Sezgince, Tuğba Yıldırım, Zehra Kaya, Zekiye Keleş

Octobre 2018 : Ayşe Özcan, Cemile Kızıltaş, Dilek Marabi, Elmas Demir, F.Ş, Fatma Güraslan, Hamide Çavdar, Havva Çay, İkram D., Khomedova Mekhriboni, Media Hasan, Meryem Karaca, N.Ç, Özlem Meşeli, Özlem Uçar, Şevval Sürgürgün, Şeyda Ayyıldız, Turna Gül Çuntar, Ümmühan Taşpınar, Ziynet Terzi.

Novembre 2018 : Cemile E., Cemile Kılavur, Emine A., Emine Çakır, Emine D., F.G, Günay Torun, Hanife Babayiğit, Hatice Korkmaz, Merve Özcan, Nailli Nutfilliana, Pakize Çiftçi, Rahime Gencer, Samiye Ö., Sedef Şen, Sezen Serpil, Sibel Akpınar, Songül Güleçyüz, Vildan Nerede, Zahide Oğuz, Zynet Terzi.

Décembre 2018 : Aynur Top, Emine Topluca, Esmel El H., Fatma K., Feride Kaya, Gizem Danış, Gülüstan A., Gülseren K., Hediye İnanç, Hürü Ergi, Mehtap Er, Mekiye Kaya, Meral T.., Meral Uzda, Merve Özcan, Muazzez Kınay, Nefise Dolapçı, Nesrin Cengiz, Nilüfer Danış, Pınar Çoban, Robin Yetiş, Rojda Bulga, Sadiye Andıç, Seda Ulu, Serpil Yıldız, Sevda Çopur, Sevgi Völler, Simge Yıldız, Şerife Boztepe, Zuhal Kayaalp.

 

MEURTRES DE TRANS EN 2018

Quatre meurtres trans ont été commis en 2018. Les noms des transgenres tués étaient Simge, Begüm, Esra, Kristina.

À cause de la haine homophobe, les hommes ont tué deux hommes qu’ils croyaient gais.

Une femme transsexuelle a été retrouvée morte chez elle. Deux femmes transgenres se seraient suicidées.

A.K. (27 ans) d’Iran a tué Kristina, une travailleuse du sexe d’Azerbaïdjan.

Nefes, une femme transsexuelle, a été retrouvée morte chez elle à Ankara.

Deux femmes transgenres de İzmir et İstanbul se seraient suicidées. Les deux femmes étaient menacées par leur famille.

Cinq femmes transgenres ont été victimes de violence à Adana, Ankara, Samsun et İstanbul Quatre des auteurs étaient des hommes que les femmes ne connaissent pas, l’un d’eux était un policier. Seul le suspect du meurtre a été arrêté.

N.B.C. a attaqué sa voisine trans K.A. avec une batte, en disant, « Je ne veux pas de travestissements dans ce bâtiment. » L’homme aurait attaqué K.A. parce qu’elle gardait un chat dans la cour de l’immeuble. N.B.C. a tiré sur K.A. et son ami M.D. M.D. a été blessé.

Dans la province de Samsun, M.S. a tué par balle sa petite amie transsexuelle Simge (24 ans). M.S. s’est enfui après le meurtre mais a fini par se faire prendre.

A Ankara, un homme a battu sa petite amie transsexuelle E. parce qu’elle voulait rompre. Elle a déposé une plainte avec un rapport médical indiquant qu’elle avait été battue. L’homme a ensuite été placé en détention à la suite de la plainte, mais il a été libéré après avoir témoigné.

Sur İstanbul, la travailleuse du sexe transsexuelle Esra Ateş a été tuée devant sa maison par son client. L’homme a tranché la gorge de la femme.

A Kocaeli, deux hommes et une femme ont pris E.K., A.K. et M.Ç en otage sous la menace d’une arme. Les auteurs ont battu les femmes et ont volé l’argent et les objets de valeur. Les femmes et les agresseurs se connaissaient déjà.

Dans Iğdır, T.R. (23 ans) a violé Şefika Sezer (74 ans) chez elle et poignardé à mort. Il a volé l’argent et le téléphone portable de la femme. 

Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici