AccueilDroits de l'HommeIl est temps de la paix dans le conflit kurde en Turquie,...

Il est temps de la paix dans le conflit kurde en Turquie, 20 ans après la capture d’Ocalan

« Vingt ans après que les Etats-Unis aient contribué à l’escalade de la guerre turque contre les Kurdes, ils ont une chance sans précédent de contribuer à y mettre fin et de prendre position du bon côté de l’histoire. »
 
Il y a vingt ans aujourd’hui, la Turquie annonçait que le chef rebelle kurde Abdullah Öcalan avait été capturé au Kenya et ramené en Turquie. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), l’organisation qu’il dirigeait, combattait le gouvernement turc depuis 15 ans, cherchant la libération nationale de la minorité kurde de Turquie. Lorsque le PKK a été créé, il était illégal en Turquie de donner un nom kurde à un enfant, de célébrer les fêtes kurdes ou de parler kurde en public. Alors que les Kurdes d’Irak ont obtenu le soutien de la communauté internationale dans leur lutte contre la dictature brutale de Saddam Hussein, la situation stratégique de la Turquie et son adhésion à l’OTAN ont fait que leur lutte contre les mêmes conditions de l’autre côté de la frontière entre Sykes et Picot a été criminalisée au plan international.
 
Les États-Unis ont d’abord nié toute participation à la capture d’Öcalan. Les rapports ultérieurs ont prouvé le contraire : selon un responsable de l’administration Clinton cité dans le New York Times, les États-Unis avaient travaillé pour « déterminer où il était, où il allait et comment nous pourrions le traduire en justice ».
 
Par un simulacre de procès, Öcalan a été jugé pour trahison et condamné à mort, peine qui a été commuée en prison à vie lorsque la Turquie a aboli la peine de mort dans le cadre de ses efforts pour rejoindre l’Union européenne. Depuis 20 ans, il est détenu sur l’île de la prison İmralı, entouré de centaines de gardes armés et interdit même des droits fondamentaux que la loi turque accorde aux prisonniers.
 
Pendant la majeure partie de cette période, les États-Unis n’avaient guère de raisons de s’inquiéter du mouvement kurde turc. La politique américaine à l’égard des Kurdes a continué de s’intéresser à des groupes en Irak qui avaient peu d’affinités avec la lutte de leurs frères et sœurs en Turquie, jusqu’à ce que la guerre contre l’État islamique (DAESH) amène les États-Unis à former une alliance avec les unités de protection du peuple kurde syrien (YPG), qui, bien que politiquement et militairement distinctes, prennent leur source idéologique dans les écrits d’Öcalan.
 
Cette alliance a conduit à la libération de 30 % du territoire syrien, y compris l’ancienne capitale de DAESH, Raqqa. À l’heure actuelle, les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les YPG ont acculé le groupe terroriste, qui contrôlait autrefois une région de la taille de la Grande-Bretagne, dans une zone plus petite que la taille de Kobanê, dans le nord de la Syrie, que les YPG / YPJ tenaient en 2014, lorsque leurs chances étaient les plus mauvaises.
 
La nouvelle de la défaite territoriale finale de DAECH pourrait arriver à tout moment, mais le soutien turc aux islamistes syriens et l’animosité envers les FDS menacent d’ouvrir un nouveau chapitre sanglant et déstabilisant dans le conflit syrien.
 
L’annonce du retrait du personnel américain du nord-est de la Syrie par le président américain Donald Trump et les menaces ultérieures du président turc Recep Tayyip Erdoğan contre la région ont laissé les décideurs politiques en quête d’une solution qui assurera une stabilité et une sécurité durables.
 
Une telle solution devra répondre à une préoccupation qui a été balayée sous le tapis pendant des années – le lien entre l’agression de Erdoğan en Syrie et le conflit à l’intérieur des frontières de la Turquie. L’appel à la paix en Turquie aurait un effet positif sur les perspectives de paix et de stabilité durables dans la région, même après le retour des troupes américaines.
 
Cette demande est juste, légitime et conforme aux intérêts des États-Unis. Le PKK n’est plus la même organisation qu’en 1999. Elle ne cherche plus à établir un État-nation kurde, mais appelle plutôt à l’autonomie kurde en Turquie et reconnaît la nécessité pour tous les peuples de vivre ensemble dans la liberté mutuelle, un concept connu sous le nom de « nation démocratique ».
 
Elle a prouvé sa volonté de s’asseoir et de discuter d’une solution pacifique à ce conflit qui dure depuis près de 40 ans. Les idées qu’Öcalan a écrites depuis sa cellule de prison – libération des femmes, démocratie directe, protection de l’environnement – ont stabilisé et démocratisé le nord-est de la Syrie au beau milieu de huit années de guerre brutale.
 
La Turquie, aussi, est un endroit très différent. Les dernières années du règne de Erdoğan ont plongé le pays dans l’autocratie. Les gens font la queue pour obtenir des denrées alimentaires de base subventionnées par l’État en raison d’une mauvaise gestion économique, un problème auquel Erdoğan a répondu en demandant aux citoyens affamés s’ils comprenaient le coût de ses guerres.
 
Neuf parlementaires élus du Parti démocratique des peuples (HDP), pro-kurde, sont en prison, accusés de terrorisme pour des discours et déclarations de routine. Des milliers de journalistes, d’universitaires, de militants et de dissidents ont été emprisonnés ou forcés de fuir le pays, et les opérations militaires dans le sud-est de la Turquie qui ont rasé les villes kurdes ont provoqué le déplacement interne de dizaines de milliers de personnes.
 
Dans ce climat, il est facile d’oublier qu’il y a seulement six ans, Erdoğan a pris la décision courageuse de devenir le premier dirigeant turc à entamer des pourparlers avec le PKK. Ce processus a été soutenu par 81 % de l’opinion publique turque – Turcs et Kurdes. Avant son échec, les discussions sur la démocratisation, le développement économique et la possibilité d’un nouvel avenir étaient animées des deux côtés. La Turquie a même coopéré avec ses ennemis kurdes syriens jurés, en s’engageant dans la diplomatie et même dans des opérations militaires conjointes, ce qui est certainement préférable aux menaces et aux affrontements qui ont lieu aujourd’hui.
 
Nous savons que les pressions exercées par les États-Unis permettent de contrôler les impulsions les plus dangereuses de Erdoğan, et qu’elles pourraient bien l’encourager à revenir à la table des négociations. Les États-Unis pourraient facilement jouer le rôle qu’ils ont joué dans les négociations de la Yougoslavie à l’Irlande du Nord, en tenant toutes les parties concernées responsables de leurs actes, de leurs promesses et de leurs objectifs. Il y aurait pire point de départ qu’un appel américain clair à la libération de tous les prisonniers politiques, y compris Öcalan, à un cessez-le-feu en Turquie et à un moratoire sur l’intervention turque en Syrie.
 
Vingt ans après que les Etats-Unis aient contribué à l’escalade de la guerre turque contre les Kurdes, ils ont une chance sans précédent de contribuer à y mettre fin et de prendre position du bon côté de l’histoire.
 
2019-02-15

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici