Des ONG allemandes de défense des droits humains : Le CPT doit aller d’urgence à Imralı

0
124

D’éminentes organisations allemandes de défense des droits humains ont appelé le gouvernement fédéral à faire pression sur le régime turc pour mettre fin à l’isolement d’Ocalan.

ALLEMAGNE – COLOGNE – Quatre éminentes organisations œuvrant pour les droits humains et la paix en Allemagne ont publié une déclaration commune à l’intention du gouvernement fédéral, dirigé par Angela Merkel. La déclaration intitulée « Appel urgent au gouvernement fédéral » demande à l’Allemagne de prendre des mesures pour prévenir les décès, protéger la vie humaine et rétablir la paix.

La déclaration a été publiée par la représentante des Physiciens internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW) en Turquie, le Dr Gisela Penteker, Comité Dialog-Kreis pour les droits fondamentaux et la démocratie et le réseau coopératif pour la paix.

La déclaration souligne que la Turquie est un pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne, ainsi qu’un membre actuel du Conseil de l’Europe et de l’OTAN, « mais le régime Erdogan sort de plus en plus du cadre de l’Etat de droit. Le Parlement, le gouvernement et le pouvoir judiciaire en Turquie ont été entièrement placés sous le contrôle d’Erdogan. Les droits à la liberté de la presse, à la liberté d’expression et au droit de manifester ont pratiquement disparu. »

« LE GOUVERNEMENT TURC A LANCÉ UN GÉNOCIDE CONTRE LE PEUPLE KURDE »

La déclaration souligne que les prisons turques sont pleines à craquer de politiciens, de journalistes, d’intellectuels et de scientifiques, et elle se poursuit : « Lorsque le processus de paix avec le PKK a pris fin en 2015, un génocide a été lancé contre le peuple kurde à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Afrin a été envahie et l’Etat turc veut envahir d’autres régions kurdes en Syrie. Le Kurdistan irakien est bombardé tous les jours par des avions de guerre turcs. »

Les organisations allemandes de défense des droits humains ont déclaré que les politiques agressives du régime Erdogan menacent également la stabilité et la sécurité en Europe et ont appelé le gouvernement fédéral à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à ces politiques agressives.

La déclaration énumère en 5 points les revendications des organisations de défense des droits de l’homme de l’administration berlinoise :

  • Ne pas ignorer que la guerre de la Turquie contre le peuple kurde en Irak et en Syrie constitue une violation des traités internationaux.
  • Lancer une initiative internationale avec les autres Etats membres de l’Union européenne pour trouver une solution à la question kurde.
  • Cesser le  soutien au crédit Hermes pour les entreprises allemandes en Turquie et les exportations d’armes vers la Turquie
  • Exiger des forces turques qu’elles quittent Afrin et prise de position de l’État allemand contre de nouvelles attaques contre le territoire kurde en Syrie.
  • S’opposer aux pratiques antidémocratiques du régime Erdogan qui violent les droits humains.

« LE CPT DOIT ALLER À IMRALI DE TOUTE URGENCE »

Le communiqué souligne que le leader du peuple kurde Abdullah Ocalan a été enlevé au Kenya vers la Turquie il y a 20 ans et vit depuis lors en isolement dans la prison de l’île d’Imrali, qu’Ocalan et trois autres prisonniers n’ont pas vu leurs avocats ou leur famille depuis 4 ans. Le communiqué mentionne également la grève de la faim de la députée du HDP Leyla Guven, qui réclame la fin de l’isolement d’Imrali depuis le 8 novembre.

Le communiqué appelle le gouvernement allemand et les institutions européennes à « d’agir d’urgence et d’user de son influence sur Erdogan pour prévenir la mort dans ces actions, pour mettre fin à l’isolement et pour faire respecter les droits humains des prisonniers. » : 

« De nombreux politiciens et militants ont entamé des grèves de la faim après Guven. Cette protestation devient de plus en plus critique chaque jour qui passe et les manifestants perdent de plus en plus leur santé. Nous demandons au gouvernement fédéral d’agir d’urgence et d’user de son influence sur Erdogan pour prévenir la mort dans ces actions, pour mettre fin à l’isolement et pour faire respecter les droits humains des prisonniers.

Nous demandons également au Gouvernement fédéral d’exhorter le Conseil de l’Europe et le Comité pour la prévention de la torture (CPT) à visiter la prison d’Imrali. Nous attendons de l’Union européenne qu’elle entame des pourparlers avec la Turquie sur cette question également. Les membres de la Commission des affaires étrangères du Parlement fédéral devraient également rendre visite à Leyla Guven, qui poursuit sa grève de la faim. »

ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici