Les YPG/YPJ, un allié à l’étranger mais un danger en Europe ?

1
115
Le traitement erratique que les membres des YPG/YPJ reçoivent de la part des réseaux antiterroristes européens ne semble pas prêt de changer dans un avenir proche.
 
La première fois que Roni (« un pseudonyme ») est rentré à Londres après ses 8 mois passés comme infirmier pour les YPG/YPJ kurdes au Rojava, dans le nord de la Syrie, il était nerveux. Si ce n’était pas pour voir son plus proche ami kurde – Mehmet Aksoy, un cinéaste des mêmes forces – reposer au cimetière de Highgate Cemetery, il n’aurait jamais pris l’avion.
 
Les passagers n’avaient pas encore débarqué lorsque quatre officiers en uniforme se sont dirigés directement vers son siège.
 
« Ils m’ont escorté comme une célébrité, » dit Roni.
 
L’interrogatoire a été poli et s’est terminé par un « merci pour votre coopération », mais cela a suffi à convaincre Roni que c’était peut-être sa dernière visite à Londres. Au moins pour longtemps.
 
Roni a deux passeports : un britannique et un turc. Il est né dans une ville kurde majoritairement alévie – une minorité (alévie) au sein d’une minorité (kurde) en Turquie – mais se souvient peu de son enfance. Ses parents n’en parlent pas. Alors il se sent britannique.
 
L’interrogatoire pourrait ne pas se dérouler aussi bien la prochaine fois que Roni se rendra à Londres parce qu’il pourrait être lié au PKK – dont les liens avec les YPG/YPJ sont encore en discussion – et perdre son passeport britannique. Seules les personnes ayant la double nationalité peuvent voir leur citoyenneté révoquée parce qu’elles sont membres d’une organisation inscrite sur la liste des organisations terroristes. Pour Roni, cela signifierait ne pas pouvoir éviter le service militaire obligatoire en Turquie, où il risquerait une incarcération quasi certaine. Cela ajouterait également un autre niveau de précarité au Royaume-Uni.
 
Donc jusqu’à ce qu’il soit sûr d’être en sécurité au Royaume-Uni, il attendra dans ce qu’il appelle en plaisantant « Yougoslavie ». Considérant à quel point le Royaume-Uni et d’autres États européens ont été erratiques dans la poursuite de leurs citoyens qui étaient d’anciens volontaires des YPG/YPJ, Roni et ses amis d’armes n’auront probablement pas une réponse à ce dilemme bientôt.
 
A l’étranger et chez soi
 
La Turquie et le Qatar [comme par hasard] sont les seuls pays à inscrire les YPG/YPJ sur la liste des groupes terroristes, puisqu’ils l’assimilent au PKK basé en Turquie. Cependant, malgré de lourds efforts de lobbying, la Turquie n’a pas changé l’opinion de ses alliés de l’OTAN sur cette question. Beaucoup comptent sur une démarcation stricte entre les deux groupes pour légitimer leur soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS), un groupe principalement dirigé par les YPG/YPJ et formé par la coalition dirigée par les États-Unis pour aider à repousser l’État dit islamique. Les FDS est le seul groupe d’opposition en Syrie qui a gagné un territoire important à Bachar Al-Assad et restera un acteur principal dans la formation de la nouvelle géographie de la Syrie.
 
Bien que ces pays de la coalition – pour les besoins de cet article, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – ne laissent pas la Turquie avoir son mot à dire sur la façon dont ils manœuvrent au Moyen-Orient, ils compensent toute friction dans la relation en étant vigilants au sujet du YPG/YPJ au niveau national. Ces mesures de répression contre d’anciens combattants, que ce soit pour plaire à la Turquie ou non, sont un symptôme de l’expansion constante des puissances antiterroristes sur l’ensemble du continent.
 
Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne suivent les combattants du YPG/YPJ sans discernement – comme tous les combattants venant de Syrie et d’Irak – mais seulement à l’occasion décident de prendre des mesures légales ou punitives, comme ouvrir des procès, confisquer des passeports ou marquer certains avec un statut facilement exploitable. Jusqu’à présent, il s’agissait de mesures prises à l’encontre de ressortissants non kurdes (seul le Danemark a arrêté une combattante kurde des YPJ qui était également une ressortissante danoise) et justifiées au titre de la stratégie antiterroriste.
 
Les personnes visées ne sont pas nécessairement plus radicales politiquement que les autres et n’avaient pas nécessairement plus de preuves contre elles. Leurs exceptions peuvent prouver la règle, mais elles signifient aussi des précédents potentiels qui pourraient affecter n’importe qui d’autre dans les YPG/YPJ, y compris les résidents non nationaux, les demandeurs d’asile et ses représentants politiques des PYD. Ils touchent indirectement des gens comme Roni et donnent des frissons à la grande diaspora kurde d’Europe, qui est déjà surveillée de près par la police. Les ressortissants européens kurdes qui optent pour le PKK plus retranché que les jeunes YPG/YPJ – la grande majorité d’entre eux – pourraient devenir des cibles faciles.
 
Leur sélection révèle également la relation parfois conflictuelle, parfois complice entre les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice – et la capacité croissante des forces de l’ordre à jouer aux acrobates à la poursuite de ceux qu’ils considèrent comme politiquement dangereux, inscrits ou non sur la liste des terroristes.
 
Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne n’ont pas de politique cohérente à l’égard des quelques ressortissants des YPG/YPJ qui reviennent et ne le feront peut-être jamais. Pourtant, on peut déduire quelque chose des actions déjà entreprises et des voies déjà explorées.
 
Le Royaume-Uni
 
Plus de 400 non-Syriens ont rejoint les YPG/YPJ. La plupart d’entre eux venaient de Turquie, puis des États-Unis, puis du Royaume-Uni. Les Britanniques ont soutenu leurs opérations par l’intermédiaire des FDS avec des armes non létales et des frappes aériennes dans leur lutte contre l’Etat islamique. La Grande-Bretagne a également vendu plus d’un milliard de dollars d’armes à la Turquie et continue de courtiser ses acheteurs alors qu’un Brexit imminent force le pays à se faire de nouveaux amis.
 
Lorsque la Turquie a commencé à intensifier sa rhétorique contre les YPG/YPJ, le Royaume-Uni, pris entre les deux, s’est demandé s’il devait choisir son camp. En octobre 2017, le Comité des affaires étrangères de la Chambre des communes a entrepris une enquête pour déterminer si les YPG/YPJ était en fait l’ami ou l’ennemi du Royaume-Uni, terroriste ou non. Deux mois auparavant, la Henry Jackson Society avait publié un rapport affirmant que le retour des combattants des YPG/YPJ constituait une menace pour la sécurité du Royaume-Uni. Les conclusions de la commission citent le rapport mais n’adoptent pas la même position – elle n’en adopte aucune, apparemment plus confuse qu’au départ.
 
Ainsi, la police a continué d’arrêter la plupart des rapatriés des YPG/YPJ à leur arrivée et de conserver leur passeport – une action réservée aux citoyens qui ont des plans  » réels ou présumés  » de perturber l’intérêt public. Certains ont été détenus et interrogés pendant des heures. Certains ont vu leurs déplacements limités à certains endroits et à certaines heures, l’une des mesures les plus sévères que la police puisse prendre pour prévenir le terrorisme. Certains ont fait l’objet d’une descente de police pour des preuves incriminantes. Si la police a trouvé des preuves, le procureur général et les Services de protection de la Couronne ont intenté des poursuites. Trois cas se sont produits jusqu’à présent.
 
Le premier rapatrié des YPG, Josh Walker, a été accusé en vertu de la Loi sur le terrorisme de posséder des renseignements « susceptibles d’être utiles » pour avoir commis un acte de terrorisme : dans son cas, une copie numérique du livre de cuisine anarchiste. Il a été déclaré non coupable.
 
La charge de James Matthews était plus directe. La Couronne le soupçonnait d’avoir été entraîné dans un camp militaire « à des fins liées à la préparation du terrorisme ». Ils ont fait valoir que le même camp était géré par le PKK. Le procureur n’a pas cité de preuves à l’appui de la demande et n’a donné aucune raison lorsque la Couronne a abandonné l’accusation.
 
« C’était un désordre et un mystère », m’a dit l’avocat de Matthews, Joel Bennathan, C.R.. Les citoyens européens ont le droit de pouvoir anticiper les raisons pour lesquelles ils pourraient être poursuivis, mais puisque les YPG/YPJ est une « zone grise » dont le traitement est « en mutation », a déclaré Bennathan, personne ne sait quand ni pourquoi le marteau pourrait tomber. Il a déclaré que les avocats représentant les combattants de retour au pays ont spéculé que les pressions, peut-être indirectes, exercées par la Turquie avaient influencé les décisions de poursuivre ses anciens combattants, dont certains sont devenus des personnalités publiques célèbres. Roni voit le cas de Matthews comme un fruit à portée de main : le Royaume-Uni pourrait céder sous la pression dans une affaire contre un vétéran britannique qu’il est sûr de perdre.
 
Un cas en suspens pourrait encore créer un précédent. Peu après que Matthews eut plaidé non coupable, la police a accusé Aidan James de trois chefs d’accusation de terrorisme, y compris de « préparation d’actes terroristes ». Des sources proches de l’affaire s’inquiètent du fait que les charges portent davantage sur des actes que la personne a commis sans lien avec le groupe armé, mais une condamnation pourrait compromettre la perspective d’une défense similaire.
 
En fait, les tribunaux pourraient poursuivre les combattants qui reviennent pour terrorisme s’ils le voulaient vraiment. Le Royaume-Uni a près d’une douzaine de lois antiterroristes, dont une est sur le point d’être adoptée, qui élargissent la définition du terrorisme bien au-delà du simple fait d’être membre d’un groupe inscrit sur la liste. Quiconque ramasse des armes à l’étranger, pas pour l’armée britannique ou pour un groupe de mercenaires, est admissible. Quiconque se rend dans une région que le secrétaire d’État estime susceptible d’exposer le public britannique au « risque du terrorisme » peut être jugé.
 
Combattants étrangers et combattants de la liberté
Les tribunaux, du moins jusqu’à maintenant, ont choisi de ne pas toucher les YPG/YPJ. Même si le Royaume-Uni trouve suffisamment de preuves pour établir un lien explicite avec le PKK, il se peut qu’il ne fasse rien : une seule recrue, Shilan Özçelik, a été condamnée pour avoir essayé de rejoindre le PKK. Il est possible que des sympathisants aient fait assez de bruit à l’extérieur des portes de sa prison pour les dissuader d’une seconde condamnation.
 
Mais la police considère toujours les recrues des YPG/YPJ comme mûres pour une stratégie antiterroriste. Le Royaume-Uni dispose d’une force de police décentralisée, de sorte que dix unités antiterroristes distinctes suivent chacune leur propre façon de faire les choses. Une unité a créé une liste de symboles extrémistes, qui énumère le YPG comme étant « considéré comme si proche du PKK qu’il est presque une entité subordonnée ». Plusieurs font signer aux recrues un document indiquant qu’elles se rendront en Syrie en sachant qu’elles pourraient faire face à des accusations de terrorisme à leur retour, et qu’elles les détiendront ensuite. Parfois, les décisions viennent d’en haut, comme le déploiement d’officiers de la Prévention dans les familles des combattants qui tombent.
 
John Cuddihy, ancien chef du crime organisé et du contre-terrorisme en Écosse, qui conseille maintenant les forces armées à l’échelle internationale, a déploré que la politique antiterroriste élargie n’explore pas la nuance entre qui est un « combattant étranger » et un « combattant de la liberté ». Il a dit qu’il est erroné de regrouper les YPG/YPJ et DAESH dans la même catégorie, bien que les rapatriés de YPG/YPJ soient trop peu nombreux pour motiver suffisamment de ressources pour une approche personnalisée. Pour l’instant, l’Écosse, qui a un système décentralisé comme le Pays de Galles, cible les recrues potentielles de YPG/YPJ pour des efforts de déradicalisation, comme toute population « vulnérable » aux groupes extrémistes.
 
Comme le terrorisme est « peint en termes très larges », son application « divise profondément les avocats et les agents antiterroristes », dit Bennathan. L’indécision – et les préoccupations diplomatiques – peuvent signifier l’inaction. Lorsque la Turquie a condamné l’ancien soldat britannique et volontaire des YPG Joe Robinson à huit ans de prison, le Royaume-Uni n’a rien dit.
 
France
 
La position de la France à l’égard des YPG/YPJ est claire : c’est leur plus proche allié en Syrie, et la relation – alimentée par un soutien sur le terrain et un centre culturel français – est construite pour durer, selon le porte-parole du groupe, Nuri Mahmoud. Le Royaume-Uni et l’Allemagne ne rencontrent pas officiellement leurs représentants de l’aile politique des YPG, le PYD, mais le président français Emmanuel Macron a serré la main du représentant de Paris, Khaled Issa, en public.
 
La rencontre ne l’a pas empêché de se serrer la main, à plusieurs reprises, avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan. Le bénéfice commercial entre les deux, qui s’élève à environ 14,6 milliards de dollars, continue d’augmenter. La Turquie n’est pas seulement un allié de l’OTAN, mais aussi un partenaire dans la lutte de la France contre le terrorisme national, promettant de rapatrier les combattants français de DAESH.
 
Aux yeux du ministère des Affaires étrangères, la ligne de démarcation entre le PKK et le YPG/YPJ est solide. Mais le ministère de l’Intérieur pourrait en décider autrement. (Lorsqu’on lui a demandé de commenter sa surveillance du YPG/YPJ en France, le contact presse pour la police antiterroriste a refusé de commenter le traitement interne du PKK).
 
Même sans croisement entre les deux groupes, la police française dispose d’une grande boîte à outils pour la lutte contre le terrorisme. Depuis que Macron a institutionnalisé l’état d’urgence, la police et les services de renseignement ont le pouvoir d’arrêter et de surveiller, après avoir averti le procureur, toute personne qu’ils ont « de sérieuses raisons de croire » est « généralement en relation avec des personnes ou organisations qui incitent, soutiennent, diffusent ou adhèrent à une thèse qui encourage des actes terroristes ou font leurs excuses ». Ces actes doivent s’appliquer au sol français – que les YPG/YPJ n’a pas touché. La police pourrait alors faire valoir qu’elle a été payée – de manière non monétaire – pour son service, puisque les combats en tant que mercenaire sont illégaux en France. Mais aucun tribunal n’a tenté de faire valoir cet argument.
 
La dernière façon d’attraper un volontaire des YPG/YPJ, serait de l’empêcher de s’envoler vers ce qu’on appelle les « zones de djihad », étant donné le risque qu’il y a à travailler avec un groupe criminalisé. Cependant, le Sénat a affirmé l’été dernier qu’il accorde aux forces kurdes certains privilèges : contrairement à d’autres ressortissants syriens, les combattants des YPG/YPJ « ne sont pas systématiquement poursuivis, en ce qui concerne la coopération du YPG avec les forces armées françaises ».
 
Mais « pas systématiquement » ne veut pas dire « jamais ».
 
Alors que certains ne voient jamais d’agent, d’autres se voient confisquer leur passeport, leur permis de conduire volé, leur compte bancaire gelé. Tous ces pouvoirs sont venus avec les nouvelles mesures antiterroristes. Un ancien combattant a poursuivi l’Etat français pour la façon dont il traite les YPG/YPJ. Il a gagné. Depuis lors, a déclaré Serhat Tikkun*, un autre combattant, la police a fait attention à ne pas les poursuivre dans les mêmes allées.
 
Mais les exercices continuent. M. Tikkun a indiqué que sa mère et lui ont régulièrement été contrôlés par la DGSI (Direction générale de l’information et de la sécurité intérieure) depuis qu’il a été orienté vers les services psychologiques qui s’occupent des cas de radicalisation. C’était trois ans avant son départ, lorsqu’il a appris l’existence de la milice. Il se déplace beaucoup, il a donc appris à connaître des agents antiterroristes de tout le pays – ainsi que leurs homologues d’autres États européens, grâce aux renseignements d’Interpol.
 
La plupart des volontaires venus de France sont d’anciens soldats, mais certains sont anarchistes, communistes et syndicalistes. De ce nombre, beaucoup ont déjà fait l’objet d’un suivi attentif. Tikkun a déclaré qu’un agent de la DGSI lui a dit que le terrorisme d’extrême gauche était leur deuxième priorité après le terrorisme islamiste – et que le terrorisme d’extrême droite ne vient qu’après les groupes séparatistes, comme le PKK, qui s’est hissé sur leur radar.
 
Le rapport du Sénat mentionne que le djihad islamique « ne doit pas éclipser le terrorisme non islamique », comme les attaques contre les mosquées par des groupes d’extrême gauche « notamment du mouvement anarcho-autonome, dont plusieurs se sont rendus en Syrie pour lutter contre l’Etat islamique, et sont donc formés pour manier les armes ».
 
(…) Depuis la proclamation de l’état d’urgence, plusieurs Kurdes politiquement actifs ont été arrêtés pour financement du terrorisme sans précision. D’autres encore ont été signalés avec les fichiers « FIJAT » et « S », un signal pour un traitement spécial de la police afin de prévenir les menaces à la sécurité nationale. Ceux qui sont marqués ne sont pas les candidats les plus évidents, a déclaré un militant kurde proche d’eux, tandis que ceux qui se rendent dans le nord de la Syrie pour des travaux civils et politiques ont été libérés de toute responsabilité.
 
La surveillance française de la diaspora kurde politiquement impliquée est pour le moins un sujet sensible. L’ancien président François Hollande a ouvertement rencontré des membres du PKK, mais en 2013, trois d’entre eux ont été assassinés [trois femmes : Sakine Cansiz, Leyla Saylemez, Fidan Dodan] à Paris. Ce faux pas a embarrassé intelligentsia française, qui depuis lors a été plus douce à l’égard du groupe et de ses sympathisants. Mais avec le « terrorisme » à la mode en France après l’état d’urgence, la question du maintien de l’ordre est très vaste.
 
Allemagne
 
Des trois pays, c’est l’Allemagne qui a le moins de contacts avec les FDS et la relation la plus étroite, historiquement, avec la Turquie. Sa participation à la coalition dirigée par les Etats-Unis en Syrie est essentiellement symbolique, tandis qu’elle continue – malgré un coup d’éclat temporaire – à vendre des armes et des chars turcs qu’elle a utilisés dans son offensive en Afrique. L’Allemagne s’appuie également sur la Turquie pour maintenir ses 3,5 millions de réfugiés syriens de leur côté de la côte – et accueille la diaspora kurde la plus importante et la plus active politiquement, celle qui est la plus représentée dans les forces des YPG/YPJ.
 
Cette équation rend la question YPG/YPJ plus urgente à résoudre. La réponse, cependant, dépend toujours de la personne à qui la question est posée.
 
Pour le procureur fédéral, aucun combattants des YPG/YPJ n’a encore été inquiété par la justice allemande. Le ministère de la Justice n’a pas encore déterminé si le groupe est une organisation terroriste ou non, mais Die Welt a indiqué qu’il considère qu’il est « politiquement inopportun » de le faire alors que cela mettrait la France ou les Etats-Unis en colère.
 
En ce qui concerne le ministère de l’Intérieur, un indice pourrait figurer dans un rapport de 2015 dans lequel des parlementaires s’interrogent sur la poursuite des opérations contre le PKK. Dans ce rapport, le ministère de l’Intérieur a déclaré que les combattants anti-ISIS (il ne pouvait pas séparer les combattants du PKK et des YPG/YPJ) sont moins nombreux que les combattants djihadistes syriens, mais de qualité similaire.
 
Nous ne faisons pas de distinction entre le soi-disant « bon » et le « mauvais » terrorisme « , dit le rapport. En d’autres termes, ils peuvent combattre pour des raisons différentes, mais leur entraînement au maniement des armes – tant qu’il est effectué en dehors du cadre autorisé de l’armée allemande – pourrait constituer une menace similaire pour les ressortissants allemands à leur retour. Le rapport ne mentionne pas le moment où un combattant des YPG/YPJ de retour au pays avait l’intention d’organiser une attaque en Allemagne. Mais leurs objectifs sont proches de ceux du PKK, a-t-il constaté, un groupe qui menace l’intégrité territoriale d’un allié de l’OTAN.
 
Répondant aux questions d’un parlementaire en octobre, le ministère de l’Intérieur a recensé près de 250 combattants anti-DAESH qui sont partis en Syrie, dont la moitié sont revenus. De ce nombre, 32 font l’objet d’une enquête de la police fédérale, dont 27 pour des liens avec des organisations terroristes ; les autres pour des attaques planifiées et le recrutement pour une organisation militaire étrangère. Sept d’entre elles ont été qualifiées de personnes « pertinentes » et deux de « dangereuses ». L’un d’eux fait toujours l’objet d’une enquête pour d’éventuels crimes de guerre. La moitié des affaires ont été classées faute de preuves que des infractions avaient été commises sur le territoire allemand.
 
Le terrorisme n’est toujours pas défini en Allemagne, mais en vertu du droit pénal, il est illégal de s’entraîner dans un camp dirigé par une organisation terroriste, de planifier une attaque en Allemagne ou de commettre des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité où que ce soit. Toutefois, la simple appartenance à une organisation figurant sur la liste des organisations terroristes à l’étranger ne peut faire l’objet de poursuites et ne peut justifier la révocation de la citoyenneté.
 
Mais les officiers ont l’ordre de marcher avant que les juges ne puissent parler. Lorsque Martin Klamper* est revenu de Syrie, il a été détenu à l’aéroport et s’est vu confisquer son passeport et son téléphone. Il attend toujours de les récupérer et n’est pas autorisé à quitter l’Allemagne jusqu’à nouvel ordre. Il a dit que d’autres combattants des YPG/YPJ d’Allemagne évitent de prendre l’avion pour cette raison, mais que la police finit par les trouver de toute façon.
 
Certains services de police d’État poussent encore plus loin. La Bavière – l’État d’origine de l’actuel ministre de l’Intérieur – montre la voie, suivie par d’autres gouvernements d’États qui se sont glissés dans l’expansion des pouvoirs antiterroristes de leurs forces de police, qui sautent la surveillance judiciaire et abaissent la barre en matière de perquisitions et de détention.
 
Une autre mesure de ce type consiste à relancer le titre policier « Gefährder », qui signifie en gros « menace potentielle » et qui permet à la police de détenir quiconque, selon elle, pourrait planifier une attaque. Jusqu’à présent, le titre a surtout été utilisé sur les islamistes, et quelques fois sur les fascistes et les anarchistes. Nous avons entendu parler de deux cas où il a été appliqué à des chasseurs de retour au pays de YPG. Ces personnes ont un accès limité à la justice et leur statut n’est pas reconnu par le gouvernement fédéral.
 
« Nous n’avons pas vu ce genre de lois depuis Hitler », a déclaré Nick Brauns, qui a rédigé les questions pour Ulla Jelpke, parlementaire du Parti de gauche, sur la façon dont le ministère de l’Intérieur gère les combattants anti-DAESH.
 
Brauns compare également la répression actuelle de l’Allemagne contre les groupes politiques kurdes à ce qui s’est passé dans les années 1990, lorsque le PKK était le plus actif et le plus réprimé en Turquie. Puis, après les attaques contre des sites turcs en Allemagne, l’Allemagne est devenue le premier pays après la Turquie à inscrire le PKK sur la liste des organisations terroristes. Abdullah Öcalan, père idéologique des deux groupes, a promis qu’il ne toucherait pas l’Allemagne si ses partisans restaient seuls – mais son image a été interdite l’année dernière. Le drapeau des YPG/YPJ a également été interdit lorsque la police considère qu’il est utilisé pour remplacer le drapeau du PKK. Depuis, l’application de la loi a été transférée aux États.
 
Si les YPG/YPJ est amené dans le cadre de la lutte contre le terrorisme aux côtés du PKK, ses combattants de retour qui ne sont pas des citoyens allemands – environ trois sur quatre, selon le rapport qui regroupe les deux groupes – sont encore moins protégés puisque leurs cas seraient traités par le droit de l’immigration et non par le droit pénal. Un voyage en Syrie pourrait alors menacer leur demande de citoyenneté ou d’asile.
 
Au-delà des frontières
 
Cette évolution de la lutte contre le terrorisme ne s’arrête pas aux frontières. Même si Brexit retire le Royaume-Uni de l’image de l’UE, les services de renseignement et la coordination policière, en particulier dans le cadre de la prévention des actes terroristes, se poursuivront. M. Cuddihy, qui a contribué à façonner les services de police de la diaspora kurde en Écosse, a déclaré que la police de Glasgow, de Londres et de plusieurs villes allemandes partageaient des renseignements et collaboraient étroitement puisqu’ils reconnaissent que les Kurdes partagent également des réseaux entre ces villes. Ensuite, il y a Interpol, Europol et un petit nombre de nouvelles initiatives visant à encourager l’échange de renseignements et de pratiques exemplaires. Les États choisissent ce qu’ils partagent, ce qui tend à augmenter.
 
Pendant ce temps, quels que soient les renseignements que ces États ne recueillent pas, les services secrets turcs pourraient le faire. Ils ont l’autorisation officielle de mener un certain nombre d’opérations de surveillance dans les trois pays et, depuis la tentative de coup d’État de 2016, ils sont plus agressifs à la recherche de membres du mouvement Gülen et du PKK – qui, selon eux, comprend les YPG/YPJ.
 
La mesure dans laquelle ils peuvent aller loin dépend en grande partie de la position adoptée par le ministère de l’Intérieur de chaque pays. Cette position n’est pas statique : elle dépend de qui dirige le ministère, de ce qui est en jeu dans les relations avec la Turquie ou les États-Unis et de ce qui se passe politiquement en Syrie. Ensuite, il y a ce que les combattants et leurs partisans disent et font à la maison. Une militante kurde à Paris a également déclaré qu’elle avait constaté qu’il y avait un équilibre tacite en Europe. Quand la France est moins dure avec le groupe, l’Allemagne joue les mauvais flics, et vice versa.
 
En fin de compte, certains des combattants de retour au pays se félicitent même de cette vigilance. Ils sont rassurés que leur police surveille le terrorisme (…). Mais ce qui les inquiète, c’est la quantité de renseignements que la police se permet de recueillir et sur lesquels elle peut s’asseoir. Il se peut qu’ils n’exercent pas ouvertement leurs pouvoirs antiterroristes, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne le feront jamais.

1 COMMENTAIRE

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici