Un tribunal turc interdit l’accès aux articles de sites d’info relatifs à l’assassinat d’un journaliste kurde

0
68
TURQUIE, A la demande d’un responsable militaire, un tribunal turc a décidé d’interdire l’accès à 56 sources d’info pour des articles relatifs au meurtre d’un journaliste kurde enlevé et tué par un groupe de contre-guérilla turc en 1993.
 
Ferhat Tepe, journaliste du journal kurde Özgur Gündem, aujourd’hui fermé par le pouvoir turc, a disparu le 28 juin 1993. Environ un mois plus tard, les parents de Tepe ont reçu un appel téléphonique et ont appris que la brigade turque de la vengeance (« Turk Intikam Tugayi ») avait enlevé le journaliste et listé ses demandes. Malgré les efforts déployés par le père de Tepe auprès des autorités turques, le corps du jeune journaliste a été retrouvé en août près d’un lac de la province d’Elazig, portant des traces de torture.
 
L’assassinat a eu lieu à un moment où les tensions entre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et l’armée turque dans les régions kurdes ont augmenté.
Tout au long des années 1980 et 1990, des milliers de militants des droits civiques, de politiciens et d’hommes d’affaires soupçonnés d’avoir des liens avec le PKK ont été enlevés et assassinés. Les meurtres ont été perpétrés par le réseau clandestin d’unités antiterroristes de l’armée turque, JİTEM.
 
Le 8e tribunal pénal d’Ankara a statué en faveur de la demande du commandant de brigade Korkmaz Tağma d’interdire 56 sites d’info ayant des contenus relatifs à Tepe.
Les articles parus dans des organes d’information tels que Cumhuriyet, le site de Bianet et Milliyet, entre autres, ne sont plus accessibles, selon ce rapport.
 
Tağma était connu pour sa main lourde dans ses relations avec la population locale à l’époque, se référant au père de Tepe qui a déclaré que la personne qui l’avait appelé après l’enlèvement de son fils  »avait la même voix que Tağma » et qu’il avait été menacé dans une réunion où étaient présents des responsables locaux, des forces de sécurité et Tağma. (Via AHVAL)
 
Alors que les responsables turcs se démènent pour retrouver le corps du journaliste saoudien Jamal Khashoggi et les commanditaires de cet assassinat qui a eu lieu en octobre dernier en Turquie, ils font tout pour réprimer les médias kurdes et laisser impunis les assassins des journalistes kurdes en Turquie…

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici