AccueilKurdistanRojava"Les alliés kurdes de l'Amérique risquent d'être exterminés par l'OTAN"

« Les alliés kurdes de l’Amérique risquent d’être exterminés par l’OTAN »

Dans la tribune suivante, l’anthropologue et militant anarchiste américain, David Graeber alerte les institutions internationale et l’opinion publique concernant l’invasion probable du Rojava et le massacre des Kurdes par la Turquie :
 

« Les alliés kurdes de l’Amérique risquent d’être exterminés par l’OTAN

La Turquie est considérée comme l’ennemi mortel des Kurdes mais elle utilise des chars allemands et des hélicoptères britanniques : il s’agit d’un scandale international.

 
Vous souvenez-vous de ces courageuses forces kurdes qui ont défendu de manière si héroïque la ville syrienne de Kobanê contre DAECH ? Ils risquent d’être anéantis par l’OTAN.
 
La région autonome kurde du Rojava dans le nord-est de la Syrie, qui comprend Kobanê, fait face à une invasion. Une armée de l’OTAN se masse à la frontière, rassemblant toute la puissance de feu écrasante et le matériel de haute technologie que seules les forces militaires les plus avancées peuvent déployer. Le commandant en chef de ces forces a déclaré vouloir donner le Rojava à ses «propriétaires légitimes», qui, croit-il, sont des Arabes et non des Kurdes.
 
Le printemps dernier, ce dirigeant a fait des déclarations similaires à propos du canton kurde d’Afrin, le plus à l’ouest. Suite à cela, la même armée de l’OTAN, utilisant des chars allemands et des hélicoptères de combat britanniques, appuyée par des milliers d’auxiliaires islamistes endurcis, a envahi le canton. Selon les agences de presse kurdes, l’invasion aurait chassé plus de 100 000 civils kurdes d’Afrin. Ils auraient utilisé le viol, la torture et le meurtre comme moyen systématique de terreur. Ce règne de terreur continue à ce jour. Et le commandant et chef de cette armée de l’OTAN a laissé entendre qu’il avait l’intention de faire au reste de la Syrie du Nord ce qu’il avait fait à Afrin.
 
Je parle, bien sûr, du président Recep Tayyip Erdoğan, qui est, de plus en plus, le dictateur efficace de la Turquie. Mais il est crucial de souligner que ce sont des forces de l’OTAN. Cela signifie non seulement qu’ils sont dotés d’armes de pointe, mais aussi que ces armes sont entretenues par d’autres membres de l’OTAN.
 
Les avions de combat, les hélicoptères de combat, même les chars d’assaut utilisés par la Turquie et fournies par l’Allemagne, se dégradent extrêmement rapidement dans des conditions de combat. Les personnes qui inspectent, entretiennent, réparent, remplacent et leur fournissent des pièces de rechange sont généralement des entrepreneurs travaillant pour des entreprises américaines, britanniques, allemandes ou italiennes. Leur présence est essentielle car l’avantage militaire turc sur les Forces de défense du peuple (YPG) et les Forces de défense des femmes (YPJ) du nord de la Syrie – ces défenseurs de Kobanê que la Turquie s’est engagée à détruire – dépend entièrement d’eux.
 
En effet, outre son avantage technologique, l’armée turque est en désordre. La plupart de ses meilleurs officiers et même des pilotes sont en prison depuis la tentative de coup d’État manquée de 2016. Ils sont maintenant dirigés par des commandants choisis pour leur loyauté politique plutôt que pour leurs compétences. Les défenseurs de Rojava, en revanche, sont des vétérans aguerris. Dans un combat loyal, ils n’auraient pas plus de difficulté à résister à une incursion turque que par le passé, ils avaient repoussé des djihadistes soutenus par la Turquie.
 
Un « combat loyal » dans ce cas signifierait avoir accès à des armes antichars et anti-aériennes. Mais c’est précisément ce que le gouvernement Trump a promis à la Turquie de ne pas laisser les Kurdes. Même les forces travaillant directement avec les troupes américaines et britanniques pour vaincre l’Etat islamique ne devaient jamais recevoir les armes défensives nécessaires pour contrecarrer les assauts aériens et blindés turcs qui suivraient inévitablement (…) pourraient être soutenus par le napalm et les bombes à fragmentation.
 
Au moment où ces forces seront retirées, leurs anciens alliés deviendront des canards assis, incapables de se défendre contre les armes sophistiquées que la Grande-Bretagne et les États-Unis contribuent à fournir à la Turquie et à maintenir.
 
En général, les médias occidentaux traitent la Turquie comme une sorte d’État voyou dont les explosions périodiques de violence ont visé des civils kurdes – le bombardement et la destruction de ses propres villes du sud-est en 2015 , le nettoyage ethnique annoncé d’Afrin et les attaques en cours contre villages en Irak – doivent être tolérés de peur que cela ne coïncide avec des ennemis comme l’Iran ou la Russie. De même, les experts et les politiciens semblent siffler et détourner les yeux alors qu’Erdoğan a arrêté ou emprisonné des dizaines de milliers de personnes, y compris des enseignants, des journalistes et des parlementaires élus pour avoir dit des choses qu’il n’aimait pas – ou même quand déclare publiquement qu' »aucun Européen dans aucune partie du monde ne peut marcher en toute sécurité dans la rue » s’il le défie.
 
Mais la Turquie n’est pas un État voyou. La Turquie c’est l’OTAN. Son armée garde le flanc est de l’Europe. Ses forces de police et de sécurité sont accusées d’avoir arrêté le flux de réfugiés des guerres du Moyen-Orient vers l’Europe – ce qui implique de plus en plus d’ ouvrir le feu avec des mitraillettes sur les réfugiés à la frontière – un service pour lequel il est payé des millions d’euros en compensation directe.
 
Ce n’est que parce que la Turquie est membre de l’OTAN que son gouvernement a réussi à faire en sorte que les combattants kurdes du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), les insurgés de la guérilla qui luttent pour l’autonomie dans le sud-est de la Turquie depuis les années soient mis sur la « Liste internationale du terrorisme » en 2004, au moment précisément où le PKK a renoncé à réclamer un État séparé et des opérations offensives et tenté d’entrer dans des négociations de paix. Il convient de noter que cette désignation «terroriste» s’applique presque exclusivement aux pays de l’OTAN ; le PKK ne figure certainement pas parmi les organisations «terroristes» des Nations Unies, de l’Inde, de la Chine ou même de la Suisse.
 
C’est parce que la Turquie appartient à l’OTAN que la presse occidentale doit prendre au sérieux ses déclarations étranges selon lesquelles l’expérience de la démocratie féministe en cours au Rojava est en soi une forme de «terrorisme».
 
C’est parce que la Turquie est l’OTAN et garde les frontières de l’Europe que les puissances américaine et européenne ont détourné le regard ou même exprimé leur soutien lorsque son armée s’est abattue sur l’enclave jusqu’alors pacifique d’Afrin, en violation de tout le droit international. Comme l’armée turque l’a fait, elle a suggéré de ne pas seulement purifier ethniquement la population kurde et de mettre fin à sa propre expérience de démocratie féministe , mais aussi d’utiliser le district pour reloger les familles des plus rebelles islamistes qui pourraient autrement ont émigré en Europe.
 
C’est parce que la Turquie appartient à l’Otan que la presse occidentale se sent obligée de jouer avec cette charade qu’elle est un ennemi d’Isis , en dépit de nombreuses preuves d’une collaboration active de la Turquie avec DAESH et du fait, connu de tous les habitants de la région, que l' »offensive » de la Turquie contre DAESH en Syrie a essentiellement consisté à corrompre les commandants de DAESH pour qu’ils changent de camp.
 
En conséquence, il nous reste le spectacle étrange d’anciens «anciens» d’Al-Qaida et des djihadistes de DAESH, qui travaillent avec Erdogan pour combattre les YPG dans le cadre d’une force mercenaire de 100 000 hommes. En outre, des hommes tels que Seyf Ebu Bekir, qui était commandant Isis lors de ses massacres notoires dans les boîtes de nuit parisiennes, sont désormais des commandants de l’Armée syrienne libre soutenue par la Turquie. Pour sa part, Ebu Bekir a averti la France de ne pas s’immiscer dans les projets de la Turquie d’utiliser les forces de l’OTAN pour détruire les vieux ennemis kurdes de DAESH.
 
Si tout cela est difficile à comprendre, c’est en partie parce que beaucoup d’entre nous – y compris ceux qui se disent «anti-impérialistes» – semblons avoir oublié le fonctionnement réel des empires. L’empire britannique n’a pas envoyé de troupes britanniques au combat très souvent non plus. Les puissances de l’OTAN arment et maintiennent les forces de sécurité de leur allié officiel, la Turquie, pour piloter ses avions de l’OTAN, piloter ses tanks et tirer sur les réfugiés, de la même manière que la Turquie emploierait des légions d’Al-Qaida et d’Isis pour faire son sale boulot des attaques de vagues humaines et du nettoyage ethnique. Nous avons défangré les terroristes en les plaçant effectivement de côté, de la même manière que Rome avait autrefois employé Alaric le Goth, ou les États – Unis, Oussama ben Laden. Et nous savons à quel point cela a fonctionné.
 
Il y a des alternatives. Les puissances internationales pourraient lever l’embargo de facto de l’OTAN qui empêche les forces qui ont vaincu DAESH de se défendre. Des appels ont été lancés en faveur d’une zone d’exclusion aérienne internationale, de préférence sous l’autorité du conseil de sécurité de l’ONU, imposée par un pays autre que l’Amérique, peut-être la France ou même la Russie. Cela aussi permettrait aux YPG / J de se battre à armes égales. Les défenseurs du Rojava sont parfaitement capables de repousser l’armée turque si l’avantage technologique de cette armée est neutralisé.
 
À long terme, le gouvernement turc doit cesser de réagir face à ceux qui ont une vision différente de la vie qui pourrait être vécue en essayant de les assassiner et de retourner à la table de la paix. La même chose pourrait être dite pour la Syrie, où le modèle décentralisé du Rojava pourrait être la clé du règlement du conflit.
 

Mais pour l’instant, nous avons besoin d’une réponse urgente au risque couru par les Kurdes au Rojava. La situation s’aggrave de jour en jour et il est tout à fait possible que l’OTAN procède bientôt à l’un des pires massacres génocidaires du XXIe siècle. »

Image via YPJ Rojava

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici