Sarah Glynn : Ecoutez les Kurdes

0
120
Sarah Glynn, militante écossaise, a parlé à ANF de sa visite aux 14 Kurdes qui sont en grève de la faim à Strasbourg depuis 46 jours.
 
Sarah Glynn de Solidarité écossaise avec le Kurdistan et Fiona Napier du Conseil des métiers d’Aberdeen viennent de rentrer en Écosse après avoir rendu visite aux grévistes de la faim à Strasbourg.
 
L’impact de la visite sur elles a été tel qu’elles se sont immédiatement mises au travail dans leur environnement pour s’assurer que la solidarité avec les grévistes de la faim se renforce.
 
Les grévistes de la faim demandent la fin de l’isolement imposé à Abdullah Ocalan.
 
ANF ​​a interviewé Sarah Glynn après sa visite à Strasbourg.
 
Pouvez-vous nous parler de votre visite à Strasbourg ? Comment avez-vous trouvé les militants ?
 
Je ne savais pas à quoi m’attendre des gens qui n’avaient pas mangé depuis 40 jours, mais je ne m’imaginais certainement pas qu’ils seraient aussi positifs, aussi souriants. Quand nous leur avons demandé, ils ont avoué avoir des problèmes (maux de tête, manque de concentration, difficultés à dormir), mais ils ont insisté sur la force de leur moral, ce qui était très évident. Je sais que cela a été facilité par le flux constant de visiteurs, même si cela doit aussi être fatigant. Il est à la fois inspirant et pénible de voir des personnes si engagées qu’elles sont prêtes à risquer leur vie, surtout quand on est un ami.
 
Pourquoi pensez-vous que les Européens prêtent relativement peu d’attention à une grève de la faim à leur porte ?
 
En ce qui concerne la réponse plus large à la politique kurde, le problème, selon moi, n’est pas le manque de sympathie, mais le manque de connaissances. Et parce que les Kurdes ne sont pas sur le radar de nombreuses personnes, les médias ne font pas beaucoup d’efforts pour couvrir les problèmes kurdes et la négligence est renforcée. Lorsque les gens apprennent ce qui se passe, les réactions sont généralement très positives, mais la construction d’un intérêt est un processus lent. S’il n’y avait pas eu cette ignorance générale / apathie, les militants n’auraient peut-être pas ressenti le besoin de recourir à des grèves de la faim.
 
Que pensez-vous faire maintenant de retour en Ecosse pour sensibiliser le public à cette action ?
 
Maintenant que nous sommes chez nous, nous essayons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sensibiliser les médias et les syndicats écossais à ce qui se passe et pour encourager les gens à faire pression sur leurs représentants élus pour qu’ils défendent les intérêts des Kurdes. Nous avons écrit une lettre ouverte aux eurodéputés écossais et, lorsque vous avez pris contact avec moi, j’étais à une réunion du groupe du parti croisé pour le Kurdistan au Parlement écossais, où j’ai pu rendre compte de ce que nous avions vu.
 
Notre organisation, Scottish Solidarity with Kurdistan, a publié sur son blog une liste d’actions que les supporters peuvent entreprendre.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici