La situation dans les prisons s’aggrave en Turquie

0
112

La députée du HDP Hakkari Leyla Güven et plus de 200 prisonniers sont en grève de la faim pour exiger la fin du régime d’isolement imposé au dirigeant kurde Abdullah Ocalan.

TURQUIE  – L’avocat Baran Çelik, porte-parole de la Commission pénitentiaire de la Plateforme des avocats libres (ÖHP), a déclaré que les conditions de détention s’étaient détériorées dans les prisons avec l’instauration de l’état d’urgence (OHAL).

Çelik a répondu aux questions d’ANF sur les actions de grève de la faim, sur les conditions des prisonniers malades et ce qui se passe dans les prisons.

Le nombre de personnes en grève de la faim dans les prisons augmente. Quelle est la situation actuelle ?

CELIK : « Les grèves de la faim ne sont bien sûr rien pas nouvelles. Leyla Güven est en grève de la faim depuis plus de 60 jours. Dans la prison de Elazığ il y a aussi une autre grève de la faim en cours, mais elle a commencé avec une autre revendication. La grève de la faim exigeant la fin de l’isolement imposé au leader kurde se déroule dans les prisons de presque toutes les provinces de Turquie. Il y a aussi une particularité à cette grève de la faim : elle a une seule revendication, celle de mettre fin à son isolement.

Bien entendu, cette demande ne doit pas être considérée comme une demande unique. Parce que la levée de l’isolement signifie la création d’un environnement démocratique, la fin du conflit et la réouverture du processus de dialogue. L’isolement contre Öcalan est pratiqué depuis de nombreuses années. Depuis 2011, ses avocats n’ont plus le droit de le voir. C’est déjà une violation des droits de l’homme. »

Il y a beaucoup de violations dans les prisons, que se passe-t-il maintenant, pendant la grève de la faim et quels sont les principaux besoins des prisonniers ?

CELIK : « Tout d’abord, il faut le dire : la grève de la faim ne signifie pas que rien ne peut être mangé. A intervalles réguliers, une certaine quantité de sel, de sucre et d’eau est consommée par les prisonniers. Dans le cas de grèves de la faim de longue durée, les détenus doivent recevoir de la vitamine B pour éviter des dommages irréversibles à leur corps. Les grèves de la faim ne sont pas nouvelles, c’est une action qui est menée dans la société et dans les prisons depuis les années 80 et le gouvernement est bien conscient de ce que signifie cette action.

Bien sûr, ceux qui font la grève de la faim et mettent leur corps en danger de mort ne se soumettent pas à ces règles. Et cela signifie que leur résistance physique diminue rapidement ».

Quelle est l’approche des administrations pénitentiaires face aux grèves de la faim ?

CELIK : « Il y a déjà de nombreuses violations dans les prisons et, bien sûr, les grèves de la faim ne se déroulent pas dans un endroit séparé. Une grève de la faim est une action et un droit, et c’est à l’initiative de la personne. Toutefois, des enquêtes disciplinaires ont été ouvertes dans toutes les prisons où des grèves de la faim sont en cours. Il existe deux types de grèves de la faim : l’une est menée pour une durée limitée, normalement à tour de rôle, et l’autre est la mort rapide, c’est-à-dire indéfinie et jusqu’à la fin. Actuellement, les deux actions font l’objet d’une enquête disciplinaire.

Il y a là une autre violation des droits. Parce que les prisonniers veulent assurer leur défense dans leur langue maternelle, le kurde. Toutefois, cette demande n’a pas été acceptée et ils seront sanctionnés et leur défense n’est pas prise en compte. Le but des grévistes de la faim n’est pas de mourir mais de défendre la vie. Il y a une demande très humaine. Il s’agit en fait d’un appel au dialogue. Nous voulons que leur voix et leurs revendications soient entendues. Nous attendons des responsables qu’ils les entendent et évitent toute perte de vie ».

Vous avez mentionné qu’il y a eu des grèves de la faim dans la prison de Elazığ parce qu’avec l’état d’urgence, les violations sont de plus en plus fréquentes dans les prisons. Dans quelle mesure ces violations se développent-elles ?

CELIK : « En tant qu’avocats de l’ÖHP, nous visitons chaque mois les prisons de la région de Marmara. Nous signalons ces violations tous les deux mois. Malheureusement, des violations des droits qui existaient avant et après l’état d’urgence se poursuivent. Avec l’état d’urgence, nous avons assisté à une augmentation du nombre d’arrestations.

Cela a donné lieu à d’autres types de violations. Nous avons reçu de nombreuses plaintes, récemment de la prison de Düzce et de Tekirdağ, des plaintes de voies de fait continues et d’infractions ».

Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

CELIK : « Je parle de prisonniers emmenés à l’hôpital ou jugés, surtout des prisonniers politiques et kurdes, ils sont battus, harcelés.

Imaginez un prisonnier qui est en prison depuis 20 ans, qui souffre de nombreuses maladies, qui ne peut pas s’occuper de lui-même et de ses besoins, mais qui est torturé et harcelé.

Nous nous plaignons de toutes ces pratiques, mais nous n’obtenons aucun résultat. Les institutions de l’État ne font rien vis à vis de leurs propres agents.

En fait, même les droits à la vie les plus élémentaires sont violés. La question des livres par exemple. Il n’y a qu’un seul endroit pour se procurer des livres, et quand le livre arrive, il est vendu dans la prison pour 3 ou 4 fois plus cher ».

Quelle est la situation des détenus malades ?

CElik : « Les prisonniers en grève de la faim devraient être pesés tous les jours. En raison de la perte de poids, cela doit être fait régulièrement et ils devraient également avoir des contrôles médicaux continus.

Le médecin est censé aller voir ces prisonniers, mais ce n’est pas le cas. Ils veulent toujours que les prisonniers, quel que soit leur état, aillent à l’infirmerie. Ce n’est évidemment pas raisonnable parce que la personne est dans une période d’énergie minimale.

D’autre part, il y a des problèmes dans les infirmeries de nombreuses prisons, comme le fait qu’il n’y ait pas de médecin.

Il s’agit d’une violation des droits, qui se justifie par le manque de personnel permanent. Le droit à la vie et à la santé, qui est le droit le plus fondamental, est ainsi usurpé.

Il ne s’agit pas seulement d’une pénurie de médecins, mais aussi d’une pénurie de personnel, de matériel et de médicament ».

https://anfenglishmobile.com/human-rights/lawyer-Celik-situation-in-prisons-worsening-32035

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici