ROJAVA : La liberté n’est jamais gratuite, elle coûte tout

0
1002
Si vous voulez la liberté, vous devez la prendre ! Vous ne pouvez pas faire appel à la conscience des impérialistes, des colonialistes, des oppresseurs et des créateurs de votre statut de marginalisé et de dépossédé. Vos martyrs ne sont pas morts pour cette idéologie, ils sont morts pour la combattre.
 
L’annonce d’un retrait américain du Rojava (Kurdistan occidental) a provoqué une onde de choc dans les communautés kurdes. Il y a de l’étonnement et une véritable confusion. À la lumière des menaces antérieures d’Erdogan d’une invasion turque imminente du Rojava par la Turquie, il existe de sérieuses et sincères inquiétudes quant à l’approche du nettoyage ethnique, comme nous l’avons vu si clairement plus tôt cette année lorsque la Turquie a occupé Afrin.
 
Toutefois, il y a des points importants à faire valoir.
 
Pour commencer, les États-Unis n’ont jamais été un allié de la révolution du Rojava. Il a déclaré à plusieurs reprises son « alliance temporaire » avec les Kurdes.
 
L’énorme réaction émotionnelle suscitée par le prétendu retrait des États-Unis du Rojava – quelque chose dont nous savions tous qu’il était inévitable – devrait être une source d’inquiétude pour nous tous les Kurdes. Nous devons nous demander à quel moment nous allons décoloniser nos esprits. L’idéologie du confédéralisme démocratique, les milliers de personnes qui ont donné leur vie avec joie et amour, et un dirigeant qui a passé 19 ans dans une prison insulaire turque ne nous ont-ils rien appris ?
 
Le leader kurde Abdullah Ocalan continue de persévérer dans les conditions les plus dures, vivant et incarnant notre maxime « Berxwedan Jiyane » (La résistance, c’est la vie). Tels sont les symboles révolutionnaires qui devraient nous donner un sentiment de calme, mais aussi de détermination et d’engagement continu envers tout ce qu’incarne le Rojava, indépendamment de ce que les crises actuelles impliquent.
 
Bien que nous ayons des craintes légitimes que la Turquie n’envahisse et ne s’engage dans le nettoyage ethnique comme elle l’a fait à Afrin, nous ne devons jamais oublier quelque chose d’extrêmement important ici aussi : Nous nous engageons dans une révolution ; personne n’allait jamais nous remettre cette liberté durement combattue. Cela allait toujours être un combat existentiel entre kurde et fascisme, entre oppression et liberté, entre colonisation et émancipation, entre occupation et libération.
 
Qui vous a appris que c’était un chemin facile ? N’avons-nous rien appris de l’histoire passée de la trahison ? Avons-nous oublié que quoi qu’il arrive, les montagnes du Kurdistan nous rappelleront toujours dans leur étreinte défensive ? Que les combattants de la liberté s’assoient sur les sommets et veillent sur nous, attachés à notre libération inévitable ? À quel moment avons-nous cédé notre pouvoir aux néocolonialistes et aux impérialistes ?
 
Des milliers de personnes sont mortes pour défendre l’idéologie de la démocratie radicale. Je connais personnellement des familles qui ont donné plus de 17 martyrs dans leur famille immédiate pour cette libération ! Ce sont nos gens qui se battent pour nous. Les habitants du Rojava ont vécu cette révolution et savent mieux que nous en quoi consiste cette lutte.
 
Il y a une raison pour laquelle nous disons « nos martyrs éclairent le chemin ». Nous ne disons plus « soit la liberté soit la mort ». Ocalan nous a enseigné que le choix était toujours « soit la liberté, soit la liberté » et que cette liberté exige un engagement farouche, inébranlable, idéologique et amoureux envers la libération collective. Ça n’aurait jamais été un combat facile. Ça n’allait jamais nous être remis. L’Amérique n’a jamais été attachée à notre idéologie. Elle vit et incarne l’antithèse totale et complète de ce que le Rojava et ses martyrs représentent.
 
La deuxième armée de l’OTAN et la dixième puissance militaire mondiale (la Turquie), sous la dictature d’Erdogan, allait toujours se retourner contre nous, mais cela ne veut pas dire que le combat est terminé. Oui, le Rojava a besoin d’une solidarité urgente. Il a besoin de la voix internationale d’éminentes féministes, de défenseurs des droits de l’homme, d’écologistes et d’autres personnalités pour lui témoigner sa ferme solidarité. Le départ des Etats-Unis est un feu vert à la Turquie pour envahir et poursuivre le nettoyage ethnique des Kurdes et de tous ceux qui partagent avec eux le territoire du nord de la Syrie. Tous ceux qui croient en l’humanité doivent parler d’une catastrophe inévitable en matière de droits humains qui se profile à l’horizon. Mais le combat est loin d’être terminé. Cela signifie simplement que nous devons être plus engagés, actifs, fermes et inébranlables dans notre résistance collective contre le fascisme. Mais par-dessus tout, cela signifie que nous devons croire en nous-mêmes et en notre peuple.
 
Oui, le départ des États-Unis est un moment qui donne à réfléchir, mais il est inévitable. Un moment répété de notre histoire en tant que peuple dépossédé et opprimé. Pourtant, nous sommes toujours là, malgré tous les génocides et les massacres de notre occupant. Nous persévérons et prospérons. Nous avons les guérilleros et les combattants de la liberté. Nous avons les montagnes, nos martyrs et nos jeunes qui se battent encore sur les lignes de front.
 
Seulement quand le dernier guérilleros est mort, quand il n’y a plus de YPG-YPJ sur le front, quand les montagnes ne sont plus, quand la résistance solitaire d’Ocalan ne nous éclaire plus est le jour où nous devrions dire « Les Kurdes ne sont plus ».
 
D’ici là, notre résistance doit continuer jusqu’à ce que le dernier Kurde épris de liberté donne son dernier souffle.
 
La liberté et la lutte pour la liberté ne peuvent jamais mourir.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici