Le cinéma de la montagne : filmer la lutte pour la liberté

0
864

« Rien n’est un obstacle à la lutte pour la liberté au Kurdistan et à sa guérilla. » Emin Engizek, membre de TEV-ÇAND Sine Çiya (Le cinéma de la montagne), parle des derniers développements du cinéma de la montagne.

Quand et comment vous êtes-vous intéressé au cinéma et au théâtre ?

« Enfants, nous avons été influencés par le cinéma turc et nous avons joué des pièces de théâtre en distribuant des rôles dans les quartiers.

Nos héros étaient généralement les noms populaires de l’époque tels que Kadir İnanır et Tarık Akan. Toutefois, le rôle le plus important a toujours été celui joué par Yılmaz Güney. Nous ne donnerions pas ce rôle à tout le monde. Comme une récompense, nous avions l’habitude de jouer une pièce avec un ami tous les jours. J’ai toujours voulu être acteur depuis.

Dans notre région, le niveau d’intérêt pour l’art était également élevé. En raison de la coexistence de cultures et de peuples différents, l’art était à l’avant-scène d’Adıyaman. Naturellement, cela a nourri notre curiosité.

Après les études, j’ai travaillé comme commis à la Direction de l’Education Nationale de Cizre et puis j’ai entendu parler du MKM (Centre Culturel de la Mésopotamie).

Malgré un emploi, j’ai décidé d’aller au MKM et de me consacrer à l’art. Je n’aimais pas la vie de fonctionnaire de toute façon. Quand j’étais sur le point de partir et de me préparer à entrer au MKM, j’ai changé d’avis et j’ai décidé de mettre encore plus haut la barre de ma vie. C’est ainsi qu’en 1993, j’ai rejoint les rangs de la guérilla. Après avoir été guérillero à Botan pendant 6 ans, je me suis retiré du Nord et suis parti dans le Sud en 1999 à l’appel du Leader Apo.

Dans la zone méridionale, le Mouvement pour la liberté a pris des mesures importantes dans le domaine de la culture. L’un d’entre eux a été la création du comité culturel du PKK. Avec la création de la commission de la culture en 2000, j’ai commencé à prendre ma place au sein de la commission. Il y a tant d’années, j’ai rencontré la montagne grâce à l’art que j’ai nourri dans mes rêves d’enfance ».

Que faisiez-vous au sein de la commission de la culture ? Pour quel talent avez-vous été choisi ?

« Quiconque connaît la guérilla sait bien que nous avons beaucoup d’activités morales. Dans la guérilla, la joie, le moral, l’énergie au partage commun est ce que nous appelons des activités morales. Pour cette raison, peu importe qui, il y a toujours des amis qui chantent dans ces événements, jouent des sketchs ou du théâtre, ou contribuent au partage en racontant ses souvenirs. Quant à moi, j’ai l’habitude de jouer au théâtre dans ces activités morales. Mes amis aiment beaucoup mes pièces de théâtre, alors quand le Comité de la culture m’a demandé une proposition de nom, ils m’ont suggéré de venir dans la compagnie. C’est comme ça que j’ai commencé ».

Qu’avez-vous fait en premier après votre arrivée au Comité ?

« Notre premier travail a été le théâtre. Ce travail a duré environ 5 ans. Elle s’est poursuivie de 2000 à 2004. Nous avons joué des pièces de théâtre et nous avons fait des tournées dans les montagnes. Dans les zones de défense de Medya, je dirais que nous avons visité presque toutes les zones présentant des pièces de théâtre à des amis.

Notre première pièce de théâtre était une pièce en deux actes appelée Zilamê Tazî. Si je me souviens bien, c’était l’œuvre d’un écrivain libanais et nous avons adapté la pièce en kurde. Cette pièce portait sur la résistance populaire palestinienne. L’intérêt des amis pour le théâtre a augmenté notre intérêt. En raison de nos premières études, nous avons traité le travail avec beaucoup d’engagement. C’est donc avec grand plaisir que nous faisions ce travail.

En plus de la guérilla, nous avons aussi joué pour le public. Surtout à Mossoul, Maxmur, Behdinan, Soran.

A cette époque, notre travail théâtral s’inscrivait dans le cadre de celui de l’Académie Martyr Sefkan. Nous avions créé une académie et nous l’avons poursuivie sur le plan professionnel. En fait, si nous n’avions pas eu quelques situations négatives, notre culture et notre travail artistique auraient pris beaucoup plus d’élan.

J’ai déclaré que la création du Théâtre de la montagne a eu lieu en l’an 2000. Mais quand nous sommes arrivés en 2001, il y avait une guerre entre nous et les forces du Sud. Une guerre, appelée « şerê xiyanetê [la guerre de la trahison] » a éclaté sous la direction de l’Etat fasciste colonialiste turc. C’est pour cette raison que nous aussi, nous nous sommes mis en position de combat. Tout d’abord, nous sommes des combattants de la liberté. Cette guerre a entraîné l’arrêt de nos activités culturelles pendant près d’un an. Après la fin de la guerre, le groupe s’est réuni et nous avons commencé à travailler là où nous nous étions arrêtés.

J’aimerais rendre hommage aux camarades Hêvî et Yekta qui ont été de grands acteurs. Les deux amis avaient effectué un travail très important et très vaste. Ils étaient les pionniers. Quand nous avons essayé de réunir le groupe, ils avaient déjà préparé une pièce de théâtre. Jusqu’à ce qu’ils tombent martyrs, ils ont accompli ce travail au mieux et laissent un grand héritage à leurs successeurs ».

Comment était-ce d’être impliqué dans la culture et l’art après avoir rejoint les rangs de la guérilla de la Liberté ?

« Quand j’étais enfant, je disait que je voulais être acteur. Si vous faites attention, vous verrez que la plupart des acteurs ne sont pas des Kurdes et que les acteurs dans d’autres langues ont apparemment quelque chose à voir avec notre culture. Bien sûr, je vous dis ici que Yılmaz Güney doit être mis dans un endroit séparé.

Même certains acteurs comme Cüneyt Arkın ont agi comme une seringue pour l’idéologie du turquisme et nous ont injecté la turquification avec cette seringue.

Nous étions les descendants d’un peuple vivant dans une telle dégénérescence culturelle. Avec la formation du mouvement du PKK, le peuple kurde a enfin pu prendre une bouffée d’air frais (…). En tant que telle, les émotions en moi étaient très fortes. Non seulement moi, mais tous les amis qui ont participé à ce travail ont presque les mêmes sentiments.

Par exemple, notre groupe de théâtre se composait à lui seul de 45 amis. Aucun ami n’a été forcé de faire ce travail. Sur une base volontaire, ils se sont tous joints avec beaucoup de sérieux et de professionnalisme. Etre un combattant, c’est être un combattant pour le peuple et le pionnier du travail dans tous les sens du terme. L’arme dans votre main est tantôt une Kalachnikov, tantôt une saz-guitare, tantôt une caméra, tantôt un rideau de théâtre.

Je veux partager cette histoire. Nous étions en 2001. L’hiver s’était abattu. Nous n’avions pas d’endroit où nous pouvions faire notre travail artistique. Nous avions préparé une pièce pour le 27 novembre, mais nous devions trouver un endroit où la présenter. Notre ami Hêvî était un maçon. Nous avons immédiatement commencé à construire une salle. Nous avons érigé notre salle sous la neige et le 27 novembre, elle était prête et nous avons pu jouer notre pièce dans cette salle. Sans vœux et persévérance, il n’aurait pas été possible d’y parvenir ».

Xelil Dağ

Comment avez-vous rencontré Xelil Dağ ? Où et comment le premier cinéma du Mouvement pour la liberté a-t-il vu le jour ?

« En faisant notre travail dans le quartier de Musul, j’ai entendu parler de Xelil Dağ. Je voulais aller le rencontrer. Il voulait me rencontrer aussi. Xelil était dans les YPG à ce moment-là. Mais il s’intéressait au cinéma. C’était un ami avec de grands rêves. Je l’ai rencontré en 2001. Nous avons eu de longues conversations. Il voulait écrire, photographier et filmer tous les endroits où la guérilla avait mis les pieds. (…) Du Botan au Mont Ararat pour faire le film de la guérilla.

En fait, son martyre a eu lieu en 2008, mais ce travail avait déjà commencé auparavant. Bien sûr que j’ai fait du cinéma avec Xelil. Notre premier film a été Tîrêj en 2002. Avec ce film, Xelil a parlé du peuple kurde, des combattants de la liberté et de la manière dont la philosophie du Leader Apo a permis de mieux faire connaître les Kurdes au monde. Il était extrêmement confiant dans son travail et savait ce qu’il faisait. Il savait aussi à quel point le cinéma était efficace, comme outil de propagande. Je pense qu’il a atteint son objectif. Ses films étaient impressionnants. Il a fait beaucoup de films. Tîrêj, Eynika Bejnê, Dema Jin Hezbike et Bêrîtan… »

Pouvez-vous nous parler des aspects inconnus du film « Bêrîtan » ?

« Comme je l’ai dit, on a fait beaucoup de films. Mais Bêrîtan a reçu le plus grand intérêt parmi tous ces films. Nous avons donc fait un grand succès avec ce film.

Je ne parle pas seulement d’amis, j’ai réussi à impressionner toutes sortes de personnes. Le DVD du film était en circulation. Bien qu’il ait été secrètement introduit en contrebande en raison d’interdictions dans le Nord, je crois qu’il est devenu un invité dans les foyers de presque tous les Kurdes. Il a été regardé avec beaucoup d’admiration dans le sud. Ce fut un grand hommage à Bêrîtan, qui est tombée martyre lors de la guerre du Sud de 1992. Cela s’est transformé en film. Bien que le film soit sorti en 2006, il est toujours regardé tel qu’il était au début.

Par exemple, même maintenant, où que j’aille, on m’appelle « Huseyin' » [le rôle qu’il a joué dans le film]. Je ne doute pas qu’il ait une bonne place dans la mémoire de tous. Chacun a trouvé un morceau de lui dans ce film. L’un des aspects les plus importants de ce film est que nous avons fait la plupart des prises de vue dans les principaux lieux où la guerre a eu lieu afin de faire vivre l’histoire.

La guerre du Sud de 1992 fut intense dans la région de Xakûrkê, et Bêrîtan tomba martyre sur le champ de bataille. Les mêmes collines, les mêmes sentiers et même les falaises rocheuses d’où Bêrîtan s’est jetée, sont dans le film.

Le deuxième événement important, au moment du tournage du film, est que le corps de Bêrîtan n’a pas encore été retrouvé. Après le martyre, on nous a finalement dit où se trouvait le corps et nous avons pu le récupérer et l’enterrer au cimetière des martyrs de Xakûrkê. Nous l’avons aussi filmé et mis la scène dans le film.

Le PKK est entré dans sa 41e année de lutte. Quel est le niveau atteint par le cinéma au cours de ces 40 années ? Est-ce suffisant ?

« 40 ans, et 40 ans bien remplis. En 40 ans, nous aurions pu tourner des dizaines de films.  Il y a eu des guerres sanglantes, de la résistance et des massacres. Chacun d’entre eux fera un film. Le niveau que nous avons atteint en 40 ans… Je pense que c’est la fierté d’exister, la vérité d’être une réalité, je peux dire. Il s’agit d’une lutte qui est revenue du bord de l’extinction, qui s’est déroulée au bord de la falaise et qui a atteint un niveau qui doit déterminer le destin de presque tout le Moyen-Orient en entreprenant aujourd’hui des projets plus importants.

Nous sommes les cinéastes de cette lutte. Nous accomplissons notre travail malgré les insuffisances, les pressions, la guerre. Nous menons une guerre très violente avec le Nord et le Sud, mais nous continuons à filmer. Que dire de plus !

Si vous demandez au réalisateur le plus célèbre, la réponse la plus courte serait « c’est de la folie ». Le PKK est le parti de ceux qui se rebellent contre l’esclavage, tandis que Sine Çiya est le miroir de ces rebelles.

Nous sommes satisfaits de ce que nous avons atteint, mais nous sommes révolutionnaires, nous ne restons pas les bras croisés. Nous avons notre leadership, qui attache une grande importance à la culture et à l’art et qui s’attend à de grands développements à cet égard. Malgré ses conditions de détention à Imrali, Leader Apo a évalué le cinéma et donné son point de vue à la moindre occasion, comme sur tout autre sujet important. Leader Apo s’est penché sur la nécessité du roman, de la poésie et du film du PKK. C’est pourquoi nous nous sommes fixés davantage d’objectifs. Notre mouvement apporte également un soutien et des encouragements importants ».

Avez-vous de nouveaux projets ?

« La mort précoce de Xelil nous a fait reculer un peu dans le cinéma. Il nous a retardés. L’ami Xelil avait déjà formé des amis mais Xelil était différent. Je vous l’ai dit, c’est le maître de cette affaire. Après sa mort, nous avons essayé de monter une unité. Bien que nous ayons fait quelques films, nous n’avons pas atteint le niveau de Bêrîtan. Bien sûr, cela s’est aussi transformé en expérience. Par exemple, nous avons maintenant de nouveaux projets. Nous réalisons plusieurs travaux en même temps ».

Par exemple, le travail que tout le monde parle et attend ?

« Oui, tout à fait exact. Par exemple, le film « SUR » est terminé. Comme vous le savez, l’arrondissement d’Amed, Sur, a connu une grande résistance en 2015. Nous l’avons filmé. C’était un très bon projet. Le tournage est terminé et le montage est en cours. Il devrait bientôt atteindre le public.

Nous avons plusieurs tournages en parallèle. Nous avons également réalisé un court métrage, Berfîn.

Nous avons un nouveau projet, mais je pense qu’il est un peu trop tôt pour en parler. Mais comme je l’ai dit, les autres films que j’ai mentionnés seront bientôt vus par tous. Nous ne laisserons aucune création de notre peuple se détacher de l’histoire. Nous essayons donc de tout documenter et de le faire connaître au monde entier. Parce que nous avons un peuple qui le mérite. Et nous faisons du cinéma alternatif avec ces projets. Nous faisons du cinéma culturel contre le capitalisme, qui monétise tout. La modernité capitaliste est un système qui monétise tout. Le Moyen-Orient est une géographie qui accorde une grande importance à cet héroïsme et à cette épopée. C’est le cas au Kurdistan. C’est pourquoi nous tournons principalement ces films thématiques.

Xelil Dağ est à l’origine du cinéma de résistance qui est aujourd’hui considéré comme glamour par le cinéma mondial. Comment évaluez-vous cela ? Avez-vous des demandes ?

« Oui, nous voyons ce grand intérêt. Dans le passé, il y avait des intérêts venant de réalisateurs et d’acteurs turcs appartenant à des cercles révolutionnaires et démocratiques. Ce phénomène s’est maintenant étendu au cinéma mondial. Les militants luttant contre la réaction et l’exploitation selon la philosophie d’Apo ont remporté une grande victoire dans le monde entier. Par exemple, le monde entier a admiré la lutte dans le nord de la Syrie et à Rojava. Pour cette raison, des films, des documentaires ont été préparés, des organisations de médias écrits et visuels ont travaillé très intensément. Le film le plus récent est un documentaire d’un réalisateur portugais, Binxet. Et il y a un film, Les filles du Soleil, dans lequel Golshifteh Farahani joue.

En fait, les Filles du Soleil ont reçu d’importants prix et ont montré une fois de plus des combattantes kurdes. Parce que la guérilla kurde lutte contre le monde réactionnaire au nom du progrès mondial. Tout le monde appuie cette lutte ; il faut y participer. Encore une fois, il y a des producteurs et des acteurs étrangers.

Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que, sous de nombreuses pressions techniques, nous sommes très surpris de pouvoir faire notre travail sans interruption.

Encore une fois, nos valeurs de vie sont élevées. C’est pourquoi nous avons des gens qui viennent nous voir avec des demandes différentes. Cependant, ce que nous attendons d’eux, c’est le droit à leur film. Avec cette lutte, le peuple kurde mérite d’être correctement identifié et reflété. C’est un droit qui a été obtenu à un prix très élevé ».

Vous avez filmé Bêrîtan à Xakûrkê et avez vécu dans ce quartier. Mais Xakûrkê est maintenant sous occupation, tout comme Afrin et Kobanê. Nous sommes curieux de savoir ce que vous ressentez en tant que cinéaste révolutionnaire ?

« Certes, il y a des attaques intenses lancées par l’ennemi sur la région de Xakûrkê. Cependant, il y a une énorme résistance de la guérilla contre ces attaques.

Par exemple, Axîn Meşkan, tombée martyre en 2016, se battait comme Bêrîtan jusqu’à sa dernière balle, mais elle se jette de la falaise pour ne pas tomber entre les mains de l’ennemi quand ses obus s’épuisent.

Il est intéressant de noter qu’il présente des similitudes avec la guerre du Sud de 1992 en tant qu’espace et en tant qu’alliance opérationnelle. Contre cela, il y a une posture semblable à celle de la camarade Bêrîtan. Malheureusement, l’histoire se répète. Maintenant, l’ennemi utilisera autant de technique qu’il le voudra. Il n’a pas d’armée à combattre. Il a tous ses espoirs dans les avions, les hélicoptères, les chars, les balles.

Face à cela, il y a la volonté des combattants comme Axîn. C’est évident qui va perdre. Au combat, la volonté est toujours la vérité ultime.

C’est un crime contre l’humanité, un génocide. L’État fasciste turc a commis le crime de génocide. Tout le monde doit s’y opposer et le condamner ».

Cette intensité de guerre n’interfère-t-elle pas avec votre travail ?

« L’ennemi mène une propagande noire massive. Mais nous tournons un film sous tous ces avions de reconnaissance, prouvant une fois de plus que c’est un menteur. Bientôt, tout le monde verra le film.

La guerre est juste à côté de nous, mais nous faisons tout notre travail. Rien n’est un obstacle à la lutte pour la liberté au Kurdistan et à sa guérilla. L’humanité est en train d’enregistrer ces jours-ci et je crois que le plus grand gain pour les dernières périodes de l’histoire sera la résistance de ces temps »

https://anfenglishmobile.com/culture/mountain-cinema-filming-the-fight-for-freedom-31523

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici