260 femmes, membres de la sécurité intérieure de Raqqa

0
632

SYRIE – RAQQA –  Après la libération de la ville de Raqqa par les Forces démocratiques syriennes (FDS) il y a plus d’un an, la vie a repris son cours normal dans tous les domaines. Les femmes ont recommencé à s’organiser et ont joué un rôle de premier plan dans la société. Après avoir été sauvées du règne de DAESH, les femmes de Raqqa ont joué un rôle important dans la protection de la ville contre tout danger et dans la protection des droits des femmes.

Les Forces de sécurité intérieure ont été constituées 15 jours après la libération de Raqqa. Ensuite, les femmes ont commencé à rejoindre les rangs des Forces de sécurité intérieure.

Les Forces de sécurité intérieure ont plusieurs responsabilités, notamment le contrôle de la criminalité, la surveillance, les enquêtes et les raids. En outre, lorsqu’elles rejoignent les rangs des Forces de sécurité intérieure féminines, les femmes reçoivent une formation théorique sur la liberté des femmes et la nation démocratique, sans parler de la formation militaire.

Les membres féminins se tiennent également aux postes de contrôle à l’intérieur de la ville et aux entrées pour protéger la ville des dangers qui l’assaillent.

Une des membre des forces de sécurité de l’intérieure, Rim al-Ali a souligné qu’elle se tenait au point de contrôle pour la sécurité des civils et pour maintenir la sécurité de la ville après sa libération des mercenaires de Daesh. Elle a noté que les femmes de Raqqa et après leur libération ont commencé à jouer un rôle de premier plan dans toutes les sphères de la vie et ont brisé la barrière de la peur imposée par Daesh : « Nous travaillons pour protéger notre ville qui a été libérée par le sang des martyrs, en particulier les combattantes des Unités de protection des femmes (YPJ) », a déclaré Bushra Omer al-Berjes.

L’administratrice Menal al-Omer, du Département des enquêtes générales des Forces de sécurité intérieures féminines, a déclaré : « Les Forces de sécurité intérieures féminines mènent les raids en coordination avec la sécurité publique ou les patrouilles dans l’intérêt du peuple« .

Menal al-Omer a indiqué qu’elles recevaient toutes les plaintes concernant les femmes et qu’elles leur apportaient des solutions appropriées au regard des souffrances causées par l’occupation des mercenaires.

http://www.hawarnews.com/en/haber/they-work-on-citys-protection-preserving-its-security-h5532.html

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici