« Le YPG n’est pas le PKK mais Ocalan est le leader des deux »

0
292
« Continuer à criminaliser le mouvement kurde de défense de la liberté en Turquie et à renforcer l’autoritarisme turc ne sert que le président Erdogan et son programme néo-ottomane, islamiste-nationaliste. »
 
Le journaliste kurde Kamal Chomani dénonce, dans l’article suivant publié aujourd’hui sur The Jerusalem Post, les manœuvres des Etats-Unis pour criminaliser le mouvement kurde de libération dans le but d’amadouer la Turquie.
 
« Le 6 novembre, les États-Unis ont annoncé de manière inattendue le versement de 12 millions de dollars en récompenses pour des informations sur trois membres importants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – Murad Karayilan, Cemil Bayik et Duran Kalkan. Ces trois hommes ont mené la guerre rebellion du PKK contre la Turquie, qui dure depuis des décennies. Pour Ankara et Washington, le PKK est un groupe terroriste.
 
Mais ce n’est pas si simple. Le PKK se bat pour les droits et libertés des Kurdes en Turquie, que la Turquie réprime violemment depuis longtemps. Un parti frère du PKK est également un partenaire dans la guerre menée par les États-Unis contre l’État islamique en Irak et en Syrie (EI) et les affiliés d’Al-Qaida en Syrie et en Irak. Le PKK, qui cherche depuis longtemps un règlement négocié avec la Turquie, n’a jamais pris pour cible des citoyens américains ou européens, ni cherché à saper leurs intérêts. Pourtant, les Etats-Unis et l’UE considèrent le PKK comme une organisation terroriste, bien que de plus en plus, certains signes indiquent que cela pourrait changer. Le 15 novembre, la Cour de justice des Communautés européennes a déclaré que la décision rendue au sujet du PKK entre 2014 et 2017, qui a inscrit le parti sur la « liste des organisations terroristes », n’était pas fondée sur des « preuves suffisantes ».
 
Depuis sa fondation en 1978, l’idéologie, la stratégie et les objectifs du PKK ont changé. Le groupe est passé d’une organisation marxiste-léniniste dogmatique et séparatiste à une organisation pro-démocratie qui fait la promotion de l’écologie, des droits des femmes, de la coexistence et de la coopération ethniques et religieuses. Dans le même temps, le PKK a abandonné l’objectif d’un Etat indépendant et appelle maintenant à un système autonome basé sur une démocratie locale. Le PKK ne se concentre plus uniquement sur les droits des Kurdes en Turquie : il défend désormais une solution multiculturelle et multiethnique pour la Turquie, où tous les peuples auront les mêmes droits et protections libérales et démocratiques.
 
Certains peuvent se demander si c’est vraiment le cas. Mais il y a deux exemples en développement que le PKK dirige : le Parti démocratique des peuples (HDP) en Turquie et la révolution du Rojava en Syrie. Les deux ne sont pas parfaits, mais ce sont les meilleurs exemples de groupes qui soutiennent les droits humains, les droits des femmes et la protection des libertés civiles en Turquie et en Syrie.
 
En Turquie, le PKK a proposé une solution raisonnable et acceptable aux problèmes actuels du pays. Au lieu d’un pouvoir central, il a proposé un modèle de démocratie locale qui reconnaît les droits de toutes les communautés ethniques et religieuses sans modifier les frontières de la Turquie. Les pourparlers de paix entre le PKK et la Turquie ont échoué en 2015 – non pas à cause du PKK, mais à cause du président Recep Tayyip Erdogan. Il a apparemment décidé qu’il ne voulait pas vraiment un règlement pacifique. Au Rojava, le PKK a joué un rôle clé en envoyant ses combattants, hommes et femmes, pour défendre Kobanê contre l’attaque de Daech, aidant ainsi à commencer la lente défaite de l’EI.
 
Et c’est une force puissante pour la protection des minorités dans la région. Considérez ceci : Quand Daesh a attaqué Sinjar en 2014 et a commencé à massacrer ou à asservir des milliers de Yézidis, c’est le PKK qui a envoyé des combattants pour protéger les Yézidis et ouvrir un corridor leur permettant de fuir. Quand Erbil a été menacé par Daesh, le PKK a envoyé ses combattants pour aider les forces kurdes irakiennes. Ils ont maintenu une base à Kirkouk pour aider les Kurdes irakiens à défendre la ville. Malgré les divergences persistantes du PKK avec Masoud Barzani et son PDK, le PKK a toujours clairement indiqué qu’il défendrait le droit de la région kurde à exister.
 
Les Etats-Unis cherchent maintenant à arrêter trois hauts responsables kurdes pour des « crimes » qu’ils n’ont jamais commis. Ce n’est rien de plus qu’une tentative d’apaiser la Turquie. Et pour quoi faire ? La Turquie sous le président Erdogan sévit contre toute dissidence libérale, limite les droits de l’Homme, arrête des dizaines de milliers de personnes pour avoir dit des choses qu’Erdogan n’aime pas. Des dirigeants politiques kurdes démocratiquement élus sont en prison, des journalistes étrangers, des universitaires sont déportés et arrêtés, des médias libres sont visés, des centaines de milliers de personnes ont été licenciées, la Turquie est devenue la plus grande prison du monde pour les journalistes. Pourquoi récompensons-nous la Turquie ?
 
Soyons très clairs, sans le PKK, les forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont soutenues par les Etats-Unis dans la lutte contre Daesh en Syrie, n’auraient jamais eu autant de succès qu’elles n’en ont eu. C’est le PKK qui a mené la défense de Kobanê, déclenchant la décision américaine de commencer à armer et plus tard à entraîner les forces kurdes. Les Etats-Unis et la Coalition savent très bien que les Kurdes de Syrie se considèrent comme faisant partie du mouvement de libération kurde dirigé par Abdullah Ocalan, le dirigeant du PKK. (Ocalan est actuellement emprisonné en Turquie). Ocalan était basé en Syrie depuis de nombreuses années, et durant cette période, il a rencontré et organisé des dizaines de milliers de jeunes qui font maintenant partie du SDF et de sa principale composante, les forces armées YPG. La majorité des Kurdes de Syrie sont aussi favorables à Ocalan que les Kurdes de Turquie, parce qu’ils ont eu des contacts fréquents avec Ocalan et ses conseillers principaux, dont les trois hommes qui figurent actuellement sur la liste des récompenses américaines. Il est vrai que le PKK et le PYD/YPG sont deux organisations différentes, mais n’oublions pas qu’ils ont un seul leader – Ocalan.
 
Aider la Turquie à arrêter Ocalan n’a pas affaibli le PKK ni mis fin à la violence. De même, l’arrestation des trois dirigeants du PKK sera également inefficace pour arrêter l’effusion de sang. Le PKK n’est pas une organisation qui pourrait être affaiblie en ciblant ses dirigeants. . Même si la mission est accomplie, la question kurde demeure et doit être abordée.
 
Il est contraire à l’éthique qu’une démocratie comme les États-Unis, qui prétend être le défenseur de la démocratie et de la paix dans le monde, récompenser à hauteur de 12 millions de dollars l’arrestation de trois dirigeants kurdes sans offrir de plan pour la résolution du statut des 12 millions de Kurdes en Turquie qui sont persécutés, opprimés et même victimes de génocide.
 
Les Etats-Unis ont gagné l’estime des Kurdes irakiens à la suite du soutien américain de 1991 à la zone d’exclusion aérienne et à l’invasion irakienne. Les Kurdes de Turquie et de Syrie ont complètement changé d’attitude à l’égard des Etats-Unis lorsque la coalition dirigée par les Etats-Unis a approché les Kurdes. L’alliance américano-kurde a été fructueuse.
 
Cependant, la récompense américaine pour la capture de trois dirigeants du PKK a conduit à des condamnations dans tout le Kurdistan, y compris dans la région du Kurdistan irakien. Les utilisateurs kurdes des réseaux sociaux n’ont jamais manifesté autant qu’ils ont manifestée pour les Etats-Unis ces derniers jours.
 
En 2017, j’ai interviewé Cemil Bayik, l’un des dirigeants du PKK que les États-Unis ont offert une récompense de 4 millions de dollars à Al-Monitor. Dans cette interview, Bayik a appelé les Etats-Unis, l’OTAN et l’UE à servir de médiateur entre le PKK et la Turquie pour reprendre les pourparlers de paix et résoudre la question kurde. Quelle est la logique d’afficher une prime de 4 millions de dollars pour une personne qui vous appelle pour l’aider à apporter paix et stabilité ?
 
Continuer à criminaliser le mouvement kurde pour la liberté en Turquie et renforcer l’autoritarisme turc par de telles décisions ne sert que le président Erdogan et son programme néo-ottomane, islamiste-nationaliste. Cette politique affecte les relations entre le Kurdistan et les États-Unis et renforcera l’instabilité et le sentiment anti-américain.
 
Les Kurdes s’attendent à un soutien américain supplémentaire pour que la révolution en Syrie réussisse en tant que système démocratique en alliance avec les Etats-Unis et l’UE et devienne un exemple pour l’avenir de la Syrie et, en fin de compte, de la région au sens large. Les Turcs et les Kurdes démocratiques veulent reprendre les pourparlers de paix afin que ni les Turcs ni les Kurdes ne soient plus tués et que la Turquie devienne un modèle de démocratie pour toute la région.
 
L’UE, les États-Unis et l’OTAN peuvent jouer un rôle vital dans l’instauration de la paix en Turquie. Et la paix en Turquie jouera un rôle influent dans la stabilité des pays de la région et la garantie de la défaite de Daesh, qui sont très importants pour la sécurité de l’UE et des États-Unis et l’arrêt de l’afflux des réfugiés vers les pays occidentaux.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici