La politique de turquification systématique d’Afrin vise à changer son identité

0
956
AFRIN – L’occupation turque poursuit ses efforts pour changer l’identité et la culture du canton d’Afrin à travers une série de mesures visant à imposer la langue et la culture turques dans les écoles, à changer les repères de la ville, à détruire et piller les monuments et sites historiques.
 
L’occupation turque d’Afrin ne se contente pas de tuer, kidnapper, torturer les civils et voler leurs biens. Les violations de l’occupation turque ont également affecté la culture, le patrimoine et la langue des habitants de la région en imposant une politique systématique de turquification.
 
Après l’occupation de la Turquie et de ses mercenaires du canton d’Afrin, l’occupation turque a repris la revitalisation de la politique de turquification (ou turquisation, turcisation, turcification) ou l’imposition de sa langue et de son mode de vie avec le dictateur Erdogan pour continuer à relancer la politique et l’imposer par la force en Afrique, qui était occupé le 18 mars.
 
Drapeaux turcs et symboles de la politique de turkification
 
Les premiers signes de la politique de turquisation se sont manifestés par l’accrochage des drapeaux turcs dans tout le canton et les districts, le changement des noms kurdes des lieux en arabe et en turc, et l’interdiction de la langue kurde, y compris le nom de l’hôpital d’Avrin remplacé par un nom en arabe et turc.
 
Ils avaient détruit la statue du forgeron Kawa et changé le nom du rond-point de « Kawa al-Haddad » en « Rameau d’oliver ». En plus de changer le nom du « rond-point Watani » en « Recep Tayyip Erdogan », et « Newrouz » en « Salah al-Din », ils ont aussi changé le nom de « la rue d’al-Telal » en « Artagol » et changé les noms des villages du canton d’Afrin en arabes.
 
Interdiction de la langue kurde à l’école, enseignement de l’arabe et du turc
 
Pendant l’attaque de l’occupation turque et de ses mercenaires contre Afrin, les écoles ont été directement visées. Des milliers d’élèves ont été privés du droit à l’éducation en plus des dommages causés à l’infrastructure de l’école. Le Comité de l’éducation a pris la décision de fermer les écoles pour protéger les élèves des bombardements aveugles des Turcs.
 
Après l’occupation, l’occupation turque vise à turquifier les écoles et à imposer la langue turque avec la langue arabe dans les écoles du canton, et l’enseignement de la langue kurde a été interdit, ainsi que des photos d’Erdogan et des drapeaux turcs dans les écoles.
 
Détruire les monuments des civilisations millénaires
 
Afin d’éliminer les cultures et civilisations du canton d’Afrin, les avions d’occupation turcs ont détruit des sites archéologiques millénaires, dont le site archéologique de Brad, situé à 15 kilomètres au sud d’Afrin et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, Ain Dara, le site du prophète Huri (Quresh), la colline archéologique du Janders, la tombe de Saint Maron, l’église Julianus, une des plus anciennes églises au monde qui remonte au 4e siècle avant notre ère.
 
Changement démographique du canton, saisie des biens des civils
 
Des centaines de familles déplacées d’al-Gouta et d’al-Qalamoun ont été réinstallées dans la campagne de Damas, dans les villages du district de Rajo et dans les villages du district de Janders, alors que les populations autochtones ne pouvaient toujours pas rentrer dans leurs foyers.
 
D’après ces informations, l’occupation turque a installé plus de 80 familles de la campagne de Homs et Hama dans la région de Khirbet Sheran, et le nombre de colons s’approche du nombre d’autochtones compte tenu de l’évolution démographique continue dans la région.
 
Distribution de cartes d’identité turques aux habitants d’Afrin
 
La politique de turkification à ne s’est pas arrêtée à l’interdiction de la langue kurde et à l’effacement des cultures et des civilisations. L’occupation turque cherche à effacer l’identité syrienne pour transformer les résidents d’Afrin en réfugiés sur leur propres terres en délivrant des pièces d’identité en turc, portant les mots « document d’identité pour étrangers ».
 
Via ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici