La Turquie en guerre contre les morts kurdes

0
813
TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Les corps d’au moins 707 membres décédés du mouvement kurde pour la liberté et des victimes civiles du blocus imposé par l’armée turque au Kurdistan du Nord en 2015 et 2016 ne sont toujours pas remis aux familles pour enterrement. La Turquie mène une guerre contre les morts.
 
Selon une étude de l’Association de solidarité des familles des disparus (MEYA-DER), interdite par décret d’urgence, les corps d’au moins 707 personnes assassinées à différents moments par l’armée turque sont toujours aux mains de l’État les autorités. Ceux-ci incluent les corps de 265 combattants sur les 267 des membres des HPG, YJA-Star, YPG et YPJ qui ont été exhumés au cimetière de la mort de Garzan, à Bitlis, et emmenés au département de police scientifique d’Istanbul en décembre dernier.
 
Les corps d’innombrables civils kurdes tués lors du blocus militaire de 2015 et 2016 dans des villes kurdes telles que Nusaybin, Cizre, Sur et Şırnak, ainsi que d’autres membres du mouvement de libération kurde, sont soit maintenus dans des instituts de médecine légale, soit restent enterrés dans des cimetières des « inconnus ». Le gouvernement turc semble ne pas se satisfaire de la sale guerre qu’il mène contre le peuple kurde, il mène également une guerre contre les morts kurdes.
 
251 corps enterrés dans douze villes
 
Les cadavres de personnes non identifiées sont essentiellement enterrés dans le cimetière des « inconnus » en Turquie. Les familles se plaignent encore et encore que leurs proches ont été enterrés dans ces lieux de repos, bien qu’ils aient pu identifier le cadavre. La médecine légale explique dans de tels cas que le test d’ADN n’est plus possible en raison d’une carie avancée, de sorte que l’identification ne peut pas être confirmée. Selon MEYA-DER, le cimetière de Yenikoy, à Amed (Diyarbakir), compte 23 membres «non identifiés» de HPG et de YPS. Les autres cimetières avec le nombre de corps non identifiés sont :
 
-Urfa: 27
 
– Elazığ: 1
 
– Antep: 7
 
– Cizre: 33
 
– Silopi: 17
 
– ırnak: 42
 
– Erzurum: 54
 
-Trabzon: 6
 
– Van: 6
 
– Siirt: 10
 
– Bitlis: 25
 
21 cadavres à l’Institut de médecine légale de Malatya
 
Selon l’agence de presse Mezopotamya (MA), les corps d’au moins 170 autres combattants du HPG [branche armée du PKK] décédés ces dernières années dans les provinces de Dersim, Bingöl, Muş, Elazığ et Malatya ne sont pas non plus donnés aux familles. En outre, 21 corps sont conservés à l’institut de médecine légale de Malatya. Les autorités affirment depuis quelques mois que les résultats des analyses ADN ne sont pas encore disponibles.
 
267 cadavres enlevés
 
En décembre dernier, sur instruction du bureau du procureur, 267 corps ont été exhumés au cimetière des martyrs Garzan, à Bitlis, et transportés à la médecine légale d’Istanbul. Un rapprochement de l’ADN devrait avoir lieu, bien que les identités des combattants enterrés là-bas soient déjà connues. Dans deux cas seulement, les proches ont pu obtenir le cadavre, mais seulement après deux mois. En dépit de plusieurs demandes, l’Institut médico-légal continue de bloquer la publication et affirme depuis près d’un an que les résultats des analyses d’ADN ne sont pas encore disponibles.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici