Sisê Bingöl: Une Kurde malade de 76 ans en prison pour « terrorisme »

0
702
TURQUIE – Sisê Bingöl, une Kurde de 76 ans et gravement malade, est en prison depuis avril 2017 pour « terrorisme ».
 
Selon l’Association turque des droits de l’homme IHD (İnsan Hakları Hakları Hakları Derneği), il y a actuellement 1 154 détenus malades dans les prisons turques, dont 402 sont gravement malades. L’un d’eux est Sisê Bingöl, 76 ans. La femme kurde a été arrêtée en avril 2016 à Varto, district kurde-alévi de Muş, et libérée, après environ trois mois de détention, pour des raisons de santé. Plus tard, Sisê Bingöl a été condamnée à quatre ans et deux mois de prison pour avoir « sciemment et volontairement soutenu une organisation interdite ». En avril 2017,elle a de nouveau été emprisonnée. Elle se trouve actuellement à la prison pour femmes de Tarsus, un district de Mersin, 830 km de sa famille.
 
Sisê Bingöl souffre de problèmes cardiaques, hépatiques et rénaux, d’une tension artérielle trop élevée. L’hôpital de Muş a certifié son incapacité à être incarcérée, ce qui a contredit la médecine légale. Entre-temps, la santé de Sisê Bingöl s’est tellement dégradé qu’elle ne se souvient plus des noms de ses enfants. Yasemin Dora Şeker, responsable de la section du DHI dans la région de Çukurova, a rendu visite à « Mère Sisê », comme l’appellent affectueusement les détenus, en prison il y a quelques jours. Elle déclare que le cas de Bingöl est incompatible avec la morale et l’éthique. La femme âgée a besoin de l’aide d’autres détenus dans toutes les activités, y compris le lavage et la toilette, et en raison de son âge, elle souffre de troubles perceptifs. Lorsqu’on lui a demandé quel est le nom de sa fille, elle la confondu avec le nom de son village, rapporte Şeker.
 
Des conditions catastrophiques prévalent dans les prisons turques. La torture et les violations sont monnaie courante. Depuis 2000, plus de 2 500 détenus ont quitté la prison dans le cercueil. La dernière victime de la justice arbitraire turque montre à quel point la situation des prisonniers en Turquie est grave : en 2014, Koçer Özdal, prisonnier politique kurde de 61 ans, a été condamné à perpétuité pour avoir été reconnu coupable d' »accusations terroristes ». Pendant deux ans, il a été détenu à l’isolement dans une cellule. En prison, Özdal est tombé malade d’un cancer de la vessie. Il n’a pas été opéré, car selon les autorités, il n’y avait pas d’hôpital convenable. Lorsque son état s’est aggravé en juillet de cette année, il a été admis à l’hôpital Numune à Ankara. Koçer Özdal y mourut cinq semaines plus tard. Le cancer avait formé des métastases dans d’autres organes. Même lorsqu’il était dans le coma, les menottes de ses poignets et de ses chevilles n’ont pas été enlevées. Une cérémonie funèbre pour l’homme n’était pas autorisée car l’armée avait interdit un adieu digne à Koçer Özdal.
 
L’avocate de Bingöl, Gülşen Özbek, a tenté en vain depuis l’année dernière d’obtenir une libération pour son client. Les demandes correspondantes ont déjà été rejetées à plusieurs reprises. L’avocate a annoncé qu’elle ferait appel devant la Cour constitutionnelle. Yasemin Dora Şeker met en évidence un arrière-plan politique derrière le comportement des autorités et du pouvoir judiciaire : « Bien entendu, la libération de prison dans le cas de Sisê Bingöl ne constituerait pas une menace pour la sécurité publique. Elle est cependant prisonnière politique. C’est la raison pour laquelle elle ne sera pas libérée. »
 
 
Un autre article sur Sise Bingol à lire ici

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici