Une révolution féminine en marche : conférence organisée par des organisations de femmes kurdes

0
721

« Une révolution en marche », une conférence organisée par des organisations de femmes kurdes, aura lieu les 6 et 7 octobre 2018, à Frankfurt, en Allemagne.

Le mouvement des femmes kurdes vous invite à vous joindre à elles pour partager et apprendre des luttes communes à travers le monde et formuler ensemble les prochains pas pour l’émancipation.

 

Pour plus d’information, vous pouvez contacter le mouvement des femmes kurdes d’Europe : kurdish.women.movement@gmail.com (Vous pouvez leur écrire en français également.)

 

Voici le programme de la conférence :

PREMIER JOUR

Première session : La crise du patriarcat et sa guerre systémique contre les femmes.

 

  1. Le point culminant du patriarcat : La misogynie du capitalisme

 

Jamais auparavant dans l’histoire, les femmes n’ont été exposées à une exploitation aussi profonde que dans le capitalisme. Avec le capitalisme, l’État-nation constitue l’expression la plus institutionnalisée du patriarcat. De plus, en devenant un système, le capitalisme a commencé par détruire les sociétés basées sur la culture mère-femme, qui peut être considérée comme son antipode. Si oui, comment définir le lien entre le système patriarcal et le capitalisme ? Pourquoi et comment le système dominant masculin a-t-il atteint son plus haut niveau à l’âge capitaliste ? Et une lutte de libération des femmes qui n’a pas de caractère anticapitaliste peut-elle réussir ?

 

  1.     L’effondrement du 21e siècle : Les femmes relèvent les défis et saisissent les opportunités

 

Le système capitaliste mondial est entré dans le XXIe siècle avec une crise structurelle. Selon son caractère, il tente de sortir de sa crise systémique en concentrant les attaques sur ses contraires. Nous devons en particulier parler d’une guerre systématique contre les femmes. Mais les crises contiennent toujours aussi des opportunités de fortes hausses. Quels risques et opportunités la crise systémique patriarcale implique-t-elle pour la libération des femmes ? Comment estimer la crise actuelle du point de vue des femmes ?

 

  1.    Le sexisme et sa connexion avec la Sainte Trinité du Capitalisme

 

Dans la modernité capitaliste, le pouvoir se reproduit sur la base de piliers idéologiques : Sexisme, nationalisme, la religion et scientisme. Bien que ces piliers ne peuvent être séparés, le sexisme est à la base de toutes les formes de pouvoir. Quelle est la relation entre le sexisme et les trois autres piliers idéologiques principaux de la modernité capitaliste ? Et comment gérer le nationalisme, la religion et le scientisme dans la lutte contre le sexisme ?

 

Deuxième session : Ateliers

  1. La montée des régimes fascistes et leur impact sur les femmes
  2. Le féminicide, la violence sexuelle et la légitime défense
  3. L’écologie
  4. Communautés matricielles et identités sociales
  5. Guerre, déplacement et politique de la migration forcée
  6. Colonialisme, modernité capitaliste et impacts sur les femmes
  7. Féminisation de la pauvreté et de l’économie communaliste
  8. Les femmes et les médias alternatifs
  9. Mettre notre théorie en pratique

 

Soirée : Concert

 

DEUXIEME JOUR

 

Troisième session :  La lutte des femmes pour la liberté : De Fis à Kobanê et de Minbic à Raqqa

 

  1. La philosophie derrière la rupture du système patriarcal

 

Le chemin parcouru de Fis à Raqqa – comment en sommes-nous arrivées à conclure que la libération des femmes est plus précieuse que la libération d’un pays. Dans quelle mesure la libération des femmes et le meurtre de l’homme dominant sont-ils fondamentaux pour les fondements du système patriarcal ? Comment la Nation Démocratique et la sociologie de la liberté avec son contenu original nous permettent de tisser notre propre avenir ? Quel est le rôle de la Jinéologie ?

 

  1. La formation du système confédéral féminin : la philosophie en pratique

 

Il est crucial de transformer nos gains en un système continu et durable. Mais pour cela, nous devons remplacer les piliers les plus importants de l’ordre patriarcal. L’importance de l’organisation, du réseautage, de l’éducation, de l’économie écologique communale, des structures non étatiques, y compris le système de coprésidence, et comment les maintenir de cette façon.  

 

  1. Pourquoi l’autodéfense des femmes et non pas la protection : Le mythe, l’hypocrisie et la vérité

 

Tant le monopole de l’usage de la violence par les États-nations et d’autres formes d’État du passé que l’usage excessif et illimité de la violence par les mouvements révolutionnaires du passé et leur analyse inadéquate ont formé notre compréhension de l’autodéfense. Ne nous sommes-nous jamais défendues ou devrions-nous être protégées par les autres et si oui, par qui ? Et dans ce cas, qui utilise la violence contre nous ? Comment devrions-nous définir et articuler notre propre compréhension de l’autodéfense ? Quelles sont les précautions à prendre pour qu’elle ne se transforme pas en une forme de violence non désirée et patriarcale ?    

 

Quatrième session :  Lieux différents, luttes universelles : Expériences des mouvements de femmes

 

  1. De la reine des bandits aux gangs roses : Résistance postcoloniale des femmes asiatiques contre la violence sexiste et le viol

 

L’Inde est l’un des pays où l’affrontement entre la culture mère-femme et le sexisme est le plus intense. D’une part, la culture de la déesse-mère, d’autre part, l’incendie de la veuve, l’assassinat du fœtus féminin, le viol collectif. Comment est-il possible que dans un pays où les femmes ont été sanctifiées il y a peu de temps encore, la misogynie puisse atteindre un niveau aussi élevé ? Quel rôle le colonialisme a-t-il joué ? Et comment les femmes en Inde résistent-elles en théorie et en pratique contre les différentes formes de sexisme et d’exploitation ?

 

  1. Le caractère ingrat de la vie des Noirs et pourquoi la suprématie des Blancs est sexiste.

 

Les exécutions extrajudiciaires, la violence policière, l’inégalité systématique et la discrimination contre les Noirs aux États-Unis sont l’expression locale d’une réalité beaucoup plus universelle : Ceux dont la vie est dévalorisée par l’ordre biopolitique de l’hégémonie, dont la vie est insoutenable, qui deviennent des cibles ouvertes aux meurtres. Ce sont eux qui ébranleraient le système à sa racine s’ils étaient libres. En ce sens, serait-ce une coïncidence si, parallèlement à la croissance du mouvement BlackLivesMatter sous la direction de femmes, une personne qui défend le sexisme et la suprématie blanche devenait présidente des États-Unis ?

 

  1. L’éveil des enfants de la déesse : 2e révolution féminine au Moyen-Orient

 

Atargatis en Syrie du Nord, Ishtar en Mésopotamie, Anahita en Iran, Star au Kurdistan : Au Moyen-Orient, qui a été un lieu de culture de déesse-mère profondément enracinée, les femmes tissent une deuxième révolution féminine. Mais le Moyen-Orient est aussi le lieu où le patriarcat s’est institutionnalisé et où se déroule aujourd’hui une lutte acharnée entre la domination masculine et la libération des femmes. La lutte de libération des femmes au Moyen-Orient pourrait-elle avoir une qualité universelle en raison de l’historicité de l’espace ? Qu’est-ce qu’une révolution au sein d’une révolution a ici ?

 

  1. Les héritières de Gabriela : Alliance des femmes en théorie et en pratique

 

Pour que la lutte de libération des femmes contre le système patriarcal soit efficace, il faut agir à l’unisson et en réseau. Mais comment pouvons-nous nous unir malgré nos différences ? Quels sont les principes et la compréhension nécessaires à une lutte commune ? Quelles sont les difficultés et les réalisations des alliances ? Comment développer un modèle d’organisation commun tout en protégeant l’autonomie dans la pratique ?

 

  1. #NiUnaMenos : Pas une de moins

 

En Amérique latine, les meurtres de femmes ont déjà atteint le niveau d’un féminicide. Les femmes se battent depuis des années pour que les meurtres soient visibles au niveau de l’État et pour que les responsables soient tenus responsables de leurs actes. Reconnaissant la complicité de l’Etat, ils ont conclu que le féminicide ne peut être arrêté qu’avec une organisation forte. Le mouvement Ni Una Menos a commencé en Argentine et s’est répandu dans toute l’Amérique latine. Comment peut-on arrêter la féminité ? De quel type d’organisation avons-nous besoin ?

 

Cinquième session :  La révolution en marche : Tisser notre avenir ensemble

 

Les bouleversements de notre époque ne se traduisent pas seulement par beaucoup de douleur, de violence et l’expulsion de millions de personnes de leurs terres, mais ils nous donnent aussi la possibilité de tisser notre propre mode de vie. Quels sont les paramètres de ce que nous proposons ? Nous en savons tellement plus que jamais sur notre passé, notre présent et notre avenir. Comment est-il possible d’établir un réseau à l’intérieur de chacun de ces paramètres ? La compréhension de la solidarité doit changer, mais comment parvenir à l’unité des efforts, des luttes, des actions, de la création et du tissage.

 

  • Mouvement pour la libération des femmes noires – Les femmes noires ont été confrontées à une répression raciste féroce, à sa manifestation dans la colonisation archaïque de l’esclavage et à l’agression qui l’accompagne sous différentes formes. Mais depuis aussi longtemps, elles luttent pour leur liberté et continuent d’être une source d’inspiration pour les femmes qui luttent dans le monde entier. Quel est le chemin à parcourir et comment pouvons-nous forger des liens ?

 

  • Les belles couleurs montrent comment les femmes en Inde osent, luttent et résistent aux attaques des politiques néolibérales du capitalisme et aux attaques globales du patriarcat. Comment faire de la place aux solidarités de toutes sortes ?
  • Les femmes d’Arabie ont subi la double couche de perte de liberté due au patriarcat hégémonique arabe très dur qui a perdu son pouvoir régional et mondial au profit de l’hégémonie capitaliste. Comment transcender les frontières tracées entre les femmes de la région et agir à l’unisson ?  
  • Sous les décombres de la religion, du féodalisme, du nationalisme et des guerres récentes, les femmes du Kurdistan – les esclaves de tous les esclaves – s’élèvent, rejetant toute forme de patriarcat. Comment les femmes peuvent-elles agir/réagir ensemble lorsqu’il s’agit d’objectifs communs ?
  • Zapatistes – Les femmes des forêts tropicales nous racontent la même chanson dans un air différent ; continuant la lutte et la résistance des femmes dans les forêts tropicales et au-delà. Si loin l’un de l’autre, mais si près de l’autre en vision.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici