« Abattoir humain » : un résident d’Afrin décrit les conditions effroyables dans la prison des forces soutenues par la Turquie

0
810
AFRIN – Un résident d’Afrin, dont le nom n’est pas divulgué pour protéger sa sécurité, a donné un récit poignant d’une détention de 65 jours dans la prison d’Al-Rai au centre de documentation des violations en Syrie du Nord – une organisation mise en place pour surveiller les violations des droits de l’homme dans Afrin occupé et d’autres zones détenues par les milices de l’armée syrienne libre soutenues par la Turquie.
 
« Lorsque nous avons essayé de quitter Afrin à la suite de violations répétées par les factions … nous avons été arrêtés à un poste de contrôle », a indiqué la source. Après l’arrestation, les mains des autres détenus et lui-même ont été attachées et des sacs en plastique ont été placés sur leurs têtes. Les détenus qui ont tenté de retirer les sacs pour respirer ont été battus.
 
« Ils nous ont tous emmenés dans une pièce de 3 mètres de long et de deux mètres de large, après avoir soulevé les sacs [mais] sans enlever nos bandeaux », a poursuivi la source. « Après minuit, ils ont apporté de la nourriture pour nous. Nous avons demandé à nous dégager les mains pour pouvoir manger, et ils nous ont dit : « Vous devez manger comme des chiens. »
 
La source a indiqué que des détenus avaient été pris au hasard pour être torturés, déclarant que lui et d’autres personnes étaient régulièrement battus avec des câbles et qu’il avait même vu un prisonnier dont l’oreille avait été coupée avec des ciseaux. Avant sa libération, la source avait été extraite de la prison et soumise à une simulation d’exécution.
 
Le Centre de documentation sur les violations des droits de l’homme en Syrie du Nord contient des photographies de blessures subies à la suite de tortures.
 
Ce récit est similaire à de nombreuses informations faisant état de tortures de civils en détention par l’Armée syrienne libre (ASL) dans d’autres régions d’Afrin occupées, où les enlèvements sont fréquents et où des milices ciblent des membres de leur famille vivant à l’étranger pour leur extorquer de l’argent. Un autre rapport du centre indiquait que la Turquie avait consolidé le pouvoir sur les prisons de l’ASL.
 
La détention arbitraire et la torture de civils sont interdites par le droit international. Si elles sont menées sous la supervision de la Turquie, elles constituent des violations des obligations de la Turquie en vertu des Conventions de Genève en tant que force d’occupation à Afrin. Malgré cela, les organisations de défense des droits de l’homme ont prêté peu d’attention aux affirmations constantes de violations flagrantes – souvent signalées comme très risquées pour les militants locaux, les organisations de médias et les victimes elles-mêmes.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici