La Turquie vend une histoire sur les réfugiés & l’Union européenne l’achète

0
1007

La militante des droits de l’Homme et journaliste, Nurcan Baysal accuse l’Union européenne de fermer les yeux sur les conditions des réfugiés syriens en Turquie pour ne pas à assumer elle-même la protection de ces réfugiés. Elle déclare que des cas de prostitution des femmes syriennes sont rapportés, que les réfugiés sont victimes de racisme, n’ont pas de protection digne de son nom et ainsi de suite.

Elle déclare que les organisations de la société civile, les politiciens et les activistes sont interdits de visiter les camps de réfugiés pour confirmer ou infirmer les accusations lourdes concernant la prostitution des réfugiées syriennes ou les conditions de vie des réfugiés…

Voici la traduction de son texte publié sur le site Ahval :

« Avant que l’Union européenne et la Turquie ne signent un accord en 2016 pour limiter le nombre de réfugiés syriens se rendant en Europe en échange d’une aide pour ceux qui avaient fui la guerre et se réfugiés en Turquie, je faisais partie d’un groupe d’universitaires et de militants en Turquie invité à Berlin pour discuter de la question.
 
Nous avons rencontré des politiciens allemands et européens lors de réunions à huis clos pour discuter de la situation des camps de réfugiés en Turquie. Les questions à l’ordre du jour comprenaient le potentiel de la Turquie à devenir un pays tiers sûr, ainsi que la gestion des camps gérés par l’autorité turque de gestion des catastrophes et des situations d’urgence, notamment leur manque de transparence et de surveillance.
 
Un autre sujet concerne le statut des réfugiés yézidis, dont le nombre a atteint 20 000 à l’époque. La réunion visait principalement à déterminer si la Turquie serait un partenaire de confiance pour les réfugiés. Les informations fournies par les experts turcs ont clairement montré que ce ne serait pas le cas.
 
Malgré toutes les préoccupations concernant le statut des réfugiés en Turquie, j’ai vu ce jour-là que les autorités allemandes et européennes étaient déterminées à faire adopter cet accord.
 
Au cours de la réunion, j’ai clairement vu que l’UE savait à quel point les réfugiés étaient mal en Turquie, mais a préféré regarder ailleurs pour éviter d’avoir à gérer le problème elle-même. La Turquie vendait une histoire sur les réfugiés et l’UE cherchait à acheter cette histoire.
 
Quelques années ont passé depuis cette réunion. Il n’ya pas eu beaucoup d’améliorations dans le statut des réfugiés en Turquie. Aujourd’hui, sur 3 millions de réfugiés syriens, seuls 235 000 vivent dans des camps. Le reste est réparti dans les villes turques et se débrouille seul. Leur statut de « protection temporaire » ne leur assure pas beaucoup de protection. Ils sont soumis à toutes les formes de discrimination et de violence. Ils sont soumis à de terribles conditions de travail. Certains prétendent même que certains ateliers textiles ont des salles spéciales pour violer des femmes syriennes.
 
Les réfugiés qui restent dans les camps sont beaucoup mieux lotis. Les allégations de prostitution dans les camps sont très répandues. Mais en dehors des organisations à but non lucratif proches du gouvernement, personne n’est autorisé à entrer dans ces camps. La semaine dernière, des allégations ont été faites selon lesquelles des femmes syriennes vivant dans le camp de Telhamut, dans le district de Ceylanpınar, dans la province de Sanlıurfa, étaient forcées de se prostituer.
 
Selon certaines allégations, les responsables du camp forceraient les femmes à se prostituer en échange de produits de première nécessité comme le lait et la nourriture. C’est le lait et la nourriture dont les femmes ont besoin pour subvenir aux besoins de leurs enfants. Le 16 août, pour enquêter sur l’affaire, des militantes ont formé une délégation comprenant le Bureau Diyarbakır de la Commission pour les droits des réfugiés et le Centre des femmes, la Plateforme pour la lutte contre les femmes en captivité, l’Association des droits humains de Şanlıurfa, le Syndicat des travailleurs de la santé de Sanliurfa et l’Association des femmes pour la vie et la solidarité afin de visiter le camp.
 
Mais les forces de sécurité n’ont pas autorisé la délégation à entrer dans le camp. Pour annoncer publiquement ce refus d’accès, la délégation a tenu une conférence de presse. La réaction du public et les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux à propos de la prostitution dans les camps ont incité le procureur en chef de Ceylanpınar à ouvrir une enquête, mais celle-ci a été classée confidentielle.
 
Non seulement les Syriens, mais tous les groupes de réfugiés se portent mal en Turquie. L’un des groupes les plus défavorisés sont les Yezidis. Le camp de Fidanlık pour les réfugiés yézidis à Diyarbakir, que nous avons travaillé très dur pour établir, a été fermé par un décret gouvernemental. Les Yezidis qui vivaient dans le camp ont été forcés de partir. Beaucoup sont retournés en Irak, quelques-uns ont pu fuir en Europe. Certains ont perdu la vie en mer Égée.
 
Entre 1 000 et 1 300 Yézidis qui n’avaient nulle part où aller ont été placés dans un camp dans la ville de Midyat. Depuis, obtenir des nouvelles de familles yézidies est devenu difficile. La semaine dernière, il a été annoncé que le camp de Midyat serait fermé après la fête du sacrifice cette semaine et que les Yezidis du camp seraient transférés dans des camps à Gaziantep et à Kilis.
 
Les familles yézidies que nous avons contactées ont déclaré qu’elles ne voulaient pas aller dans ces camps, car elles craignaient de s’installer dans des villes et des camps qu’ils considéraient comme des centres dominés par l’État islamique et l’Armée syrienne libre (ASL). Ils sont malheureux.
 
Ils n’ont nulle part où aller. Bien que nombre d’entre eux aient demandé l’asile en Europe, le processus est toujours en cours. Il faudra des mois, voire des années, pour que leurs demandes soient traitées. En attendant, qu’est-ce qu’ils sont censés faire ? Où sont censés aller ces Yezidis ?
 
Depuis le jour où ils se sont réfugiés en Turquie, les Yezidis ont été confrontés à toutes les formes de discrimination. Ils ont souvent été la cible de discours odieux émanant de responsables gouvernementaux, dont le président Erdoğan lui-même. Ils n’ont jamais bénéficié d’un statut temporaire leur permettant d’accéder à des ressources médicales, ni à aucune autre forme de soutien.
 
Les camps du sud-est de la Turquie, établis par les municipalités kurdes, ont été fermés. Même lorsqu’ils étaient ouverts, ils n’ont reçu aucune aide du gouvernement central.
 
À l’époque, j’ai interrogé des responsables de l’UE sur la raison pour laquelle ils fermaient les yeux sur le fait que l’argent qu’ils envoyaient était utilisé pour discriminer les groupes de réfugiés. Non seulement les pays de l’UE, mais aussi les organisations internationales ont détourné les yeux. Les camps créés par les municipalités ne pouvaient rester ouverts que grâce au soutien de la société civile et du public.
 
Des organisations à but non lucratif, des militants et des politiciens tentent depuis des années d’accéder au camp de Midyat. Mais pour une raison quelconque, le gouvernement refuse de laisser entrer quiconque dans ces camps. Les Yezidis sont complètement isolés. Les membres du Parlement du parti démocratique des peuples (HDP) de l’opposition devaient se rendre dans les camps de réfugiés de Midyat la semaine dernière, mais leur visite a été interdite.
 
Nous parlons d’un camp auquel même les parlementaires ne peuvent accéder. Je me demande comment les organisations de l’UE qui fournissent de l’argent pour ces camps pourraient continuer à le faire.
 
Pourquoi ne demandent-ils pas pourquoi ces camps ne sont pas ouverts à l’inspection ? J’imagine qu’il doit être difficile de justifier pourquoi un gouvernement empêcherait les organisations de la société civile, les politiciens et les activistes d’entrer dans les camps de réfugiés.
 
La réalité est la suivante : les organisations et les gouvernements de l’UE sont au courant de tout. La Turquie vend une histoire concernant les réfugiés et l’UE l’achète. »
 
Nurcan Baysal

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici