Les services de renseignements allemands désignent les institutions kurdes comme une cible

0
490

ALLEMAGNE – BERLIN –  – L’agence de renseignement interne allemande, l’Office fédéral pour la protection de la Constitution, a publié son rapport de 2017 et l’a présenté lors d’une conférence de presse à Berlin.  

Hans-Georg Maassen, président de l’Office, et Horst Seehefer, ministre de l’Intérieur, ont commenté le rapport en soulignant les institutions et les organisations que le renseignement suit en Allemagne.

Le rapport, publié chaque année, compte 359 pages d’épaisseur. Une trentaine de pages sont consacrées aux Kurdes et au PKK défini comme « la plus forte parmi les organisations étrangères radicales opérant en Allemagne« . Le nombre de « membres, partisans » du PKK en Allemagne est de 14.500.000, selon le rapport.

En outre, des institutions kurdes telles que le Centre de la société démocratique kurde en Allemagne (NAV-DEM) et Azadi, qui lutte pour les droits des prisonniers kurdes, ont été décrites en détail et criminalisées.

Le rapport, qui juge improbable la reprise des négociations entre le PKK et l’Etat turc, affirme également que les partisans du PKK ont fait campagne pour le « non » lors du référendum qui s’est tenu en Turquie le 16 avril 2017.

Le rapport souligne également que la situation d’Abdullah Öcalan et les attaques de l’Etat turc contre les régions kurdes sont les principaux enjeux des manifestations, festivals, activités organisées par le PKK en Allemagne pour informer les Kurdes qui y vivent.

L’Agence allemande de renseignement, qui soutient la circulaire du ministère de l’Intérieur du 2 mars 2017, interdisant de nombreux symboles kurdes, y compris ceux du PYD, du YPG et du YPJ, entre autres, a affirmé que c’était aussi une décision correcte d’attaquer les manifestants kurdes à Dusseldorf le 4 novembre 2017. Rappelant que de nombreux drapeaux interdits et l’affiche d’Öcalan ont été confisqués, les services de renseignement ont déclaré qu’un mandat d’arrêt avait été émis contre un manifestant.

Selon le Service de renseignements, les jeunes Kurdes suivent la lutte du PKK sur Internet et s’organisent

Le service de renseignement, qui prétend que le PKK a reçu plus de dons en Allemagne qu’en 2016, a déclaré que l’argent collecté a été envoyé aux forces kurdes luttant contre Daesh dans le nord de la Syrie et dans le nord de l’Irak.

Selon les services de renseignements allemands, l’augmentation des dons est liée aux opérations militaires menées par l’État turc dans les régions kurdes. Le rapport disait : « Les attaques de l’armée turque ont accru le sens de la solidarité dans la société kurde. »

Il est intéressant de noter que le rapport des services de renseignement a utilisé la même langue que l’État turc lorsqu’il a fait référence aux institutions kurdes opérant officiellement en Allemagne. Les services de renseignement ont suggéré que le PKK utilise les outils médiatiques d’une manière multiforme et a affirmé que l’influence des Kurdes vivant en Allemagne est l’un des buts visés.

Le rapport des services de renseignements allemands qualifie le journal Yeni Özgur Politika de « quotidien PKK » et ANF d' »agence de presse proche du PKK ». C’est la première fois que notre agence et nos journalistes sont directement visés par des expressions comme : « Avec son siège aux Pays-Bas, ANF opère à travers un réseau de correspondants en Turquie, en Irak, en Iran, en Syrie et dans les pays européens dans le cadre de la politique d’information de l’organisation. L’agence publie quotidiennement en turc, en kurde, en anglais, en espagnol, en arabe et en persan« .

Le rapport des services de renseignements allemands contenait enfin un résumé des procès intentés contre des politiciens kurdes au motif qu’ils étaient prétendument des « dirigeants du PKK » en 2017.

Le PKK est interdit en Allemagne depuis 1993. A partir de cette date, aucune activité n’a été menée dans ce pays pour le compte du PKK, mais les services de renseignements allemands ont accusé le PKK de mener des travaux par l’intermédiaire d’un réseau d’institutions et d’organisations kurdes.

Comme l’année précédente, il était indiqué dans le rapport de 2017 que les activités de l’agence de renseignement turque MIT en Allemagne se poursuivaient.

https://anfenglishmobile.com/news/german-intelligence-points-kurdish-institutions-as-a-target-28493

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici