Le coprésident de l’association des droits de l’homme d’Afrin parle des atrocités commises

0
851

L’avocat Mihemmed Xelil,  coprésident de l’Association des droits de l’homme d’Afrin, a été contraint de quitter Afrin avec les habitants de la ville après l’occupation des forces turques et des mercenaires. Il a ensuite été capturé à Shêrewa.

Il  a été arrêté alors qu’il enquêtait sur des crimes contre l’humanité, et raconte la vie des habitants d’Afrin sous l’occupation et sa captivité dans les mains de l’Etat turc.

Les crimes contre l’humanité sont perpétrés quotidiennement à Afrin

Des nouvelles de meurtres, de tortures, de pillages, d’enlèvements arrivent tous les jours de la ville occupée par l’Etat turc et de ses villages.

« Au début de la guerre civile en Syrie, Afrin était une zone sûre pour tous les réfugiés en Syrie. La Syrie a été témoin de nombreuses violations des droits de l’homme » a déclaré Mihemmed Xelil.

L’avocat a noté que l’État ne pouvait pas protéger sa population pendant les attaques. « A Afrin, poursuit-il,  le peuple s’est organisé politiquement et militairement pour défendre sa terre pendant des années. Afrin est devenue une zone protégée pour de nombreux réfugiés et des milliers d’entre eux ont fui vers Afrin pour échapper à la guerre ».

« En tant qu’association des droits de l’homme, nous sommes venus pour surveiller la situation. Nous suivions la situation des réfugiés syriens qui s’abritaient à Afrin depuis des années. Pendant la période de menaces de l’Etat turc contre Afrin, nous avons travaillé en tant qu’association pour éviter que la situation ne dégénère. Cependant, le régime syrien, ainsi que tous les autres États et les forces internationales impliqués dans le conflit syrien, ont permis à la Turquie d’occuper Afrin « .

Xelil a fait remarquer que des crimes contre l’humanité ont été commis pendant l’occupation :  « Les droits de nombreuses personnes ont été violés dans cette région, des crimes de guerre sont commis. Des centres d’eau potable et d’électricité ont été pris pour cible, des lieux publics ont été pillés, la pensée Salafiste a été imposée à la région, des civils ont été massacrés, l’hôpital d’Avrin a été attaqué et du chlore gazeux a été utilisé dans les zones où vivaient des civils. Tout cela est considéré comme un crime de guerre au sens de l’Accord de Genève« .

Sept comités ont été créés pour identifier les crimes de guerre commis

L’avocat a confirmé que l’Association des droits de l’homme a préparé des rapports et des documents pour la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Il a ajouté qu’ils ont remis les rapports et les documents aux institutions nécessaires et a rappelé que près d’un million de personnes ont été forcées de migrer vers Shehba et Sherewa.

L’avocat a déclaré que les défenseurs des droits de l’homme et les militants ont également dû quitter Afrin avec les résidents et se rendre dans la région de Shêrewa.

Xelil a continué : « Nous n’avions pas prévu que l’État turc viendrait aussi occuper Sherewa. Mais ils l’ont fait, ils nous ont attaqués, ils m’ont tiré dessus et m’ont blessé, m’ont emmené à Idlib, et ils m’ont opéré dans un endroit comme un hôpital souterrain. La prison était également souterraine, et après y être resté 14 jours, ils m’ont bandé les yeux et m’ont emmené pour un interrogatoire« .

« Pendant l’interrogatoire, a dit Xelil, ils m’ont dit que j’étais avocat à Sheikh Maqsoud, que j’étais impliqué dans la commission d’enquête et en tant que co-président du département des droits de l’homme à Afrin  je donnais des interviews à la presse contre l’Etat turc. Ils m’ont même dit que j’ai traité la Turquie de force d’occupation dans un journal égyptien« .

Après l’interrogatoire, Xelil a été à nouveau emprisonné. L’avocat a dit qu’il entendait des gens crier tout le temps.

« Tout était interdit, ils nous menaçaient constamment, nous disant que nous étions des partisans du régime syrien, que nous étions contre la révolution syrienne, que nous nous organisions contre l’attaque et protégions nos territoires« .

Soulignant le fait que les journalistes et les militants qui découvrent les faits sont constamment pris pour cible, l’avocat Xelil a souligné qu’une vingtaine de militants des droits de l’homme et de travailleurs des médias ont été tués en 2018.

Xelil a ensuite été laissé dans un endroit qu’il ne connaissait pas, après avoir été torturé et battu. Il a été sauvé par un civil.

L’avocat a rampé sur 4 kilomètres : « Notre peuple vit dans des conditions d’agression permanente et de migration. Des milliers de personnes continuent à manifester pour leurs droits. Et ce peuple croit qu’Afrin sera libéré« .

Xelil a dit qu’il considère la Syrie du Nord comme faisant partie de la Syrie, et c’est pour l’ensemble de la Syrie qu’une solution doit être trouvée, par le dialogue et non par la guerre.

https://anfenglishmobile.com/features/lawyer-xelil-tells-of-atrocities-in-afrin-28403

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici