Saleh Moslem : La « troisième voie alternative » s’est avérée viable

0
453

ROJAVA- Pendant les conflits internes en cours en Syrie depuis mars 2011, le Conseil populaire de Kobanê a pris en charge l’administration de Kobanê le 19 juillet 2012.

C’était l’étincelle qui a ouvert la voie à la révolution du Rojava

Après la Révolution, la région du Rojava a été soumise aux attaques de groupes de terroristes tels que Daesh et al-Nosra.

S’adressant à ANF à l’occasion de l’anniversaire de la révolution du Rojava, Saleh Moslem, ancien coprésident du PYD (Parti de l’Union démocratique), aujourd’hui représentant des relations extérieures du TEV-DEM (Mouvement de la société démocratique), a déclaré que ce qui est vécu en Syrie depuis 7 ans n’est pas une révolution mais un conflit de pouvoir. La seule révolution a été celle du Rojava.

Saleh Moslem, l’un des noms symboliques de la Révolution du Rojava, a répondu à des questions sur la Révolution du Rojava, la « troisième voie »  et les développements qui pourraient avoir lieu maintenant.

La révolution du Rojava a été motivée par la décision de suivre une  » troisième voie alternative « . Comment cette  » troisième voie alternative  » a-t-elle été mise en œuvre au Rojava ?

SM : « Le système de rébellion, qui a commencé au Moyen-Orient en 2010, était en fait prêt à poursuivre un nouvel ordre mondial, que le système avait développé depuis 1995.

Bien sûr, en Tunisie, en Libye, en Egypte, il y a eu des mobilisations : certains ont changé de puissance, d’autres ont utilisé la puissance de l’OTAN. L’islam modéré a été défini comme un modèle pour cet ordre mondial en transformation. Là encore, un rôle a été attribué à la Turquie. C’est à cette époque qu’Erdogan est arrivé au pouvoir en Turquie en 2002. Les Frères musulmans sont arrivés au pouvoir lorsque les pays arabes ont changé leurs dirigeants.

Puis, en 2011, c’est au tour de la Syrie. Lorsque la guerre civile syrienne a commencé, il y avait un régime antidémocratique d’une part et les Frères musulmans parrainés par l’étranger qui voulaient le remplacer d’autre part.

Nous avons décidé de ne soutenir ni l’un ni l’autre. Nous n’avons pas lutté contre le régime, mais nous avons identifié notre propre position alternative, notre ligne de conduite.  C’est ce que nous avons appelé la « troisième voie politique ». Notre objectif était de prendre nos droits démocratiques, d’établir une organisation populaire et de compter sur notre propre pouvoir.

Il est clair que nous n’avions aucun intérêt à fermer les portes du dialogue sans aucun des pouvoirs, mais nous ne les soutenions pas. Cependant, nous devions expulser les forces du régime de nos régions, car elles essayaient de prendre le contrôle. La Révolution a commencé à Kobanê le 19 juillet. Dans ce processus, il y a eu de petits conflits dans certains endroits sans beaucoup de sang versé.

Nous avons commencé à créer un système alternatif. Un système où les personnes peuvent auto-administrer les villes et les régions avec leurs propres installations et organisation. Cela a commencé avant le 19 juillet. Des institutions ont été créées pour assurer la sécurité de la population. Des tribunaux populaires ont été mis en place ».

Le système d’administration autonome

« Les institutions populaires se sont progressivement installées et le public a commencé à y croire. Les gens ont commencé à compter sur leur propre force et leur puissance. Ils ont commencé à participer à ce processus. Notre troisième voie s’est développée et s’est renforcée. Bien sûr, après le début de la révolution le 19 juillet, les attaques ont commencé à augmenter. Après le départ du régime de nos régions, d’autres groupes ont commencé à nous attaquer et à nous causer des problèmes. En particulier, al-Nosra et Liwa Tawhid. La Turquie a soutenu ces groupes.

Nous devions nous protéger. Nous avons beaucoup souffert, en tant que personnes et organisations. Beaucoup de gens qui sont sortis de Kobanê et qui voulaient aller à Alep ont été attrapés et tués par ces groupes sur la route de Manbij. Maintenant, les gens étaient au courant des faits et écoutaient davantage leurs administrations ».

Quelle a été la réaction vis à vis de cette  » troisième voie  » ?

SM : « La troisième voie est une chose nouvelle : l’autonomie, la confiance en soi, l’auto-organisation et l’autorégulation. Au Moyen-Orient, vous savez que le plus stable est de s’appuyer sur une plus grande force. C’est un état d’esprit enraciné ici depuis des milliers d’années. Pour que ces peuples changent cet état d’esprit, il faut un grand effort.

Pourtant, nous avons réussi à faire évoluer les différentes communautés vers notre nouveau système.

Il y a différents peuples parmi nous : syriaque, arménien, turkmène, arabe… Ils croient en ce modèle, car ils l’appliquent dans leur vie quotidienne. Basé sur leur propre force, ils vivent de l’autosuffisance ».

Nous ne nous éloignons pas de nos propres principes

Ceux qui voient ce modèle mis en œuvre sont surpris. « Comment pouvez-vous continuer ? », demandent-ils.

Les peuples vivent ensemble dans un destin d’unité, ils croient en leur propre pouvoir et créent leurs propres organisations.

Les forces internationales, ceux qui luttent contre Daesh avec nous, ont vu le modèle mis en œuvre et qui fonctionnent et doivent croire qu’il est réellement viable.

Nous pensons que ce modèle peut être appliqué à l’ensemble de la Syrie à l’avenir. Mais en ce qui nous concerne, c’est notre plus gros problème. À l’heure actuelle, certains pouvoirs ne croient pas que nous vivons réellement selon ce modèle.

https://anfenglishmobile.com/features/saleh-moslem-the-third-alternative-way-has-proved-viable-28365

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici