« Les accusations contre les cinéastes Demirel et Mavioğlu doivent être abandonnées »

0
685

Appel lancé par 28 organisations internationales de défense des droits de l’homme

Le site officiel PEN Amérique,  a publié une lettre signée par un certain nombre de cinéastes, de journalistes et 28 organisations internationales de défense des droits, appelant à la libération des réalisateurs du documentaire Bakur, Ertuğrul Mavioğlu et Çayan Demirel. La lettre a été adressée au ministre de la Culture et du Tourisme Numan Kurtulmuş et au ministre de la Justice Abdülhamit Gül.

Mavioğlu et Demirel seront jugés demain (29 mai) au tribunal de première instance de Batman. Les cinéastes risquent cinq ans de prison pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste » en raison du documentaire «Bakur» qu’ils ont réalisé conjointement.

La lettre publiée sur le site officiel de PEN Amérique est la suivante :

Nous, les organisations culturelles et de défense des droits de l’homme soussignées, appelons le ministère public de Batman à abandonner immédiatement les poursuites contre les cinéastes Çayan Demirel et Ertuğrul Mavioğlu et à cesser les efforts visant à criminaliser le film et ses réalisateurs. Nous exhortons également le Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie et la Direction Générale du Cinéma à soutenir les deux cinéastes et à plaider pour que les charges retenues contre eux soient abandonnées. La prochaine procédure judiciaire contre Demirel et Mavioğlu intervient à un moment où les artistes, les universitaires et les journalistes en Turquie sont criminalisés en nombre alarmant pour l’exercice pacifique de leur liberté d’expression.

Le 29 mai, Demirel et Mavioğlu se présenteront devant la 2ème cours d’Assise de Batman. Les deux cinéastes sont accusés d’avoir diffusé de la propagande en faveur d’une organisation terroriste en vertu de l’article 7/2 de la loi n° 3713 sur la lutte contre le terrorisme pour leur film documentaire Bakur, et risquent jusqu’à cinq ans d’emprisonnement s’ils sont reconnus coupables. Le long métrage documentaire, tourné pendant l’été et l’automne 2013, montre la vie quotidienne des membres du PKK dans trois camps différents dans le sud-est de la Turquie. Le moment du tournage et de la production de Bakur a coïncidé avec les pourparlers de paix entre le gouvernement turc et le PKK pour mettre fin à un conflit de 40 ans au cours duquel un cessez-le-feu était en place.

Alors que les pourparlers de paix se déroulaient, « Bakur » devait être présenté en première au 34e Festival du film d’Istanbul le 5 mai 2015, mais ce jour-là, la Fondation pour la culture et les arts İstanbul (İKSV) a annulé la projection. Le film a ensuite été projeté dans de nombreux autres festivals internationaux et nationaux, mais deux ans plus tard, le 20 décembre 2017, les cinéastes ont été accusés de diffuser de la propagande terroriste et de donner « une légitimité aux méthodes de l’organisation terroriste PKKK/KCK d’utiliser la force, la violence ou les menaces ». S’il était reconnu coupable, ce serait la première fois que des cinéastes turcs seraient condamnés à une peine de prison en raison d’un film, un dangereux précédent pour le statut de la liberté d’expression. Toutefois, en tant qu’atteinte à l’exercice pacifique du droit à la liberté d’expression en Turquie, Bakur n’est pas un cas isolé. De nombreux journalistes, universitaires, écrivains et artistes font actuellement l’objet de poursuites pénales similaires.

Le droit à la liberté d’expression, que ce soit dans un film, un journal, une peinture ou une manifestation pacifique, est un élément essentiel du fonctionnement d’une société démocratique et du développement de cultures dynamiques. L’expression artistique peut jouer un rôle productif dans la résolution des conflits, en réconciliant les anciens ennemis, et peut contribuer à développer la confiance entre les individus et les groupes qui ont connu des conflits prolongés. La Turquie l’a affirmé et a pris des engagements internationaux pour défendre ces libertés, ayant ratifié à la fois le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Le droit à la liberté d’expression est également protégé par la Constitution turque (article 26), qui stipule que  » Chacun a le droit d’exprimer et de diffuser ses pensées et opinions par la parole, par écrit, par l’image ou par d’autres médias, individuellement ou collectivement « . Sur la base de ces engagements, la Turquie ne peut exclure des œuvres controversées des protections accordées à la liberté d’expression que dans des circonstances exceptionnelles et strictement définies où la sécurité nationale est menacée parce que l’œuvre constituerait « une incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence », comme le prévoit l’article 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En outre, sur la base du principe 6 des Principes de Johannesburg, l’expression ne peut être punie en tant que menace à la sécurité nationale que si un gouvernement peut démontrer qu’il a l’intention ou est susceptible d’inciter à la violence.

« Bakur » n’incite pas à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence, mais documente plutôt une tentative de parvenir à un accord de paix après des décennies de conflit entre le PKK et le gouvernement turc. Son but, comme indiqué dans la bande-annonce du film, est « d’inviter ses spectateurs à réfléchir sur une guerre qui se poursuit depuis des décennies et de donner un regard perspicace sur son sujet principal, le PKK ». Ce travail créatif est clairement et sans équivoque protégé conformément aux engagements nationaux et internationaux de la Turquie. La Turquie doit maintenir sa politique intérieure. 

La Turquie doit respecter ses engagements nationaux et internationaux pour protéger la liberté d’expression et veiller à ce que les artistes soient libres de créer sans crainte.

Que s’est-il passé ?

Le documentaire de 92 minutes intitulé « Bir Gerilla Belgeseli : BAKUR » (un documentaire sur la guérilla), qui a été réalisé par le journaliste Ertuğrul Mavioğlu et le réalisateur Çayan Demirel et produit par Ayşe Çetinbaş Çetinbaş, parle de l’appel à la retraite lancé par Abdullah Öcalan, emprisonné,  pendant les célébrations du Newroz dans la province du sud-est de la Turquie, Diyarbakır, le 21 mars 2013.

Le documentaire devait être projeté dans la catégorie des films non compétitifs au festival du Film d’İstanbul. Cependant, la Fondation pour la culture et les arts (İKSV) a annulé la projection du documentaire. Pour justifier l’annulation, la fondation s’est référée à la lettre d’avertissement envoyée par le ministère de la Culture et du Tourisme le 11 avril concernant le « document d’enregistrement » du documentaire.

Le jour où le documentaire devait être projeté mais empêché par la censure d’İKSV, les téléspectateurs se sont rassemblés devant le Cinéma Atlas à İstanbul et ont tenu un forum à la place de la projection du documentaire.

Après le forum, les cinéastes ont fait une déclaration commune à la presse et les équipes des films, « Nefesim Kesilene Kadar » (Until I Lose My Breath) et « Homo Politicus » ont mis en œuvre la décision de boycott.

La poursuite a été intentée deux ans plus tard

Deux ans après la projection du documentaire, un procès a été intenté contre les deux réalisateurs du documentaire Ertuğrul Mavioğlu et Çayan Demirel ainsi que Dicle Anter, responsable de la projection du documentaire dans la province de Batman, pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste ».

Dans l’acte d’accusation publié par le Procureur Ömer İlhan, il a été exigé que le journaliste et cinéaste Mavioğlu et le réalisateur Demirel et Anter soient jugés conformément à l’article 7/2 de la loi antiterroriste.

https://bianet.org/english/freedom-of-expression/197607-charges-against-filmmakers-demirel-and-mavioglu-should-be-dropped

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici