AccueilMoyen-OrientTurquieDes écrivains journalistes étrangers & kurdes commentent les élections anticipées en Turquie

Des écrivains journalistes étrangers & kurdes commentent les élections anticipées en Turquie

 

A la lumière de la crise que la Turquie connaît en raison de la dictature, des crimes d’Erdogan et de son parti au pouvoir à l’intérieur et à l’étranger, ce dernier vise à gagner les élections à l’avance dans la crainte du futur qui l’attend.

Dans ce contexte, des écrivains et des journalistes étrangers ont commenté ces élections, soulignant qu’Erdogan pourrait ne pas être en mesure de se débarrasser d’un chaos imminent cette fois-ci, comme il l’avait fait auparavant.

L’agence ANHA a interviewé l’écrivain et journaliste croate Katerina Pavicicic-Ivila et le journaliste kurde Bashar Dorkut sur les dimensions des élections anticipées. Les deux ont évalué la crise dans le pays dans le cadre de cette annonce du gouvernement d’Erdogan et ont commenté la situation.

Les prochaines élections d’Erdogan incarnent les fluctuations du régime turc…. !

Commentant l’élection anticipée d’Erdogan, Katerina Pavicicic-Ivila : « Ce n’est rien de plus qu’un spectacle destiné à préserver sa main de fer et à étendre son pouvoir politique, à préserver le couvercle effondré de la démocratie – aux yeux du monde – mais qui signifie aussi cacher la position fragile et insoutenable du parti AKP, en tant que parti au pouvoir aujourd’hui« .

« Au milieu des problèmes économiques qui se profilent à l’horizon en raison de l’état d’urgence caractérisé par une inflation extrême et la violation de l’état illégal du territoire de Rojava à Afrin, en plus des crimes de guerre et des violations des droits de l’homme, qui ont tous été acceptés par les citoyens turcs, comme nous l’avons vu pendant la campagne #Tamam, et ces raisons sont certainement susceptibles de renverser Erdogan, et c’est pourquoi s’il avait attendu jusqu’en novembre 2019, cela aurait été une menace majeure ».

Erdogan restant en fonction quittera le pays dans un chaos irrémédiable

L’écrivain et journaliste croate Katrina pense que, même si Erdogan semble être un vainqueur électoral, cette victoire ne reflétera pas le pouvoir d’influence de l’AKP en raison de sa politique de persécution dans le cadre de l’état l’urgence :  « Erdogan bénéficie de l’état d’urgence et d’une opposition faible, en raison de la persécution arbitraire qui a entraîné l’arrestation et la détention de plus de 136 995 et l’arrestation de 77 524, dont le plus important est l’arrestation du coprésident du HDP, ainsi que le minimum de transparence et de manipulation du processus de vote, de sorte que cette victoire ne sera pas une force « , a-t-elle dit.

« La carrière présidentielle d’Erdogan peut se poursuivre, mais l’étape dont nous avons parlé plus haut est encore plus qu’une expression de la peur « , ajoute-t-elle,  » la peur de la perte du soutien interne causée par l’activité terroriste à la frontière en Syrie, associée à un effondrement économique imminent, laissera déjà le pays politiquement troublé dans le chaos imminent que l’AKP ne sera jamais en mesure de surmonter « .

L’AKP cherche à protéger le régime actuel, pas plus !

Pour sa part, le journaliste Bachar Dorkot, a noté la faiblesse et la peur d’Erdogan et de son parti pour les mauvaises politiques commises au cours des dernières années :  « Alors que l’État-nation et sa mentalité s’effondrent un à un au Moyen-Orient, en Palestine, au  Yémen et en Irak en passant par l’Égypte, la Tunisie et la Syrie, le gouvernement d’Erdogan s’efforce de protéger le régime actuel. Son entrée directe en Syrie du Nord et l’occupation d’Afrin et du Kurdistan et son hostilité absolue envers le peuple kurde partout dans le monde est une réaction de cette mentalité ».

L’État a commis des crimes de guerre et l’annonce d’élections anticipées a précédé toute explosion qui pourrait se produire dans le pays.

« Bien que la presse et les médias soient tous sous le contrôle du parti et que personne ne parle de ces questions, l’occupation turque des régions syriennes ouvrira la voie à d’importants problèmes.  Ils violent les lois internationales et l’occupation du territoire d’un autre pays ainsi que les crimes de guerre et les massacres à Afrin, traîneront l’État devant les tribunaux internationaux.

Quant à l’empressement d’Erdogan à organiser des élections anticipées, le journaliste Bashar Dorkot a expliqué que «le rassemblement par ce dernier de bandes de mercenaires en des points spécifiques près de leurs frontières, en les soutenant avec leur expansion dans le sud et l’ouest du Kurdistan mènera inévitablement à une crise militaire, politique, économique et sociale majeure, ainsi qu’à une crise interne suffocante due à la loi d’urgence, aux arrestations arbitraires et aux violations légales qui ont créé une grande colère parmi l’opposition publique, de sorte qu’avant toute explosion sociale possible, l’AKP cherche à gagner les élections ».

A la fin de son commentaire sur la situation politique et sociale dans l’intérieur et le nord du Kurdistan turc, le journaliste Bachar Dorkot a poursuivi : « Pour le peuple kurde et les autres opprimés turcs, ces élections sont historiques. Les crimes de l’AKP ne sont pas moins que les crimes de l’Union et de la Promotion dans le passé au Kurdistan et en Turquie, et ce parti cherche à relancer à nouveau l’Union et la Promotion, de sorte que tout le monde voit son espoir dans le HDP parce que lui seul peut changer l’équilibre et le renverser. L’opposition est également d’accord avec l’AKP et son gouvernement dans le déni et l’annihilation des Kurdes, par conséquent, les élections du 24 juin sont une occasion historique pour une force démocratique et de paix ».

http://www.hawarnews.com/en/haber/foreign-kurd-writers-journalists-comment-on-early-elections-in-turkey-h1716.html

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici