AKP : 16 ans de terreur – Première partie

0
594

Depuis que Recep Tayyip Erdoğan et l’AKP sont arrivés au pouvoir en Turquie, une histoire de guerre et de meurtres s’en est suivie.

Le président turc actuel, Recep Tayyip Erdoğan et son parti AKP sont arrivés au pouvoir en 2002 en promettant de grandes choses. En fait, le manifeste des élections de l’AKP promettait une «vision pour une nouvelle Turquie». Une vision imaginée par un «islam modéré» autoproclamé, le genre d’islam que l’Europe et généralement l’Occident aiment. Le choix du label a réussi à tromper l’Europe et l’Occident.(…) Erdoğan a appelé les intellectuels et la société civile à se joindre à lui dans ses efforts pour «améliorer la démocratie». Mais comme il s’est avéré assez tôt, les promesses ont disparu et le contraire de ce qui était prévu est arrivé.

Pourtant, l’échec et l’hypocrisie de l’AKP ne peuvent pas être mesurés uniquement en tenant les promesses qu’il a faites et en montrant que l’exact opposé a bien été mis en œuvre.

Ce qui distingue l’AKP des autres gouvernements, c’est qu’il a été responsable des pires massacres et morts.

L’AKP, plus qu’un parti, ressemble à une machine à tuer. C’est parce qu’il a décidé que pour rester au pouvoir, il ne connaîtrait aucune limite quant à la quantité de violence et de mort dont il pourrait avoir recours.

La liste des crimes commis par l’AKP est sans fin et, malheureusement, continue encore : décès en garde à vue, décès en prison, torture à l’intérieur et à l’extérieur des prisons et des postes de police …

Les organisations de la société civile et les institutions des droits de l’homme ont confirmé qu’au cours des 16 dernières années, près de 3 500 civils ont été tués par les forces gouvernementales. Plus de 700 de ces victimes étaient des enfants. 1 532 personnes ont été exécutées lors de perquisitions au domicile ou dans la rue tandis que 69 personnes ont été exécutées alors qu’elles étaient en détention préventive.

Rohan Aktaş, rédacteur du journal kurde Azadiya Welat, et Hrant Dink, rédacteur en chef du journal arménien Agos, figurent parmi les quatorze journalistes assassinés pendant les 16 ans de règne de l’AKP.

Avec l’approche des élections anticipées du 24 juin, il vaut la peine de se souvenir des crimes de l’AKP :

L’accident du train à grande vitesse

* 2004 : accident de train de Pamukova. Alors que les travaux d’infrastructure pour le train à grande vitesse entre Ankara et Istanbul n’étaient pas terminés, le train a déraillé, faisant 41 morts. Le ministre des Transports à l’époque était l’actuel Premier ministre Binali Yıldırım.

Le génocide arménien n’a pas pris fin

* 10 janvier 2007 : Hrant Dink, journaliste arménien et rédacteur en chef d’Agos, a été abattu au milieu de la rue, à Istanbul. Avant son assassinat, Dink avait été averti par le gouverneur d’Istanbul Muammer Güler des menaces venant du MIT (service de renseignement turc).

* Au cours de la même période, des assassinats ont été commis par l’Ergenekon, une organisation de type Gladio qui visait tous les opposants à l’AKP, comme le raid du Conseil d’État, le meurtre de Murat Santoro et le meurtre de missionnaires chrétiens à Malatya.

De Ceylan à Berkin

* Ceylan Önkol, fillette kurde de 12 ans, a été tuée par un obus de mortier tiré du poste de police alors qu’elle faisait paître ses animaux le 28 septembre 2009 dans le village de Şenlik dans la province d’Amed (Diyarbakır).

Le 16 juin 2013, Berkin Elvan (14 ans) est resté dans le coma pendant des mois après avoir été touché par une capsule de gaz lacrymogène de la police. Il a perdu la vie le 11 mars 2014.

Le 28 juin 2013, des soldats ont ouvert le feu contre des personnes qui protestaient contre la construction d’un poste de police à Lice, tuant Medeni Yildirim, un Kurde de 18 ans.

Aydin puis Cengiz

* Aydin Erdem, étudiant à l’université de Dicle, a été abattu dans le dos par la police lors d’une action dans la ville kurde d’Amed pour protester contre la fermeture du Parti de la société démocratique (DTP) le 6 décembre 2009.

Le frère aîné d’Erdem, Cengiz Erdem, directeur du district du DBP (parti démocratique des régions) de Kızıltepe, a été tué lorsque le véhicule dans lequel il se trouvait a été attaqué par des unités spéciales armées le 12 janvier 2016.

Şerzan Kurt

Le 12 mai 2010, Erdoğan a fait usage de la force, qui a tué Şerzan Kurt, 21 ans, étudiant à l’université Sıtkı Koçman de Muğla. La cour a réduit l’accusation de meurtre à « blessure aggravée ».

D’abord le tremblement de terre puis le gouvernement

Les 23 octobre et 9 novembre 2011, 644 Kurdes ont perdu la vie à la suite d’un tremblement de terre dont l’épicentre se trouvait à Van. Après le premier tremblement de terre, le ministre de l’Environnement et de l’Urbanisme, a déclaré aux gens de rentrer chez eux car il n’y avait pas de danger de nouveaux tremblements de terre. Après le deuxième tremblement de terre, le ministre n’a pas été forcé de démissionner.

Le bébé de 6 mois et la guerre

* Les opérations militaires ordonnées par Erdoğan contre le peuple kurde ne se limitaient pas au Kurdistan du Nord. Des avions de combat bombardant des colonies civiles à Qandil, au Kurdistan Sud, ont pris pour cible un véhicule sur la route de Kortek le 21 août 2011. Une famille de sept personnes a été brutalement assassinée, dont Solin, un bébé de 6 mois.

Le massacre de Roboski

* Le 28 décembre 2011, 34 civils kurdes, dont la plupart étaient des enfants, ont été tués dans le village d’Uludere (Qilaban) à Roboski (Ortasu) lorsqu’ils ont été touchés par des avions de combat turcs. Les villageois étaient des commerçants transfrontaliers. La justice pour Roboski est toujours recherchée et en mai 2018 la Cour européenne des droits de l’homme a ajouté la honte à l’indignation quand elle a rejeté l’appel des familles.

Le massacre de Reyhanlı

* 11 mai 2013 : 54 personnes vivant à Reyhanlı, à la frontière avec la Syrie, sous la menace des bandes djihadistes ont été tuées. C’était la plus lourde perte civile en Turquie. Erdoğan est allé à Reyhanlı seulement deux semaines après le massacre et a empêché la presse d’aller dans la région.

Mort à la frontière

Au cours de l’ère Erdoğan, les exécutions à la frontière sont devenues systématiques. Les forces de l’État turc, qui ont sécurisé l’accès aux mercenaires de Daesh au Rojava par le biais du passage VIP, ont tué 165 civils qui tentaient de traverser la frontière, affirmant qu’ils traversaient illégalement la frontière.

* Le 16 novembre 2013, la police des opérations spéciales a tué Amir Ehmed Abdullah et son frère Yasir Ehmed Abdullah, qui se rendaient à Nusaybin depuis Qamishlo (Rojava) avec Mihemed Zahicir Amir, également originaire du Rojava.

* Le 18 mai 2014, une famille de Derik au Rojava a tenté d’entrer dans la ville kurde de Cizre. Saada Darwich, une femme de 28 ans qui avait tenté de traverser la frontière avec ses deux enfants âgés de 6 et 7 ans et son père, Medhat Derviş, a été tué.

Attaques sans fin

* Lors de la révolte de Gezi en 2013, huit militants ont été tués par la police. Ils étaient : Mehmet, Abdullah, Ethem, Berkin, Ali İsmail, Hasan Ferit et Ahmet. Plus de 10 000 insurgés ont été blessés. Tayyip Erdoğan a déclaré: « J’ai donné l’ordre » à la police d’ouvrir le feu.

Le massacre de la mine de Soma

* Le 13 mai 2014, 301 mineurs ont été tués dans la catastrophe de la mine de Soma. Après le massacre Erdoğan a déclaré : « Dans cet accident, il y a la main de la nature ».

La résistance héroïque de Kobanê

* 6-7 octobre 2014: La police et les mercenaires ont agi ensemble et ont tué 54 personnes dans l’attaque contre la résistance de Kobanê.

Plus de décès des mineurs

* Le 28 octobre 2014, 18 autres mineurs ont été tués dans le massacre d’Ermenek.

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici