La journaliste kurde Nurcan Baysal reçoit le prix de Front Line Defenders

0
538

DUBLIN – La journaliste kurde Nurcan Baysal figure parmi les cinq lauréats du Prix 2018 de Front Line Defenders pour les défenseurs des droits de l’Homme en danger.

 
Front Line Defenders a annoncé aujourd’hui la nomination de Soni Sori (Inde), Nurcan Baysal (Turquie), le mouvement LUCHA (République Démocratique du Congo), La Résistance Pacifique de la Microrégion de Lxquise (Guatemala), et Hassan Bouras (Algérie) en tant que gagnants régionaux de son prix.
 
La Haute Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme, Kate Gilmore, a remis le prix à Nurcan Baysal, qui a été nommée lauréate du prix mondial 2018, lors d’une cérémonie à l’hôtel de ville de Dublin.
 
« J’accepte ce prix au nom des héros inconnus et de tous les défenseurs des droits de l’Homme en Turquie et spécialement au Kurdistan. J’accepte ce prix au nom de ceux qui continuent de lutter pour éclairer les ténèbres en Turquie. »
 
Baysal a déclaré : « Demander la paix est considéré comme un crime de terrorisme en Turquie. Des gens comme moi, qui réclament la paix et les droits de l’Homme, sont déclarés terroristes. Ai-je l’air d’une terroriste ? »
 
« Les défenseurs que nous honorons aujourd’hui travaillent dans certaines des régions les plus dangereuses du monde, sacrifiant leur propre sécurité pour réclamer pacifiquement la justice et les droits de l’homme pour leurs communautés », a déclaré Andrew Anderson, directeur exécutif de Front Line Defenders au moment des remises des prix.
 
Depuis 2005, le prix a été décerné chaque année à des défenseurs des droits de l’Homme qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la protection et à la promotion des droits de leurs communautés en s’exposant à de grands risques. Historiquement attribué à un défenseur ou à un mouvement chaque année, 2018 marque la première fois où Front Line Defenders reconnait les défenseurs de cinq pays différents en tant que gagnants régionaux. Les finalistes de 2018 et leurs familles ont été victimes d’attaques, de campagnes de diffamation, de harcèlement légal, de menaces de mort, de peines de prison et d’intimidation.
 
« Alors que les gouvernements et les entreprises tentent de délégitimer et de diffamer le travail pacifique des défenseurs des droits humains, les activistes du monde entier nous disent que la visibilité et la reconnaissance internationales sont un outil de protection essentiel », a déclaré Andrew Anderson. « Le prix démontre que ces défenseurs ont le soutien de la communauté internationale, que leurs sacrifices ne sont pas passés inaperçus et que nous sommes solidaires de leur courage implacable. »

source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici