La mère de l’internationaliste islandais Haukur Hilmarsson publie une lettre ouverte

0
784
La mère de Haukur Hilmarsson – combattant islandais des YPG tué à Afrin, Eva Hauksdóttir, a adressé une lettre ouverte aux gouvernements d’Islande et du Royaume-Uni pour les implorer « d’affronter les autorités turques sur leurs obligations envers les morts ».
 
Haukur s’est distingué à Raqqa, où il s’est élevé au grade de commandant dans le bataillon internationaliste. Après la défaite de l’État islamique dans la région, Haukur a rejoint les combats contre les forces d’invasion turques dans le nord de la Syrie. C’était à Afrin, une ville kurde qui a connu de lourdes pertes ces derniers temps, où il est finalement tombé au combat.
 
Depuis lors, la mère et les amis d’Haukur se sont plaints du manque de réponse concertée des gouvernements concernés, qui, selon eux, n’ont pas fait assez pour essayer de récupérer les restes d’Haukur et de les renvoyer en Islande.
 
Eva Hauksdóttir a maintenant publié une lettre ouverte aux gouvernements de l’Islande et du Royaume-Uni, non seulement à propos de Haukur, mais aussi au sujet du gouvernement turc et de la lutte du peuple kurde.
 
Voici sa lettre ouverte :
 
« Une lettre ouverte aux gouvernements du Royaume-Uni et de l’Islande
 
Nous ne connaissons pas le nombre exact de Kurdes tués à Afrin depuis que les forces turques ont lancé l’Opération rameau d’olivier en janvier dernier, mais il est évident que le bilan est élevé. Des milliers de combattants kurdes sont morts ou blessés. Des centaines de civils ont été tués ou blessés et des milliers ont été déplacés.
 
Alors qu’un grand nombre de familles dévastées ont fui Afrin, beaucoup d’entre elles ont été chassées de leurs maisons pour faire de la place à d’autres Syriens déplacés et persécutés. D’autres restent à Afrin, essayant d’avancer dans des circonstances sinistres. L’une des nombreuses choses qui rendent leur vie difficile est que les cadavres traînent toujours, se décomposant dans les champs et les terres agricoles. Ceci est, bien sûr, inacceptable pour des raisons sanitaires, notamment dans un endroit où l’accès des civils à l’eau a été délibérément limité (comme cela a été le cas à Afrin pendant plusieurs semaines après l’invasion turque) et où les soins de santé ne peuvent pas satisfaire les besoins de milliers de personnes blessées. Ne pas pouvoir enterrer le défunt rend le deuil des familles encore plus pénible et la pensée des civils, même des enfants, de rencontrer les corps en décomposition de leurs proches est horrifiante.
 
Selon le droit international humanitaire (par exemple, l’article 15 de la Convention de Genève de 1949 pour l’amélioration de l’état des blessés et des malades dans les forces armées sur le terrain), les parties à un conflit ont le devoir de « rechercher les morts et d’empêcher qu’ils soient dépouillés ». Apparemment, les autorités turques ne se sont pas encore acquittées de cette obligation. En outre, étant donné que les organisations humanitaires internationales n’ont eu qu’un accès limité à la zone, la Croix-Rouge n’a pas non plus été en mesure de rechercher des corps.
 
Les signataires de cette lettre sont les parents de deux volontaires internationaux, Anna Campbell d’Angleterre et Haukur Hilmarsson d’Islande, qui ont été tués à Afrin plus tôt cette année. Leurs corps n’ont pas pu être récupérés et sont probablement encore allongés sur le champ de bataille exposés aux chiens et autres animaux. Des tests ADN seront probablement nécessaires pour identifier leurs restes. Nous ne sommes pas les seules familles en dehors de la Syrie à attendre que les corps des combattants étrangers, tués à Afrin, soient retrouvés. Nous connaissons des parents dans de nombreux pays confrontés à la même agonie. L’idée que le cadavre de votre enfant gît sur le sol est déjà assez grave, mais en plus, les forces turques et leurs alliés à Afrin sont connus pour avoir violé le droit international concernant le traitement approprié des morts.
 
Selon le droit international coutumier, la maltraitance des cadavres est un crime de guerre. Pour ne citer que deux exemples frappants de tels crimes: En octobre 2015, un clip vidéo a été publié, montrant un camion militaire turc traînant le corps d’un civil kurde à travers les rues.
 
Au début, les autorités ont affirmé que la vidéo avait été truquée. Plus tard, ils ont déclaré que cette conduite était raisonnable puisqu’une bombe aurait pu être attachée au corps. Mis à part le fait qu’ils n’avaient aucune raison de penser qu’il s’agissait d’une bombe, ce type de comportement n’est certainement ni raisonnable ni acceptable, même pour un corps transportant une bombe. Un cas récent est encore plus barbare. Le 1er février de cette année, une vidéo a été diffusée sur les médias sociaux montrant le cadavre d’une combattante kurde nommée Barin Kobani. La vidéo montre plusieurs soldats bavardant et riant. Le cadavre de la fille est allongé sur le sol, il lui manque un bras. Son pantalon a été baissé, exposant ses parties intimes. Sa chemise est tirée vers le haut, mais nous ne voyons pas ses seins puisqu’ils ont été coupés. Un morceau a également été coupé de son abdomen. Un des soldats piétine son corps. Les militants appartiennent à l’armée syrienne libre, qui, avec l’EIIL, contrôlait la région, en tant qu’agents du gouvernement turc, au moment du meurtre et de la mutilation de Kobani.
 
La communauté internationale a gravement déçu le peuple kurde. Une conséquence de cela est que les laïcs du monde entier ont courageusement rejoint la résistance kurde, espérant arrêter le nettoyage ethnique, défendre les civils contre les atrocités des djihadistes et soutenir les efforts pour établir la démocratie au Moyen-Orient – toutes les tâches qui devraient être accomplies grâce à la coopération internationale des États. Beaucoup de ces volontaires ont perdu la vie dans l’invasion turque illégitime d’Afrin. Mais pour de nombreux gouvernements occidentaux, même la mort de leurs propres citoyens ne les a pas poussés à condamner l’invasion, les exceptions notables étant Angela Merkel et Emmanuel Macron. Les amis et les familles de plusieurs volontaires internationaux tués par les forces turques éprouvent maintenant l’agonie de ne pas savoir si les corps de leurs proches ont été enterrés dans des fosses communes ou s’ils sont encore en plein air. Ils sont encore plus affligés par les nombreux exemples de maltraitance des morts, par les forces qui régissent la région. Malgré le fait que les autorités turques aient négligé de rechercher les morts et de protéger les corps, les gouvernements de la plupart des pays d’origine des combattants disparus n’ont même pas pris la peine de demander au gouvernement Erdoğan s’il remplissait son obligation de rechercher les morts.
 
Les amis et les familles de la britannique Anna Campbell et de l’Islandais Haukur Hilmarsson défient les gouvernements du Royaume-Uni et de l’Islande d’affronter les autorités turques sur leurs obligations envers les morts. Demandez-leur pourquoi la Croix-Rouge n’a pas eu un accès libre et sécurisé à Afrin avant le mois de mai. Demandez-leur quand ils ont l’intention de recueillir les corps, et – si une partie de la zone a été nettoyée, où les corps doivent être trouvés. Et si vous n’obtenez pas de réponses précises et immédiates, usez de votre influence au sein de l’OTAN, du Conseil de l’Europe et des Nations Unies et faites pression sur la communauté internationale pour qu’elle respecte ses engagements au titre des Conventions de Genève et respecte le droit international humanitaire. C’est le moins que vous puissiez faire pour vos citoyens tombés au champ d’honneur, les gens qui ont pris leurs responsabilités lorsque vous, en tant que dirigeants, n’avez pas réussi à protéger l’une des nations les plus persécutées de la terre. »
 
Dirk Campbell
Eva Hauksdóttir
Hilmar Bjarnason

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici