SOHR signale de graves violations des droits de l’homme à Afrin

0
347

AFRIN – L’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR) a publié un rapport sur la situation après l’occupation d’Afrin. Le rapport souligne les violations graves commises par la Turquie et ses alliés djihadistes depuis l’invasion du centre d’Afrin le 18 mars.

Pillage, torture et changement démographique à Afrin 

Selon le rapport de la SOHR, la Turquie avait soigneusement planifié une installation à Afrin dont les résidents avaient été chassés. Aucune pitié a été montrée contre ceux qui sont restés, a indiqué le rapport. La ville n’était qu’un fantôme : des maisons et des bâtiments vides tandis que les gangs alliés à la Turquie pillaient et détruisaient des boutiques et des maisons. L’Observatoire a indiqué qu’il suffisait de marquer avec de la peinture les bâtiments publics qui ont été rapidement transformés en propriétés privées.

Des centaines de milliers de civils ont été déplacés de force alors que d’autres personnes sont arrivées à Afrin : ce sont les familles des djihadistes qui ont été amenées dans la ville kurde depuis Alep et la Ghouta orientale, selon le rapport.

Le rapport critique également les Nations Unies pour ne pas avoir écouté et réagi rapidement à la situation dramatique des centaines de milliers de civils qui ont été forcés de quitter leurs maisons à Afrin. Le camp Shebha a été mis en place pratiquement sans aide d’organisations internationales par la même auto-administration d’Afrin.

L’Observatoire a également confirmé que de nombreux bâtiments publics ont été transformés en bases militaires ou en centre de torture.

Le rapport confirme que les jeunes Kurdes ont été emmenés dans des centres sous le contrôle de la Turquie pour être interrogés par les forces d’occupation. Ils ont été torturés, battus et insultés. Ils ne peuvent être libérés que s’ils paient d’énormes sommes d’argent.

source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici