Les déplacés d’Afrin & ceux restés à Afrin souffrent de la tragédie de l’exil & de la barbarie des forces qui ont envahi Afrin

0
288

Les personnes déplacées d’Afrin et celles qui y sont restées souffrent de la tragédie de l’exil et des violations continues des forces occupantes de l’armée turque & de ses jihadistes alliés.

Les conditions humanitaires tragiques se détériorent jour après jour, avec les violations en cours dans la région d’Afrin, ses campagnes et la campagne septentrionale d’Alep.

Plusieurs sources fiables ont déclaré à l’Observatoir syrien des droits de l’homme (SOHR) que les forces turques et les forces de l’opération « Rameau d’olivier » arrêtent des jeunes hommes dans leurs maisons ou dans leurs lieux de présence et les emmènent dans des centres de détention dans le cadre de leur harcèlement continu contre les civils. Les forces attaquent les maisons et les fouillent sur la base de revendications de recherche de « personnes recherchées et de cellules dormantes des forces kurdes ».

Ces violations dans la région d’Afrin viennent après le pillage des maisons et des biens des citoyens, des installations publiques dans la ville d’Afrin et ses campagnes, tandis que la situation humanitaire se détériore jour après jour, au milieu des conditions de vie tragiques de centaines de milliers de civils, qui ne sont pas autorisés à retourner dans leurs maisons, tandis que les parties internationales et les organisations humanitaires et de secours continuent de fermer les yeux sur les personnes déplacées d’Afrin. Les forces du régime empêchent également les personnes déplacées de se rendre dans la ville d’Alep, tandis que les personnes déplacées doivent payer beaucoup d’argent pour traverser vers la ville d’Alep.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a publié il y a quelques jours que la souffrance des populations de la région d’Afrin continue sous diverses formes, où la situation humanitaire les unit tous les deux, ce qui s’aggrave de jour en jour, c’est la région de Tal Rifaat où des centaines de milliers de civils ont été déplacés, ainsi que la campagne nord d’Alep, ou ceux qui sont restés dans les villages et les villes de la région d’Afrin et de la ville d’Afrin, au milieu d’un silence international et d’un black-out médiatique sur cette catastrophe humanitaire, ont informé l’Observatoire syrien des droits de l’homme qu’il est encore inconnu ; Le sort de dizaines de citoyens arrêtés par les forces turques et les factions rebelles et islamistes de l’opposition syrienne qui participent à l’opération « Rameau d’olivier », ainsi que des civils de la région ont déclaré que les forces turques et les factions continuent de faire des raids dans les maisons et d’arrêter des citoyens pour « association avec les forces kurdes et le Parti de l’Union démocratique », »où ils sont transférés dans des lieux inconnus, tandis que le harcèlement est mené contre les personnes restées, où les locaux ont confirmé que certaines familles se dirigeaient vers Afrin et des zones contrôlées par les forces d’opération « Rameau d’olivier » ; dans les zones de la campagne septentrionale d’Alep à la suite des attaques répétées de ces forces qui contrôlent la ville et la campagne d’Afrin, où des centaines de milliers de civils continuent de souffrir tandis que les organisations internationales et de secours et les Nations Unies ferment les yeux sur leurs appels, au milieu de la diminution de la nourriture et des services qui leur sont fournis, tout en les empêchant de retourner dans la région d’Afrin en ce moment.

L’Observatoire syrien a publié il y a quelques jours que les forces turques et la faction d’opposition syrienne, opérant dans le cadre de l’opération « Rameau d’olivier » lancée par la Turquie le 20 janvier 2018, n’en ont pas eu assez avec le pillage d’Afrin et de ses campagnes et le transfert des biens à leurs zones de contrôle, qu’ils se sont installés dans les maisons des civils, qui ont été déplacés de leurs villages et villes. Ils n’ont pas seulement harcelé les citoyens en coupant l’électricité et les services d’eau dans de nombreuses régions et en prenant d’assaut les maisons et les pillages, mais ils ont aussi manipulé les médias turcs.

Le SOHR a reçu une copie d’une vidéo diffusée par la chaîne de télévision turque, montrant un correspondant de télévision s’adressant à des civils d’Afrin, qui parlent en kurde en disant « nous ne voulons pas de scènes armées à Afrin, parce que l’armée libre (syrienne) à Afrin sont des voleurs, des spoilers et des terroristes, qui ont volé nos maisons et attaqué nos femmes. Ils ont violé 3 filles de moins de 15 ans hier« , mais le traducteur a modifié la traduction et a faussement cité l’homme âgé en disant « nous ne voulons pas que les unités kurdes parmi nous à Afrin. Ils sont des étrangers et sont venus récemment à Afrin et ont pillé nos propriétés et ils voulaient harceler nos femmes« . Cette modification des paroles des populations d’Afrin s’accompagne d’une interdiction pour les civils de retourner dans leur région.

Le SOHR a publié plus tôt que la communauté internationale continue de fermer les yeux sur la tragédie des personnes déplacées d’Afrin, d’ignorer, avec les organisations humanitaires, des centaines de milliers de personnes de la région d’Afrin, sans leur fournir les composantes principales les plus simples nécessaires à la vie, où des centaines de familles restent encore à l’air libre au milieu du mauvais temps, où les citoyens ont de nouveau informé l’Observatoire syrien des droits de l’homme que les factions opérant dans le cadre de l’opération « Rameau d’olivier » ainsi que les forces turques, continuent de les empêcher de revenir, car des centaines de familles, après avoir vécu dans des conditions humanitaires catastrophiques, ont décidé de retourner leurs villages contrôlés par les forces de l’opération « Rameau d’olivier », mais les points de contrôle des forces turques et des factions les ont empêchés de traverser, où des centaines de citoyens se trouvent encore près de ces points de contrôle pour tenter d’entrer et de retourner dans leurs villages.

Ce retour escalade les craintes sur la vie des citoyens, à la lumière de l’absence de tout mouvement international ou humanitaire pour arrêter cette catastrophe humanitaire après que des sources croisées ont informé l’Observatoire syrien des droits de l’homme que les arrestations se poursuivent toujours par les forces turques et les factions d’opposition syriennes, contre les citoyens de la région d’Afrin, de sont toujours dans leurs maisons, comme après le pillage et le vol des biens et des machines des citoyens et le logement dans les maisons de ceux qui ont été déplacés de la région à la suite de l’attaque turque, des sources concordantes ont informé le SOHR que des citoyens ont été arrêtés et soumis à des insultes par les forces turques, ce qui a intensifié les craintes de ces personnes désireuses de rentrer chez elles, au milieu des demandes locales et des appels à travers l’Observatoire syrien des droits de l’homme après des Nations Unies et les parties internationales pour déplacer et aider des centaines de milliers de personnes déplacées de leurs villes et villages et ceux qui fuyaient l’attaque turque dans le cadre de l’opération « Rameau d’olivier ».

Article d’origine :

http://www.syriahr.com/en/?p=88669

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici