AccueilMoyen-OrientIranL'exécution de Kurdes par la République islamique d'Iran

L’exécution de Kurdes par la République islamique d’Iran

IRAN / ROJHILAT – Au cours de la dernière décennie, les tensions entre le gouvernement central iranien et sa minorité kurde ont augmenté, à mesure que les inégalités économiques et l’oppression culturelle et ethnique augmentaient. En particulier, depuis le début du soulèvement de septembre 2022 contre la République islamique, qui s’est propagé du Kurdistan à tout l’Iran après le meurtre de la jeune fille kurde de 22 ans, Jina (Mahsa) Amini, le régime iranien a intensifié sa répression contre la minorité kurde.

« Jîna giyan, to namirî, nawit ebête remiz » (« Jina, mon âme. Tu ne mourras pas. Ton nom deviendra un symbole »), tels sont les mots kurdes gravés sur la pierre tombale de Jina Amini par sa famille, quelques jours avant elle est devenue le symbole national de la révolution contre la République islamique d’Iran.

Le « Ferman » de Khomeiny contre les Kurdes les hante toujours après 43 ans

Espérant obtenir une plus grande autonomie sous le règne de l’ayatollah Ruhollah Khomeini, les Kurdes ont initialement soutenu la révolution de 1979, comme de nombreux autres Iraniens l’ont fait. Cependant, ils se sont rapidement révoltés contre le nouveau régime car leurs demandes de droits humains et ethniques fondamentaux ont été rejetées.

En août 1979, Khomeiny a publié un firman (« décret »), autorisant le massacre du peuple kurde, que Khomeiny appelait koffar (« mécréants »). Une campagne militaire pour exercer un contrôle sur la région kurde entre 1979 et 1983 a fait près de 10 000 morts (près de 1 200 d’entre eux étaient des prisonniers politiques et ont été exécutés). Des villes et des villages kurdes entiers ont été fermés pour forcer les Kurdes à se soumettre. De plus, la langue kurde et les partis politiques kurdes – que Khomeiny appelait « les partis de Satan » – ont été interdits.

Il convient de noter qu’au cours de ces années, l’ayatollah Sadeq Khalkhali, qui a été nommé par Khomeiny à la tête du tribunal révolutionnaire islamique et était connu pour sa haine publique des Kurdes, a été surnommé le « juge des pendaisons » car il avait condamné à mort un nombre incalculable de Kurdes pour écraser le soulèvement kurde contre la République islamique.

De plus, en 1980, Qassem Soleimani, qui n’avait alors que 23 ans, a reçu le commandement d’une force de volontaires de sa province natale de Kerman, qui est devenue la 41e division Tharallah du CGRI. Cette division nouvellement formée a été déployée dans la province iranienne du Kurdistan. C’est ici que Soleimani a acquis une expérience de guerre de première main et s’est fait connaître pour son rôle dans la répression du soulèvement kurde.

Le firman de Khomeiny a toujours des répercussions sur la façon dont le gouvernement central iranien traite le Kurdistan. Au cours des quatre dernières décennies, les Kurdes d’Iran ont été confrontés à une discrimination intersectionnelle et ont été opprimés à la fois pour leurs origines religieuses (la majorité des Kurdes d’Iran sont sunnites) et ethniques.

Un rapport de l’ONG Iran Human Rights (IHR) a déclaré: « La majorité absolue des personnes exécutées en raison de leur appartenance politique appartiennent à des groupes ethniques minoritaires, et en particulier à la minorité kurde. Un aperçu des rapports de l’ONG IHR entre 2010 et 2021 montre que parmi les 137 parmi les personnes exécutées pour affiliation à des groupes politiques et militants interdits, il y avait 70 Kurdes (51%), 38 Baloutches (28%) et 21 Arabes (15%). De plus, la plupart des membres de ces groupes exécutés étaient des musulmans sunnites. »

L’ONG Hengaw, basée en Norvège, a également rapporté : « Selon le rapport annuel d’Amnesty International sur les exécutions en 2021, à l’exception de la Chine, où le nombre d’exécutions est inconnu, au moins 597 prisonniers ont été exécutés dans 17 autres pays. » En comparant les statistiques de cette organisation avec les statistiques de Hengaw, on peut dire que plus de 8,2% de toutes les exécutions dans le monde l’année dernière concernaient des citoyens kurdes en Iran… Selon des statistiques publiées précédemment par Hengaw, en 2021, au moins 48 prisonniers kurdes ont été exécutés dans les prisons iraniennes, ce qui, par rapport aux statistiques d’Amnesty International, montre que… 15,3 % de toutes les exécutions en Iran étaient des citoyens kurdes.

Concernant l’année 2022, Hengaw a déclaré: « Au moins 52 citoyens kurdes ont été exécutés et plus de 2 212 personnes ont été arrêtées, dont 155 ont été jugées et condamnées à mort, à l’emprisonnement et à la flagellation. »

L’exécution de plusieurs Kurdes début 2023

Dans les premiers jours de 2023, la République islamique a exécuté plusieurs prisonniers kurdes, après avoir été jugés dans des procès fictifs avec des aveux forcés.

Le 4 janvier, les détenus kurdes suivants ont été pendus à l’aube : Farhad Karimi, de Paveh, accusé de « meurtre avec préméditation », a été exécuté à Kermanshah ; et Saadullah Karimi Sirini, 42 ans, de Kermanshah, également accusé de « meurtre avec préméditation ».

Le 5 janvier, le détenu kurde suivant a été pendu dans la matinée : Rostam Abbaszadeh, 45 ans, marié et père de famille, de Selmas, accusé de possession de drogue, exécuté à la prison Ghezel Hesar de Karaj.

Le 9 janvier, les détenus kurdes suivants ont été pendus à l’aube : Rashid Lawandpour, d’Ourmia, ses accusations étaient liées aux « stupéfiants », a été exécuté à la prison Rajaei Shahr à Karaj ; et Khaleq Khizirzadeh, 32 ans, de Piranshahr, ses accusations étaient liées aux « stupéfiants », a été exécuté à Bandar Abbas, sur la côte sud de l’Iran, à près de 2 000 kilomètres de sa ville natale et de sa famille.

Le 10 janvier, le détenu kurde suivant a été pendu dans la matinée : Peyman Arab Gicheh, d’Ourmia. Ses accusations étaient liées aux « stupéfiants » et il a été exécuté au pénitencier central de Karaj.

Les détenus susmentionnés avaient été arrêtés au cours des dernières années. Certains d’entre eux ont été inculpés de « meurtre délibéré » et d’autres de « possession de drogue » sans avoir bénéficié d’un procès équitable. Hengaw a écrit : « Une source bien informée dit que Farhad Karimi a été appréhendé et condamné à mort il y a trois ans… pour un meurtre qu’il n’a pas commis. » Hengaw a également rapporté que la nouvelle des exécutions de Rashid Lawanpour et Khaleq Khizirzadeh n’a pas été annoncée dans les médias officiels de la justice iranienne.

L’exécution des détenus a eu lieu alors que les autorités pénitentiaires les avaient privés de la dernière rencontre avec leurs familles. Dans le cas de Rostam Abbaszadeh, le 4 janvier, le directeur de la prison a menti aux membres de sa famille en leur disant qu’il avait obtenu un sursis à son exécution, mais il a été pendu le lendemain à l’aube. Il convient de noter que Rostam Abbaszadeh a été arrêté avec Mehdi Asgari, un père de deux enfants de 32 ans originaire de Téhéran qui a également été pendu le 5 janvier à la prison Ghezel Hesar de Karaj. Les deux prisonniers ont été accusés de possession de drogue.

Le 11 janvier 2023, à l’aube, deux citoyens kurdes, Azad Dadvand, 40 ans, de Sardshat et Kaiwan Amini Tawakeol, 42 ans, de Baneh, ont été exécutés à la prison centrale d’Arak après avoir été inculpés de délits connexes à la drogue. Hengaw a rapporté qu’en plus de ces deux détenus, trois autres hommes dont l’identité n’a pas été confirmée ont également été condamnés à mort pour des crimes liés à la drogue.

Exécutions de Seyed Mohammad Hosseini et Mohammad Mehdi Karami

Le 7 janvier 2023, l’Iran a pendu Seyed Mohammad Hosseini, entraîneur bénévole d’enfants de 39 ans, et Mohammad Mehdi Karami, champion de karaté kurde de 22 ans, pour avoir participé au soulèvement contre la République islamique.

Ils ont tous deux été condamnés à mort par pendaison pour leur implication présumée dans le meurtre du membre du Basij Ruhollah Ajamian, décédé lors d’une manifestation contre le régime le 3 novembre 2022 à Karaj. Le 3 novembre était le 40e jour de deuil pour Hadith Najafi, une femme de 22 ans qui a été tuée par le régime.

Quinze personnes ont été jugées pour la mort d’Ajamian (bien que le quotidien Shargh ait rapporté qu’elles étaient 16). Ils ont été condamnés à mort avec le Dr Hamid Ghare-Hassanlou, Hossein Mohammadi et Reza Aria. L’épouse du Dr Ghare-Hassanlou, Farzaneh, et trois mineurs – Mehdi Shokrollahi, Arian Farzamnia et Amir-Mehdi Jafari – ont été condamnés à de longues peines de prison. Le 3 janvier, les médias iraniens ont rapporté qu’Amir Hashemi, le directeur des relations publiques de la Cour suprême, avait informé sur Twitter que, sur la base de la décision du tribunal, les condamnations à mort de Hamid Ghare-Hassanlou, Hossein Mohammadi et Reza Aria « étaient révoquées en raison d’une faille dans l’enquête. »

Mohamed Hosseini

Certains médias kurdes suggèrent que Seyed Mohammad Hosseini était kurde. Cependant, il n’y a aucune information sur son origine ethnique, car ses parents sont morts il y a des années et son frère est détenu en prison. Par conséquent, il n’y avait personne qui pouvait parler de lui et suivre son état.  On sait qu’il est né à Karaj, le 22 février 1983, mais ses parents étaient originaires de Tonekabon, province de Mazandaran. Certains utilisateurs des réseaux sociaux ont déclaré qu’il était un ouvrier avicole, gagnant environ 6 millions de tomans par mois, et qu’il voyageait quotidiennement entre Qazvin et Karaj pour gagner sa vie, en plus d’être un bénévole enseignant les arts martiaux aux enfants.

« L’histoire de Seyed Mohammad Hosseini est si triste. Il a perdu ses deux parents. Il visitait leurs tombes tous les jeudis. Il entraînait des enfants gratuitement », a écrit sur Twitter le politicien allemand Ye-One Rhie, qui a défendu son cas. Elle a déclaré que Hosseini avait été arrêté alors qu’il se rendait sur les tombes de ses parents, situées dans le cimetière du quartier de Behesht Sakineh à Karaj, où Ruhollah Ajamian, un membre du Basij, a été tué.

Seyed Mohammad Hosseini a été accusé de « corruption sur terre » (Ifsad fi al-Arz). Concernant le procès, Ali Sharifzadeh Ardakani, l’avocat d’Hosseini, a tweeté : « J’ai rencontré Seyed Mohammad Hosseini à la prison de Karaj inconscient. [il avait été battu] sous la plante de ses pieds et sur plusieurs parties du corps avec une tige de fer. Il n’y a aucune validité juridique aux aveux d’un homme qui a été torturé. »

Il convient de noter qu’Ali Sharifzadeh Ardakani n’a pas été autorisé à représenter Hosseini dans le processus d’appel de la peine de mort. « C’est une violation flagrante des droits d’une personne condamnée à mort », a-t-il tweeté le 15 décembre.

Après avoir été exécuté, Mohammad Hosseini n’avait pas de famille immédiate pour recevoir son corps. Il a été enterré à côté de la tombe de Mohammad Mehdi Karami à Eshtehard, Alborz. La famille de Mehdi s’est rendue sur la tombe d’Hosseini, a allumé des bougies et déposé des fleurs à sa mémoire.

Mohamed Mehdi Karami

Mohammad Mehdi Karami, un champion de karaté kurdo-iranien de 22 ans originaire de Bijar, dans la province du Kurdistan, et habitant de Nazarabad, ville de Karaj. Il a été accusé d’Ifsad fi al-Arz (« corruption sur terre »). Les médias ont rapporté que Karami avait dit à sa famille qu’il avait subi « de graves tortures physiques, sexuelles et psychologiques ». Iran International a également déclaré que des agents du régime l’avaient harcelé sexuellement pendant sa détention et « avaient menacé de le violer en touchant ses organes génitaux ». 

En outre, le compte Twitter 1500 Tasvir, qui est géré par des militants, a rapporté qu’au moment de son arrestation, « il a été battu si violemment qu’il était inconscient, et les forces gouvernementales ont pensé qu’il était mort et ont jeté son corps près de la cour de Nazarabad, mais quand ils sont partis, on a découvert qu’il était toujours en vie. »

Karami s’est vu refuser le droit d’accéder à son avocat pendant sa détention et même pendant l’audience. Il a été rapporté que Karami avait dit à son père : « Papa, ils ont rendu les verdicts. On m’a condamné à mort… Ne dis rien à maman. »

Les parents ont tenté de plaider auprès de la justice afin d’épargner la vie de leur fils. « Je suis Mashallah Karami, père de Mohammad Mehdi Karami », a déclaré le père dans une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux, avec sa femme. « Je demande respectueusement à la justice, je vous en prie s’il vous plaît, je vous demande… de retirer la peine de mort dans le procès de mon fils. » Cependant, le 7 janvier 2023, Karami a été exécuté par pendaison.

Un rappeur kurde a tenté de se suicider en prison

Saman Teimur Seydi, également connu sous le nom de Saman Yasin, est un rappeur, auteur-compositeur et compositeur kurdo-iranien de 24 ans originaire de Kermashan qui vit à Téhéran avec sa famille. Yasin n’a pas été arrêté sur les lieux des manifestations ; il a été violemment enlevé par les forces de sécurité du régime au domicile d’un ami à Téhéran à 4 ou 5 heures du matin le 2 octobre 2022, trois jours après son anniversaire. Il a été emmené à la prison de Fashafouyeh, également connue sous le nom de pénitencier central du Grand Téhéran, puis transféré à la tristement célèbre prison d’Evin à Téhéran le 10 octobre.

Sa famille n’a pas su où il se trouvait jusqu’à ce que la procédure judiciaire télévisée soit diffusée le 29 octobre, près d’un mois après son arrestation. Le 9 novembre, Yasin a entamé une grève de la faim pour protester contre le refus d’accès à sa famille et contre l’incertitude de sa situation à Evin. Le deuxième jour de sa grève de la faim, le bureau du procureur de la sécurité basé à la prison d’Evin à Téhéran a contacté sa famille et ils ont réussi à le rencontrer. Le 24 novembre 2022, il retrouve sa famille, pour la dernière fois depuis son arrestation. Fin novembre, Yasin a été transféré à la prison de Rajaei Shahr dans la ville de Karaj.

Des groupes de défense des droits humains affirment que Yasin a été torturé en détention pour lui arracher des aveux. Selon l’ONG Kurdistan Human Rights Network (KHRN), « Saman Yasin a été soumis à de graves tortures physiques et mentales pour faire une confession télévisée. tortures que cet artiste kurde a subies pendant cette période. Apparemment, à la suite de cette torture, il a été contraint de faire des aveux à la télévision. »

Le 29 octobre, les agences de presse d’État iraniennes ont rapporté qu’une audience avait eu lieu pour plusieurs manifestants arrêtés, parmi lesquels Saman Yasin, à la 15e branche du Tribunal révolutionnaire islamique, présidée par Abolqasem Salavati et sans la présence de membres de la famille ou d’avocats. Le même jour, une vidéo des aveux forcés de Yasin a été diffusée par les médias d’État.

Au cours de l’audience, Salavati a accusé Yasin d’avoir tenté de tuer des membres des forces de sécurité, alléguant qu’il apparaît dans une vidéo tirant trois fois en l’air avec une arme à feu. Salavati, connu sous le nom de « juge des pendaisons » et de « juge de la mort » parce qu’il a condamné des centaines de personnes à mort à la prison d’Evin, a en outre accusé Yasin d’avoir endommagé des biens publics, chanté des chansons antirévolutionnaires et soutenu les « émeutes ».

L’agence de presse Mizan, le média officiel de la justice iranienne, a annoncé le 29 octobre que Saman Seydi (Yasin) avait été accusé de moharebeh (« guerre contre Dieu ») et de « rassemblement et collusion avec l’intention d’agir contre la sécurité de la pays. »

Bien que la nouvelle de la condamnation à mort de Yasin ait été publiée par des agences de presse et des organisations de défense des droits humains, elle n’a pas été officiellement annoncée par les médias d’État iraniens en raison de la sensibilité de cette affaire, c’est-à-dire de son origine kurde. Le régime craint qu’une annonce publique de sa condamnation à mort ne fasse que déclencher davantage de manifestations anti-régime au Kurdistan iranien.

Cependant, le 8 décembre, l’Organisation Hengaw pour les droits de l’homme a rapporté que Yasin avait été condamné à mort par la branche 15 du tribunal révolutionnaire islamique de Téhéran et que la condamnation avait été officiellement annoncée à la famille. Il a ajouté que le transfert soudain de Yasin d’Evin à la prison de Rajaei Shahr et la possibilité de son exécution imminente ont suscité l’inquiétude de sa famille.

Le 20 décembre, Yasin a tenté de se suicider en prenant des pilules en raison de ses dures conditions de détention dans la prison de Karaj ; il a été emmené à l’hôpital pour se faire pomper l’estomac, a repris conscience et a été renvoyé en prison.

Le 24 décembre, les médias ont annoncé que l’appel de Yasin contre sa condamnation à mort avait été accepté. Il attend maintenant un nouveau procès. Entre-temps, le Réseau des droits de l’homme du Kurdistan a signalé qu’il souffrait d’un trouble respiratoire causé par la torture. « Lors de l’interrogatoire dans le quartier 241 de la prison d’Evin à Téhéran, Saman a été torturé pour faire des aveux forcés. Au cours d’une séance d’interrogatoire, l’un des interrogateurs a inséré un stylo dans son nez, provoquant une déchirure dans la cavité nasale gauche de Saman », a déclaré une source. Depuis environ un mois, Yasin souffre de saignements de nez et d’un trouble respiratoire qui s’aggrave la nuit. Néanmoins, les autorités iraniennes « ont refusé de l’envoyer dans un hôpital extérieur à la prison pour un contrôle et un traitement ».

L’appel d’un autre manifestant, Mohammed Ghobadlou, a été rejeté. Ghobadlou, ainsi qu’un autre manifestant, Mohammad Boroughani, courent un risque imminent d’exécution.

Six manifestants kurdes accusés de « guerre contre Dieu » condamnés à mort à Shino

Farzad Tahazade et Farhad Tahazade, deux frères kurdes d’Oshnavieh (Shino), dans la province d’Azerbaïdjan occidental, ont été arrêtés par les forces de sécurité respectivement le 25 septembre et le 13 novembre pour avoir participé aux manifestations. Tous deux ont été accusés de moharebeh (« guerre contre Dieu ») et ont été condamnés à mort par le tribunal révolutionnaire d’Ourmia.

Le Parti de l’égalité du Kurdistan (KYK), un parti politique kurdo-iranien, a déclaré dans un communiqué que la peine avait été prononcée sans procès par le juge Qazi Ali Sheiklo de la branche 2 du tribunal révolutionnaire d’Ourmia.

Shahla Peighami, la mère des deux frères, a lancé un appel pour sauver ses fils dans une vidéo le 14 décembre. « Pour l’amour de Dieu, venez en aide à mes fils, ils sont tous les deux innocents. Ils ont été condamnés sans procès sans aucune preuve, ils ont été torturés, mes fils sont jeunes et leurs enfants les attendent », a-t-elle déclaré.

Après le partage de la vidéo sur les réseaux sociaux, Peighami a été convoquée pour des interrogatoires afin de faire pression sur elle pour qu’elle cesse de sonner l’alarme sur les cas de ses enfants.

La politicienne française, Sophie Taillé-Polian, et un membre du parlement allemand, Hakan Demir, ont assumé le parrainage politique de Farzad et Farhad, dont les exécutions pourraient être imminentes. Demir a exhorté l’ambassadeur d’Iran en Allemagne à arrêter l’exécution, affirmant que « les deux frères ne seront pas exécutés ». Taillé-Polian a écrit dans un tweet en décembre : « La communauté internationale doit rompre son silence, le gouvernement français doit agir avec fermeté. Je porte la voix des frères Farzad et Farhad Tahazadeh condamnés à mort pour avoir participé à des manifestations. »

Le 14 décembre, l’Organisation des droits de l’homme Hana a rapporté que le tribunal révolutionnaire d’Ourmia avait condamné à mort quatre autres manifestants de la ville d’Oshnavieh, qui avaient été arrêtés lors des manifestations à l’échelle nationale.

Les noms des quatre citoyens menacés d’exécution pour moharebeh (« guerre contre Dieu ») sont : Karvan Shahiparvaneh, 23 ans ; Hajar Hamidi, 35 ans ; Shahram Maarouf Molla, 22 ans ; et Reza Islamdoost, 24 ans.

Il convient de noter que le chef du pouvoir judiciaire de la province iranienne de l’Azerbaïdjan occidental continue de réfuter « les affirmations selon lesquelles six manifestants d’Oshanvieh auraient été condamnés à mort ». Cependant, selon l’Organisation Hengaw pour les droits de l’homme, l’avocat commis d’office pour Farhad Tahazade et Farzad Tahazade a dit à leur mère que la condamnation à mort de leurs fils avait été confirmée.  L’agence de presse Firat a rapporté que la peine de mort avait été prononcée pour ces six prisonniers kurdes en leur absence. On ne sait pas non plus où ils ont été transférés de la prison d’Ourmia. L’incertitude quant à leur état fait craindre qu’ils ne soient bientôt exécutés.

Quatre prisonniers politiques kurdes auraient déjà été exécutés

Le 23 juillet 2022, alors qu’ils faisaient de l’activisme politique à Ourmia, quatre membres du parti laïc et social-démocrate Komala du Kurdistan iranien ont été arrêtés par les forces du ministère iranien du Renseignement, les accusant d’être liés au Mossad . Ils ont été accusés d' »espionnage » contre la République islamique. Leurs noms sont : Pejman Fatihi, 28 ans, de Kamiyaran ; Vafa Azarbar, 27 ans, de Bukan ; Mohsen Mazloom, 28 ans, de Mahabad ; et Mohammad Hazhir Faramarzi, 28 ans, de Dehgolan.

Les agences de presse affiliées au gouvernement ont déclaré : « Ces individus (des agents liés au Mossad) avaient identifié un centre sensible à Ispahan [abritant le plus grand complexe de recherche nucléaire polyvalent d’Iran], y avaient placé des explosifs puissants, et il ne restait que quelques heures avant l’explosion », lorsqu’ils ont été arrêtés.

Le média basé à Londres, Iran International, a rapporté : « Le ministère [du renseignement de la République islamique] a allégué qu’ils avaient été directement choisis par [le chef de Komala] Abdullah Mohtadi et avaient été présentés au Mossad, ajoutant qu’ils avaient transféré de grandes quantités d’équipements et d’explosifs à l’Iran à travers la région autonome du Kurdistan irakien. » 

Cependant, l’accusation selon laquelle ils se trouvaient à Ispahan est contredite par le fait qu’ils étaient détenus dans le village de Yengejeh dans le Soma et le Bradost d’Ourmia, dans le nord-ouest de l’Iran.

Un membre de la famille d’un des détenus a également déclaré dans un entretien avec l’ONG KHRN : « Contrairement aux affirmations du ministère du Renseignement, ces personnes ont été envoyées à Ourmia uniquement pour effectuer un travail organisationnel et politique et n’ont pas avoir des armes avec eux. » 

Hengaw a écrit que la radiodiffusion de la République islamique d’Iran (IRIB) a diffusé les « aveux forcés » des quatre prisonniers politiques pour la deuxième fois le 5 décembre 2022, dans lesquels il est évident que les quatre membres du Komala ont été gravement torturés. « Les signes d’une torture brutale sont clairement visibles dans la vidéo des aveux forcés de ces citoyens, et ce numéro met en lumière les circonstances précaires de leur détention », a écrit Hengaw.

En décembre 2022, la jeune épouse de Mohsen Mazloom, Joanna Taimasi, publie une vidéo déclarant : « Plus de quatre mois se sont écoulés depuis l’arrestation de mon mari et de ses trois amis, et malgré les appels fréquents des familles et de leurs avocats… le régime iranien n’a donné aucune réponse à leurs familles et les a même menacées et interrogées. Après 80 jours sans connaître le sort et la santé physique [des quatre prisonniers politiques], des aveux forcés ont été diffusés par les médias du régime… Mohsen, Pejman, Vafa et Mohammad sont dans la situation la plus difficile depuis plus de quatre mois. 

La torture physique et mentale de ces quatre prisonniers politiques kurdes se voit clairement dans leurs aveux forcés… S’il vous plaît, aidez ces quatre prisonniers politiques kurdes et ne laissez pas la dictature de la République islamique qui prononce en silence des peines injustes pour des proches devant les tribunaux. Je exigez un procès équitable pour mon mari et ses trois amis en présence de leurs familles et d’un avocat indépendant. S’il vous plaît, soyez notre voix. »

Le parti Komala a déclaré que « la République islamique soulève de telles fausses accusations, afin de les utiliser comme prétexte pour poursuivre la répression de la minorité kurde et dans le cadre de la propagande contre les luttes justes du peuple iranien ». 

Dans un communiqué, le Réseau des droits de l’homme du Kurdistan a déclaré : « Les agences de sécurité de la République islamique d’Iran ont répété des scénarios fictifs en tentant de relier les membres détenus du Komala au Mossad israélien, suscitant des inquiétudes quant à leur sort ». 

La Campagne pour la libération des prisonniers politiques en Iran (CFPPI) a également écrit : « Le 27 juillet, le ministère du Renseignement du régime islamique a fait une fausse déclaration selon laquelle ces quatre militants seraient membres d’une « équipe terroriste envoyée en Iran par l’organisation de renseignement israélienne [MOSSAD]» pour effectuer des explosions et des sabotages. Ce type de faux procès contre des prisonniers politiques est très courant et souvent utilisé par le régime islamique pour arrêter et exécuter des militants politiques.

« La fausse accusation de « coopération et communication avec Israël »… est passible de la peine de mort. Le régime en Iran, intentionnellement, lie ces militants au Mossad en créant ces accusations sans fondement contre eux…

Ces quatre militants politiques ne sont pas autorisés à contacter leurs familles et les familles ne connaissent pas leur situation ni où ils se trouvent. En gardant ces familles dans l’ignorance, le régime fait pression sur elles pour qu’elles ne parlent pas de leurs enfants emprisonnés. Sur les cas précédents, ces détenus sont sévèrement torturés pour les forcer à faire des aveux forcés. Le régime utilise ensuite les aveux forcés pour condamner chacun de ces militants soit à la peine capitale, soit à une longue peine de prison. C’est aussi une autre tentative du régime islamique d’augmenter encore le nombre de forces de sécurité et leur présence dans la province du Kurdistan en Iran, d’où sont originaires ces quatre militants, afin de faire face aux manifestations à venir.

Le 6 décembre 2022, Radio Farda a rapporté que la rediffusion de leurs aveux forcés par les médias d’État avait fait craindre que les quatre prisonniers kurdes aient été exécutés.

Le 8 décembre, Joanna Taimasi, l’épouse de Mohsen Mazloum, écrivait dans un tweet que son mari « aime la vie et comme toute personne éprise de liberté veut un monde égalitaire sans discrimination de la part du régime. » Elle a déclaré qu’elle tenait la République islamique « responsable de la vie de mon mari et de ses trois amis ».

La mère de Pejman Fatihi, Afsane Yousefi, a également plaidé dans une vidéo pour la libération et les droits de son fils. [49]Elle a déclaré : « Cela fait six mois que les services de renseignement [iraniens] ont arrêté mon fils. Je suis allée dans tous les services de renseignement et dans toutes les prisons, mais ils ne m’ont pas dit la vérité… J’ai un cancer. Pejman n’a pas de père, pas de frère, et aucun parent pour suivre son affaire. Sa femme et son enfant errent et attendent. Je demande aux gens du monde et aux associations de défense des droits de l’homme, et à quiconque peut faire n’importe quoi, de défendre mon fils. Mon attente de la part de la communauté islamique République est que mon fils m’appellera ou le rencontrera et me le montrera. Je veux savoir s’il est vivant et qu’ont-ils fait de lui. Laissez-moi le rencontrer. Permettez-moi d’appeler mon fils pour voir s’il est vivant. . Je veux savoir ce qui lui est arrivé. Je supplie le monde entier, s’il vous plaît, défendez mon fils, que votre voix soit la voix de Pejman. Pour Sabah [son fils] et Bayan [sa femme]. »

Conclusion

Bien que les Kurdes représentent moins de 15 % de la population iranienne, l’ONG Iran Human Rights (IHR) a déclaré le 7 décembre que sur 458 civils iraniens tués lors des manifestations, plus de 130 sont des Kurdes, ce qui représente 28 % des morts et montre que la région kurde paie l’un des prix les plus élevés de ce soulèvement.  Les chiffres indiquent également que les Kurdes d’Iran sont ciblés en raison de leur origine ethnique et religieuse.

Il est à noter que l’opposition persane à l’étranger refuse souvent de mentionner l’identité ethnique des victimes kurdes ou même de coopérer avec l’opposition kurde. Toute mention des griefs kurdes ou de leurs revendications culturelles et ethniques est considérée comme un complot « séparatiste » visant à diviser l’Iran. De même, dans un article publié en décembre dernier, Press TV, contrôlée par l’État, a tenté d’invalider les revendications légitimes des Kurdes, déclarant que « la rhétorique ethnique a été largement utilisée depuis le début des troubles en Iran à la mi-septembre, avec une se concentrer sur les Kurdes, pour promouvoir la division et la tension entre les différentes ethnies iraniennes et soutenir une politique de « diviser l’Iran ». » 

Cependant, pour provoquer un changement de régime, l’opposition persane doit commencer à reconnaître les revendications légitimes du peuple kurde. Ce soulèvement ne peut réussir que si toutes les ethnies iraniennes se serrent les coudes, ce qui devrait commencer par reconnaître non seulement les droits humains fondamentaux de chacun, mais aussi les droits ethniques et religieux.

Par Himdad Mustafa, universitaire kurde et un expert des affaires kurdes et iraniennes

Article original à lire sur le site MEMRI: The Execution Of Kurds By The Islamic Republic Of Iran

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici